BFMTV

Etats-Unis: Trump promet un "filtrage extrêmement poussé" des migrants s'il est président

En matière d'immigration, "nous serons fermes, nous serons même extrêmes", explique le candidat à la républicain à la Maison Blanche.

Le candidat républicain Donald Trump s'est engagé lundi à imposer un "filtrage extrêmement poussé" des migrants s'il remporte en novembre la Maison Blanche, promettant par ailleurs d'"anéantir" le groupe Daesh (l'acronyme en arabe de l'Etat islamique) et son "idéologie de mort".

"Il n'est que temps de mettre en place de nouveaux contrôles face aux menaces auxquelles nous sommes confrontés. Je les qualifierais de filtrage extrême", a-t-il déclaré lors d'un discours dans l'Ohio, au nord du pays, consacré à son programme de politique étrangère.

"L'heure d'une nouvelle approche a sonné", a assuré le magnat de l'immobilier en dressant un bilan apocalyptique des actions diplomatiques et militaires prises par le président Obama et son ex-secrétaire d'Etat Hillary Clinton.

Trump veut des tests de sélection idéologique

"Nous avons créé les vides qui permettent au terrorisme de se développer et de prospérer", a poursuivi Donald Trump. "La politique d'Hillary Clinton a permis d'offrir une scène mondiale au groupe Daesh", a-t-il ajouté.

A l'opposé, a conclu le candidat républicain, "le gouvernement Trump établira un principe simple qui s'appliquera à toutes les décisions concernant l'immigration. Nous serons fermes, nous serons même extrêmes. Nous n'admettrons dans ce pays que les gens qui partagent nos valeurs et respectent notre population".

Il a déclaré que le point commun entre les différents attentats commis aux Etats-Unis depuis le 11 septembre 2001 était que ces attaques avaient impliqué des "immigrants ou des enfants d'immigrants".

Donald Trump a alors établi un parallèle entre la situation actuelle et la guerre froide, en préambule à une nouvelle proposition: "Durant la guerre froide, nous avions des tests de sélection idéologique. Il est plus que temps de mettre en place de nouveaux contrôles face aux menaces auxquelles nous sommes confrontés."

"Suspendre l'immigration originaire de certaines régions du monde"

Donald Trump, qui avait créé la polémique il y a quelques mois avec son projet d'interdire aux musulmans l'entrée aux Etats-Unis, a aussi promis à nouveau de "suspendre l'immigration originaire de certaines régions du monde les plus instables et dangereuses".

Pour faire face aux éventuels dangers intérieurs, le milliardaire a annoncé que s'il était élu, son administration mettrait en place une commission sur l'islam radical pour repérer les signes précoces de radicalisation et lutter contre les réseaux islamistes. 

Sur les réseaux sociaux enfin, Donald Trump s'en est pris aux propositions de sa rivale Hillary Clinton en matière d'immigration. 

V.R et R.V avec AFP