BFMTV
en direct

EN DIRECT - Joe Biden: "Les chiffres sont clairs, nous allons gagner"

Joe Biden ou Donald Trump? On ne connaît toujours pas officiellement le nom du prochain président des États-Unis. Le décompte se poursuit dans des États-clés comme la Géorgie ou la Pennsylvanie.

Joe Biden veut combattre le Covid-19 "dès le premier jour"

Dans son discours, Joe Biden a confirmé que le combat contre la pandémie de Covid-19 serait la priorité immédiate de son début de mandat.

"Je sais bien ce que l'on ressent quand on perd un proche", a clamé celui dont la vie a été marquée par les deuils de sa femme et de deux de ses enfants.

Face à cette crise sanitaire sans précédent, le candidat démocrate est déterminé à "sauver des vies".

"Je veux que chacun sache que dès le premier jour, nous allons mettre en oeuvre ce qu'il faut pour contrôler ce virus. On ne peut pas revenir sur les vies perdues, mais on peut en sauver beaucoup à l'avenir."

Joe Biden sera "le président de tous les Américains"

Dans un discours aux accents rassembleurs, le candidat démocrate, désormais largement favori à l'élection présidentielle, a dévoilé les contours de sa future présidence.

"Je serai le président de tous les Américains", a clamé Joe Biden, comme pour mieux se démarquer de son adversaire Donald Trump. "Je travaillerai aussi dur pour ceux qui ont voté contre moi que pour ceux qui ont voté pour moi"

Joe Biden: "Les chiffres sont clairs, nous allons gagner"

Devant son QG de Wilmington, Joe Biden a affiché sa confiance, alors que les résultats de l'élection présidentielle tardent à être officialisés.

"Nous n'avons pas encore de victoire, mais les chiffres sont clairs: nous allons gagner", a lancé le candidat démocrate.

Kamala Harris est arrivée au QG de Wilmington

Ca s'agite un peu du côté du QG du camp Biden. Kamala Harris, la colistière du candidat démocrate, est arrivée près de l'estrade depuis laquelle Joe Biden prononcera son adresse à la Nation.

Donald Trump passe la barre des 70 millions de voix

Au dernier pointage, le président sortant Donald Trump a passé la barre des 70 millions de voix, un score inédit pour un candidat pourtant mené par son adversaire. En effet, le candidat démocrate Joe Biden émarge, lui, à plus de 74 millions de voix.

Signe de l'exceptionnelle participation enregistrée lors de cette élection, ces deux scores occupent désormais les deux premières places du classement du plus grand nombre de votes récoltés par un candidat dans l'histoire de l'élection présidentielle américaine.

Plus de deux heures de retard pour Joe Biden

Initialement prévu à 00h30, le discours de Joe Biden depuis sa ville de Wilington, dans le Delaware, a déjà plus de deux heures de retard.

Un délai qui pourrait indiquer que le candidat démocrate avait parié sur le fait que les médias annoncerait sa victoire dans la journée de vendredi.

De là à annuler cette prise de parole très attendue? A priori non. Selon Bloomberg, l'ancien vice-président devrait quoi qu'il arrive prendre la parole ce soir, même en cas de statu quo.

"Même si les résultats de l'élection ne sont pas annoncés par les médias, Joe Biden parler tout de même ce soir, dans la même veine que son discours de jeudi soir. Sans annoncer sa victoire, mais en mettant l'accent sur son avance et l'imminence de sa victoire"

Donald Trump, du déni à la résignation?

L'ambiance à la Maison Blanche était morose, hier soir. Selon nos informations, les proches de Donald Trump s'activent pour le convaincre d'accepter ce qui s'apparente à une inéluctable défaite. Mais sans trop de succès.

"Hier soir, les conseillers du président ont essayé de lui parler pour lui dire 'Monsieur le président, il va falloir essayer d'admettre que vous avez perdu'. Visiblement, Donald Trump n'a pas été intéressé, il veut continuer à se battre", explique Jean-Bernard Cadier, notre correspondant à Washington.

Mais ce vendredi, le ton de Donald Trump a nettement changé sur Twitter, et son assurance des premiers jours laisse place à plus de mesure.

"On voit que Donald Trump redescend peu à peu d'un cran dans la réthorique. Après avoir dit 'j'ai gagné' mardi soir, après avoir dit 'je vais gagner' jeudi soir, il dit ce vendredi soir 'je vais peut-être gagner'. Il a probablement compris qu'il ne gagnerait pas", conclut Jean-Bernard Cadier.

Un juge fédéral refuse l'arrêt du décompte des voix dans un comté du Nevada

Un juge fédéral a écarté la requête de candidats républicains du Nevada qui demandaient l'arrêt du dépouillement dans le comté de Clark, comme le précise CNN.

