BFMTV

Hillary Clinton a-t-elle un problème avec Wall Street?

Hillary Clinton en compagnie du PDG de la banque Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, à l'occasion d'une conférence en septembre 2014.

Hillary Clinton en compagnie du PDG de la banque Goldman Sachs, Lloyd Blankfein, à l'occasion d'une conférence en septembre 2014. - Staphen Chernin - AFP

Hillary Clinton est en difficulté. Momentanément dans les sondages mais de façon peut-être plus profonde depuis que son adversaire Bernie Sanders a choisi de l'attaquer sur ses relations avec l'argent en général et Wall Street en particulier.

Commençons par les sondages, ils ne sont pas bons. Après avoir remporté l'Iowa d'extrême justesse Hillary Clinton est très en retard dans les sondages pour la primaire du New Hampshire qui a lieu mardi. Un retard de 20 à 30 points du au fait que son adversaire Bernie Sanders est le régional de l'étape, il est du Vermont voisin, mais surtout au fait que le New Hampshire est un état très blanc, un peu rebelle, généralement intellectuel, le coeur de cible de Bernie Sanders.

Ainsi, Hillary Clinton devrait perdre le New Hampshire (un écart de moins de vingt points serait considéré comme une belle performance pour elle) avant de se refaire dans les primaires suivantes, Nevada, Caroline du Sud où une population plus diverse devrait lui apporter son soutien.

La colère d'Hillary Clinton

Sauf que Bernie Sanders a peut-être trouvé son talon d'Achille. Lors de leur premier face à face télévisé jeudi soir il l'a durement attaquée sur le financement de sa campagne. Sur les 15 millions de dollars qu'elle a reçus de Wall Street et de l'industrie pharmaceutique, soulignant que les donateurs ne dépenseraient pas de telles sommes s'ils n'en attendaient pas quelque chose en retour.

Hillary Clinton a très violemment réagi, dans un débat pourtant par ailleurs très courtois:

"Ca suffit! Si vous avez quelque chose à dire dites le. Je vous demande d'arrêter cette campagne pernicieuse de calomnie... Jamais je n'ai changé de position en fonction des donations à ma campagne... et si j'ai été proche de Wall Street c'est aussi pour les mettre en garde contre leurs excès".

Incontestablement le temps fort du débat.

Argent et politique, le talon d'Achille de Hillary Clinton

Argent et politique, c'est le point fort de Bernie Sanders. Sa campagne, qui ne manque pas de fonds, est financée par des donateurs de base: la moyenne des dons est de 27 dollars. Il a annoncé jeudi soir que sa première mesure en arrivant à la Maison Blanche serait de réformer le financement des campagnes électorales. En comparaison argent et politique apparaît comme le point faible d'Hillary Clinton.

Mercredi soir dans un réunion publique un journaliste de CNN lui a demandé si il était normal qu'elle ait reçu 670.000 dollars de Goldman Sachs pour trois conférences. Elle a ouvert de grands yeux : "je ne sais pas... c'est eux qui me l'ont proposé..." Rires gênés dans la salle. Elle a ensuite tenté d'expliquer qu'à l'époque elle ne savait pas qu'elle serait candidate à la Maison Blanche.

20 millions de dollars venus de Wall Street

Hillary Clinton reçoit beaucoup d'argent de Wall Street. Selon le site OpenSecrets.org qui surveille le financement des campagnes, Hillary Clinton a reçu 20 millions de dollars de Wall Street en 2015. Le monde de la finance est son premier pourvoyeur de fonds devant les professions juridiques. En quatre campagnes (deux sénatoriales et deux présidentielles) elle a reçu plus d'argent de Wall Street que son mari Bill Clinton en 25 ans de politique. Par ailleurs tout le monde sait que depuis qu'il a quitté la Maison Blanche, Bill Clinton se fait régulièrement payer quelques 200.000 dollars par speech. Il est convenu qu'une part de ces recettes est destinée à la Fondation Clinton et à ses oeuvres caritatives.

Mais la Fondation et ses circuits parfois opaques comme les finances du couple Clinton pourraient être sur la sellette pendant la campagne. Campagne où ses liens avec Wall Street pourraient poser à Hillary Clinton un problème politique. Tout comme sa relation trouble avec l'argent pourrait lui poser un problème d'image. Mettant en péril tous ses efforts pour paraître authentique et proche des préoccupation des Américains.
Jean-Bernard Cadier