BFMTV

Etats-Unis: un candidat républicain se fait remarquer avec du bacon et un fusil d'assaut

Ted Cruz, l'un des candidats à la primaire républicaine.

Ted Cruz, l'un des candidats à la primaire républicaine. - CRÉDITRICHARD ELLIS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Avec une grosse quinzaine de candidats à la primaire du Parti républicain, les prétendants à l'investiture rivalisent d'inventivité pour se démarquer. Ted Cruz a choisi d'utiliser deux passions des Américains du midwest : le bacon et un fusil d'assaut.

Ils sont 17 en lice. Pas simple de se démarquer dans la primaire républicaine pour les futures élections présidentielles des Etats-Unis. Surtout face à une candidate démocrate, Hillary Clinton, qui monopolise l'attention des médias et qui rencontre peu d'adversité dans son propre camp.

Le sénateur Ted Cruz a fait un singulier pari: faire cuire du bacon sur le canon d'un fusil. Dans une vidéo d'une minute publiée ce lundi sur les réseaux sociaux, le candidat l'investiture pour la Maison-Blanche explique qu'il "y a peu de choses que j'apprécie plus que de cuisiner du bacon en famille le week-end". "Au Texas, on le cuit un peu différemment", prévient-il sur fond de musique de film d'action.

Puis on peut voir le candidat conservateur enrouler du bacon autour du canon d'un fusil, le couvrir de papier aluminium, puis tirer en rafales sur une cible jusqu'à vider deux chargeurs. "La graisse tombe", analyse Ted Cruz, en spécialiste du bacon.

Une campagne qui vire au n'importe quoi

Un épisode de plus dans cette atypique campagne républicaine qui enchaîne les performances décalées de la part des candidats. Le sénateur Rand Paul a par exemple récemment essayé d'attirer l'attention avec une vidéo le montrant découpant, à la tronçonneuse, les 70.000 pages du code des impôts.

Donald Trump se distingue aussi avec des déclarations fracassantes. Favori des sondages, du fait de son importante notoriété, il a attaqué frontalement le sénateur John McCain dont il a mis en doute la qualité de "héros" alors qu'il fut prisonnier pendant la guerre du Vietnam. Il a aussi monopolisé le débat sur l'immigration en s'en prenant aux clandestins mexicains, ses rivaux restant inaudibles. 

A une semaine du premier débat de la présidentielle et à six mois du début officiel des primaires, c'est bien ce dernier, Donald Trump, qui caracole en tête des sondages. L'homme d'affaires est le premier choix de 20% des électeurs dans le sondage Quinnipiac, devant le gouverneur du Wisconsin Scott Walker (13%) et l'ancien gouverneur de Floride Jeb Bush (10%).

I. V. avec AFP.