"L'intérêt public n'est pas en faveur d'un arrêt du processus de décompte des bulletins avant sa complétion", a précisé le magistrat à l'issue de l'audience.

Ces derniers jours, le camp Trump a multiplié les recours pour tenter d'arrêter le dépouillement des votes par correspondance, estimant qu'il s'agissait d'une fraude massive organisée par le camp démocrate.

Que va dire Joe Biden?

L'incertitude flotte sur le contenu de l'intervention très attendue de Joe Biden. Plus tôt dans la journée, l'équipe du candidat démocrate, en tête dans la course aux 270 grands électeurs, a parlé d'un discours "important", auquel devrait participer sa colistière Kamala Harris.

Annoncera-t-il lui-même sa victoire? Enverra-t-il un message à son adversaire républicain, l'invitant à concéder sa défaite? Ou poursuivra-t-il sa stratégie d'occupation de terrain, qui l'a mené chaque soir à s'adresser à ses compatriotes? Les observateurs sont divisés.

Joe Biden se fait attendre

Le candidat démocrate Joe Biden doit s'adresser aux Américains depuis son fief de Wilmington, dans l'Etat du Delaware. Initialement prévue à 00h30 heure française, son allocution a déjà 20 minutes de retard.

Joe Biden est en position très favorable, faisant la course en tête dans 4 des 6 Etats restant à attribuer. Déjà crédité de 253 grands électeurs, l'ancien vice-président n'a plus besoin que de 17 d'entre eux pour être officiellement élu. Mais à l'heure qu'il est, aucun média n'a annoncé la victoire du candidat démocrate.

Donald Trump: "Les recours judiciaires ne font que commencer!"

A moins d'une heure de la prise de parole attendue de Joe Biden, son adversaire républicain Donald Trump met la pression sur le candidat démocrate.

Dans un tweet directement adressé à l'ancien vice-président, l'actuel locataire de la Maison Blanche prévient que "les recours judiciaires ne font que commencer".

"Joe Biden ne devrait pas s'autoproclamer président. Je pourrais tenir les mêmes propos. Les recours judiciaires ne font que commencer!"

Où en est le dépouillement dans les États-clés ?

Joe Biden est en tête dans quatre États-clés, où le décompte des voix se poursuit. En Georgie, l'avance du candidat démocrate sur son adversaire Donald Trump est très mince.

Les résultats en Géorgie sont "trop serrés pour désigner un vainqueur"

Le secrétaire d'Etat de Géorgie Brad Raffensperger, a de nouveau pris la parole ce vendredi. Il a expliqué que "les résultats en Géorgie demeurent trop serrés pour désigner un vainqueur".

Il a déclaré que les responsables électoraux "travaillaient avec intégrité pour s'assurer que chaque bulletin de vote légal soit compté".

Twitter épingle un tweet qualifiant Joe Biden de "président-élu"

Twitter a signalé vendredi le tweet d'un militant démocrate de poids, sur la possible victoire de Joe Biden, comme prématurée, alors que le dépouillement des votes continuaient aux Etats-Unis au milieu des protestations de républicains en ligne et dans la rue.

"Président-élu Joe Biden. Vice-présidente-élue Kamala Harris", a tweeté Scott Dworkin, le fondateur d'un comité démocrate baptisé "la coalition démocratique contre Trump".

Le réseau social, qui a masqué près d'un tweet sur deux de Donald Trump depuis mardi soir - le président assure, sans preuves, qu'il a gagné et qu'il y a des fraudes massives -, n'a pas dissimulé le message mais ajouté la note suivante: "Les sources officielles peuvent ne pas avoir encore déterminé le vainqueur au moment où ces propos ont été tweetés".

Le décompte se poursuit à Philadelphie

En fin de journée, les autorités de la ville de Philadelphie ont fait le point sur le dépouillement en Pennsylvanie, qui se poursuit toujours actuellement. Les bulletins par correspondance, au nombre de 680.000 pour l'ensemble de cet État, sont ceux traîtés à l'heure actuelle.

En outre, Jim Kenney, maire de Philadelphie, a fustigé les propos de Donald Trump qui assure que de nombreuses fraudes émaillent le scrutin. "Le président prétend qu'il y a de la fraude sans la moindre preuve", a assuré l'élu.

Joe Biden va prendre la parole ce vendredi soir

Le camp Biden a annoncé ce vendredi que le candidat démocrate devrait prendre, en prime-time, la parole dans les médias américains. Rien ne dit actuellement que Joe Biden sera officiellement élu à cette heure-ci de la journée.

