BFMTV

Obama annonce un rapprochement historique des Etats-Unis avec Cuba

Le président Barack Obama a prononcé un discours historique sur Cuba, le 17 décembre.

Le président Barack Obama a prononcé un discours historique sur Cuba, le 17 décembre. - Doug Mills - AFP

Washington a annoncé ce mercredi un rapprochement historique dans ses relations avec Cuba. Les deux pays voisins n'ont plus de relations diplomatiques officielles depuis 1961. 

Un "nouveau chapitre" est en train de s'écrire dans les relations entre Washington et La Havane, après plus de cinquante ans de gel diplomatique. Le président Barack Obama a annoncé ce mercredi un tournant historique dans les relations entre les Etats-Unis et le régime communiste de Cuba, après la libération d'Alan Gross, un Américain détenu depuis cinq ans à La Havane. Le chef de l'Etat américain a ainsi annoncé le rétablissement des relations diplomatiques avec l'île des Caraïbes, et s'est engagé à examiner avec le Congrès la levée de l'embargo qui lui est imposé depuis plus d'un demi-siècle.

Rétablissement des relations diplomatiques

"Nous allons commencer à normaliser nos relations avec Cuba. Nous allons donner plus d'opportunités aux Cubains et aux Américains d'avoir des relations", a déclaré le président Barack Obama, en ouverture de son discours. "Ces cinquante ans ont prouvé que l'isolement n'a pas fonctionné, il est temps d'avoir une nouvelle approche. (...) J'ai demandé au Secrétaire d'Etat de commencer immédiatement des négociations en vue de rétablir les relations diplomatiques avec Cuba", a-t-il indiqué, précisant que les Etats-Unis vont retirer Cuba de la liste des pays soutenant le terrorisme.

"Les changements que j'annonce aujourd'hui permettront aux Américains de voyager plus facilement à Cuba", a ajouté le président américain, qui a indiqué vouloir entamer avec le Congrès une discussion "ouverte et honnête" pour lever l'embargo qui pèse sur l'île caribéenne. Barack Obama s'est par ailleurs adressé aux Cubains en espagnol. "Todos somos americanos" (en français, "Nous sommes tous Américains", NDLR), a-t-il ainsi lancé.

Mesures économiques

Parmi les mesures annoncées pour favoriser les échanges économiques entre les deux pays, les Américains pourront désormais utiliser leurs cartes de crédit à Cuba et les institutions américaines pourront ouvrir des comptes dans les institutions financières cubaines. L'exportation de certains matériels de communication et télécommunication sera aussi permise, dans le but de développer internet sur l'île.

Les voyageurs américains pourront par ailleurs rapporter depuis Cuba jusqu'à 100 dollars de tabac, ce qui inclut, bien sûr, les célèbres cigares cubains. Si les voyages touristiques indépendants resteront à ce stade interdits, nombre de procédures seront assouplies pour les chercheurs, les enseignants, les journalistes ou encore les visites familiales.

Enfin, perspective longtemps impensable, les Etats-Unis vont ouvrir une ambassade à La Havane "dans les mois à venir".

"Le blocus économique doit cesser"

De son côté, son homologue cubain, Raul Castro, qui prenait la parole à la même heure à la télévision cubaine, a confirmé le rétablissement des relations diplomatiques avec les Etats-Unis, mais a indiqué que la question principale de l'embargo reste à régler. "C'est le résultat d'un dialogue au plus haut niveau, dont une conversation téléphonique qui a eu lieu hier avec le président Obama", a ainsi déclaré Raul Castro. "Nous avons pu avancer sur plusieurs thèmes qui intéressent nos deux nations. Nous nous sommes accordés sur le rétablissement des relations diplomatiques. Cela ne veut pas dire que le principal est résolu. Le blocus économique, commercial et financier, qui provoque d'énormes dégâts à notre économie, doit cesser".

Le président cubain a également annoncé que trois ressortissants cubains libérés dans le cadre d'un échange de prisonniers avec les Etats-Unis étaient déjà revenus sur l'île. Gerardo Hernandez, Ramon Labañino et Antonio Guerrero, condamnés en 2001 à de lourdes peines de prison pour espionnage, "sont arrivés aujourd'hui dans notre patrie", a ainsi déclaré Raul Castro.

Un rôle crucial joué par le pape François

Le président cubain Raul Castro et Barack Obama se sont parlé au téléphone mardi, avait indiqué, peu avant le discours du président, un responsable américain, selon qui Cuba a libéré 53 prisonniers politiques. 

Le pape François et le Vatican ont joué un rôle d'intermédiaire essentiel dans ce rapprochement historique, a par ailleurs indiqué ce responsable. Ainsi, immédiatement après le discours de Barack Obama, le pape François a exprimé sa "grande satisfaction" pour la "décision historique" de Cuba et des Etats-Unis d'établir des relations diplomatiques. Dans un communiqué, le Vatican a confirmé l'envoi de deux lettres du pape aux présidents Raul Castro et Barack Obama. Il a confirmé aussi que le Vatican avait reçu des délégations des deux pays en octobre, et avait offert ses "bons offices".

Un embargo imposé depuis 1962

Quelques instants avant l'annonce officielle, un sénateur démocrate avait affirmé que les Etats-Unis allaient alléger les restrictions sur le commerce et les voyages avec l'île.

Les Etats-Unis et Cuba, séparés seulement par les 150 kilomètres du détroit de Floride, n'ont plus de relations diplomatiques officielles depuis 1961, mais disposent chacun d'une section d'intérêts qui fait office d'ambassade. Washington impose un embargo commercial à La Havane depuis 1962.

Adrienne Sigel, avec AFP