BFMTV

Etats-Unis: au Nouveau-Mexique, des milliers d'oiseaux meurent dans des circonstances mystérieuses

Les scientifiques n'ont aucune certitude sur les causes de la mort de milliers d'oiseaux au Nouveau-Mexique ces dernières semaines.

Les scientifiques n'ont aucune certitude sur les causes de la mort de milliers d'oiseaux au Nouveau-Mexique ces dernières semaines. - Allison Salas (@salasphorus) - capture d'écran Twitter

Selon les scientifiques, la mort des oiseaux migrateurs pourrait être liée aux conditions climatiques extrêmes de ces dernières semaines ainsi qu'aux incendies massifs de la côte ouest des Etats-Unis.

C'est un phénomène inédit qui inquiète la communauté scientifique: depuis quelques semaines, les oiseaux migrateurs meurent massivement et sans explication apparente dans le sud-ouest des Etats-Unis, rapporte le New York Times. Les chercheurs de la région ont reçu des rapports mentionnant des oiseaux mort essentiellement au Nouveau-Mexique, mais aussi dans l'ouest du Texas et le sud du Colorado.

"Il est très difficile d'estimer le nombre exact", explique Martha Desmond, professeure à l'Université d'Etat du Nouveau-Mexique à la chaîne de télévision néo-mexicaine KOB, "mais il pourrait facilement s'agir de centaines de milliers d'oiseaux."

Un premier signalement a été enregistré le 20 août, faisant état d'une augmentation drastique du nombre d'oiseaux retrouvés morts sur le terrain du polygone d'essais de missiles de White Sands, dans le sud du Nouveau-Mexique. Un phénomène anormal qui perdure jusqu'à aujourd'hui.

"Sur la base du polygone d'essai, on peut, en temps normal, enregistrer moins d'une demi-douzaine d'oiseaux morts en l'espace d'une semaine", précise Trish Cutler, biologiste à la base de White Sands, à KOB. "La semaine dernière, il y en a eu quelques centaines, ça a vraiment retenu notre attention."

Des oiseaux morts découverts par les habitants

Récemment, des oiseaux morts ont également été retrouvés dans les banlieues, les terrains de golf et le long de chemins de randonnée. Partout au Nouveau-Mexique, des phénomènes similaires ont commencé à être signalés par les résidents.

Ce week-end, le journaliste indépendant Austin Fisher a ainsi fait état sur Twitter d'une macabre découverte lors d'une excursion sur le Rio Grande: de nombreux cadavres d'oiseaux jonchaient la rive du fleuve. Revenus sur les lieux, deux doctorants en ornithologie de l'Université du Nouveau-Mexique ont ainsi pu récupérer pas moins de 305 oiseaux morts.

Cette récente intensification du phénomène renforce la détermination des chercheurs à découvrir les causes de ces événements.

Des conditions climatiques extrêmes

Pour l'heure, plusieurs hypothèses sont envisagées pour expliquer ce bond soudain de la mortalité chez les oiseaux migrateurs dans le sud-ouest des Etats-Unis. Selon les chercheurs de l'Université du Nouveau-Mexique, celui-ci pourrait être lié aux conditions climatiques extrêmes auxquelles a été soumise la région ces dernières semaines.

Les Etats-Unis ont en effet connu un été particulièrement torride et sec, avec des records de chaleur enregistrés notamment dans le sud-ouest du pays. La sécheresse qui a frappé la région et entraîné une chute de la population d'insectes - une importante source de nourriture pour les oiseaux migrateurs - pourrait aussi constituer un facteur expliquant cette hausse drastique de la mortalité.

La vague de froid soudaine qui a frappé la région des montagnes Rocheuses, entraînant des chutes de neige et une baisse de la température de près de 30°C en quelques heures, est également envisagée comme une cause potentielle de la mort de ces milliers d'oiseaux.

Mais, "ce qui est étrange, c'est que l'on a vu ce phénomène se produire avant [la vague de froid, NDLR] et qu'il se poursuit depuis", relève Martha Desmond à l'antenne de KOB.

D'autres causes envisagées

Les biologistes étudient aussi la piste des immenses incendies qui font rage depuis plusieurs semaines en Californie et dans l'Oregon, et dont les fumées peuvent être néfastes pour les oiseaux.

"Ça peut être lié aux feux qui ont lieu dans l'Ouest", explique la professeure, "ces oiseaux ont pu avoir leurs poumons endommagés. Ou ça a pu les pousser à partir plus tôt, alors qu'ils n'étaient pas prêts pour la migration."

Interrogé par le New York Times, le docteur Andrew Farnsworth, chercheur associé au Cornell Lab of Ornithology, estime lui aussi que les incendies peuvent être un élément déclencheur dans la mortalité massive des oiseaux migrateurs, et pointe du doigt une année "exceptionnelle".

"C'est différent cette année", expose-t-il dans le quotidien américain, "nous avons déjà eu de nombreux étés chauds, mais très peu ont vu cette chaleur combinée à des feux de grande échelle et à la sécheresse."

Pour l'heure, les chercheurs n'ont aucune certitude quant aux causes de la mort de ces milliers d'oiseaux à travers le Nouveau-Mexique, et les réponses à ce mystère pourraient mettre plusieurs mois à arriver. En attendant, les biologistes font appel à la contribution des habitants à qui ils demandent de prélever les cadavres d'oiseaux qu'ils trouveraient, équipés de gants.

"Mettez-les dans un sac, doublez-le et mettez les au congélateur", demande Martha Desmond.
Maëllyss Hedin Journaliste BFMTV