En France, décalage horaire oblige, la prise de parole aura lieu entre 3 et 4 heures du matin.

Mitt Romney désavoue Donald Trump

Le sénateur républicain et ancien candidat à l'élection présidentielle de 2012 Mitt Romney a diffusé un communiqué via Twitter dans lequel il explique que dans le cadre du système électoral américain, Donald Trump a raison de demander des investigations "en cas de possibles irrégularités lors du vote."

En revanche, ce dernier fustige l'attitude de l'actuel président américain de ces derniers jours.

"Il ne peut pas dire que l'élection a été volée et corrompue, c'est une cause de nombreux dommages ici et dans le reste du monde. Cela peut déclencher de dangereuses passions."

L'équipe Biden menace "d'expulser" Trump s'il refuse de quitter la Maison Blanche

Un porte-parole du candidat démocrate à la Maison Blanche Joe Biden a menacé vendredi d'"expulser" Donald Trump de la Maison Blanche s'il refusait de reconnaître une défaite, qui semblait de plus en plus probable.

Joe Biden était vendredi, à 77 ans, au seuil de la Maison Blanche après avoir pris la tête dans le comptage des voix dans l'Etat-clé de Pennsylvanie, mais Donald Trump semblait déterminé à contester le verdict des urnes. Aucun vainqueur n'a encore été déclaré.

"Les Américains décideront de l'issue de cette élection", a martelé vendredi un porte-parole de Joe Biden, Andrew Bates. "Et les autorités américaines sont parfaitement capables d'expulser les intrus de la Maison Blanche", a-t-il ajouté.

Un numéro mis en place par les Républicains pour dénoncer les fraudes

Sur Twitter, le fils de Donald Trump, Eric, a diffusé un numéro de téléphone que les Républicains peuvent utiliser s'ils sont témoins de fraudes ou d'irrégularités lors des différents dépouillements encore en cours.

Des prises de parole attendues au Nevada et en Pennsylvanie

Plusieurs rendez-vous cruciaux sont attendus dans les minutes à venir. Aux alentours de 18h30, horaire français, un point devrait être fait sur le dépouillement en Pennsylvanie. A l'heure actuelle, ce swing state qui compte pour 20 grands électeurs pencherait plutôt en faveur de Joe Biden.

Quelques minutes plus tard, ce sont les autorités du Nevada qui devraient prendre la parole et officialiser les résultats pour cet État de l'Ouest du pays, qui compte pour 6 grands électeurs.

Nancy Pelosi qualifie Biden de "président élu"

La présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a qualifié vendredi Joe Biden de "président élu" des Etats-Unis, alors qu'il a devancé Donald Trump dans le décompte en cours des votes de plusieurs Etats-clés et qu'aucun vainqueur n'a été encore déclaré.

"Ce matin, il apparaît évident que l'équipe Biden-Harris va gagner la Maison Blanche", a déclaré Nancy Pelosi à propos de Joe Biden et de sa colistière Kamala Harris, candidate à la vice-présidence.

"Le président élu Biden a un mandat solide pour diriger", a poursuivi la présidente de la Chambre des représentants, lors d'une conférence de presse.

En Hongrie aussi, on dénonce une élection américaine "truquée"

Les médias proches du pouvoir à Budapest ont relayé vendredi les allégations de "fraude" à la présidentielle américaine véhiculées par Donald Trump, un "ami de la Hongrie" selon le Premier ministre hongrois Viktor Orban.

"Tension énorme en Amérique après les nombreux indices de tricherie", titrait ainsi Origo.hu, le principal relais progouvernemental dans ce pays d'Europe centrale dont le dirigeant nationaliste est critiqué pour son autoritarisme.

Décrivant le président américain sortant comme un "ami de la Hongrie", Viktor Orban a estimé au détour d'un entretien à la radio publique vendredi que les Etats-Unis ne pourraient désormais plus "critiquer les autres après une telle élection".

L'Etat américain de Géorgie va procéder à un recomptage des voix

Lors d'une allocution ce vendredi, le secrétaire d'État de Géorgie, l'un des swing-states les plus serrés du scrutin américain, devrait procéder à un nouveau comptage des voix en raison du faible écart entre Joe Biden et Donald Trump.

Il y a une "marge si petite entre les deux candidats" qu'il faudra "recompter les votes", a assuré Brad Raffensperger.

Wall Street, dans l'attente du résultat, ouvre en légère baisse

Wall Street a démarré en légère baisse vendredi, marquant une pause alors que le dépouillement des bulletins de vote de l'élection présidentielle touchait à sa fin et que le taux de chômage a baissé plus que prévu.

Le Nasdaq, à forte coloration technologique, lâchait 1,07% à 11.763,73 points et l'indice élargi S&P 500, le plus représentatif du marché américain, était en baisse de 0,58% à 3.490,00 points.

Conservant la même dynamique que depuis le début de la semaine, la Bourse de New York s'était nettement appréciée jeudi, accueillant avec enthousiasme la possibilité d'une présidence du démocrate Joe Biden et d'un Sénat dominé par les républicains: le Dow Jones était monté de 1,95% et le Nasdaq de 2,59%.

L'équipe de campagne de Trump martèle que "l'élection n'est pas finie"

Alors que plusieurs instituts de sondage annoncent une victoire de Joe Biden en Pennsylvanie, l'équipe de campagne de Trump martèle de son côté que "l'élection n'est pas finie."

"Cette élection n'est pas finie. Les projections erronées proclamant la victoire de Joe Biden sont basées sur des résultats loin d'être définitifs dans quatre Etats", a déclaré dans un communiqué Matt Morgan, un responsable de l'équipe de Donald Trump.

"Il y avait de nombreuses irrégularités en Pennsylvanie, notamment le fait que des responsables électoraux ont empêché nos observateurs légaux bénévoles d'avoir vraiment accès aux centres de dépouillement", a-t-il ajouté. La justice a donné raison au camp Trump sur ce sujet précis.

Joe Biden prend l'avantage en Pennsylvanie

Le candidat démocrate vient de passer en tête dans le décompte dans l'Etat-clé de Pennsylvanie, où le décompte des voix se poursuit. Joe Biden y dispose de 5587 voix d'avance sur Donald Trump.

Joe Biden continue de prendre de l'avance en Georgie

La tendance continue d'être en faveur de Joe Biden en Georgie, où il compte désormais 1096 voix d'avance sur Donald Trump. Le décompte n'est toutefois pas encore terminé dans cet Etat.

Sécurité renforcée autour de Biden

Selon le Washington Post, le Secret Service américain envisagent de renforcer la sécurité autour de Joe Biden dans l'éventualité de sa victoire à venir.

D'après le journal américain, le Secret Service a convoqué une escouade d’agents qui viendraient s'ajouter à ceux déjà présents autour du Démocrate, et seraient notamment déployés en renfort à Wilmington, dans le Delaware, le fief de Joe Biden, où il se trouve dans l'attente des derniers résultats.

Biden prend la tête en Georgie avec 917 voix d'avance

La tendance s'est désormais inversée en Georgie, l'un des États-clés de cette élection présidentielle américaine. Joe Biden vient d'y prendre la tête avec seulement 917 voix d'avance sur Donald Trump. Il reste encore des bulletins à décompter.

Selon le "Philadelphia Inquirer", la police a arrêté deux suspects qui se dirigeaient vers un site de comptage des votes en Pennsylvanie

Selon le Philadelphia Inquirer, la police de la ville américaine de Philadelphie a arrêté deux hommes après avoir appris qu'une attaque armée s'y préparait contre un centre de dépouillement des bulletins de vote de la présidentielle.

D'après le journal, les enquêteurs sont passés à l'action jeudi soir, après avoir reçu une information sur le déplacement suspect d'un véhicule occupé par plusieurs personnes armées de fusils d'assaut.

Ce véhicule, immatriculé en Virginie, s'est rendu jusqu'à Philadelphie, la plus grande ville de l'État-clé de Pennsylvanie, essentiel pour Donald Trump dans la course à la Maison Blanche. Et précisément jusqu'au Centre des conventions où sont actuellement comptés les bulletins de vote de la présidentielle.

Les policiers sont intervenus peu après 22 heures et ont interpellé deux hommes à proximité du Hummer, a précisé le Philadelphia Inquirer. Le véhicule était porteur d'autocollants affichant des messages associés à QAnon, un mouvement complotiste d'extrême droite.

Il n'y a plus que 463 voix d'écart entre Trump et Biden en Géorgie

L'écart continue de se réduire entre les deux rivaux. Donald Trump n'a désormais plus que 463 voix d'avance sur Joe Biden en Géorgie, l'un des États-clés pour l'issue de cette élection présidentielle.

L'avance de Trump se réduit en Géorgie et en Pennsylvanie: le point sur le dépouillement dans les États-clés à 8h

L'avance de Donald Trump continue de fondre dans les derniers États-clés où il est encore en tête. En Géorgie, il n'a désormais plus que 1267 voix d'avance. En Pennsylvanie, on est passé sous la barre des 20.000 voix d'écart entre le président américain et son rival Joe Biden. Voici le point sur le dépouillement à 8h, heure de Paris.

Plus que 1700 voix d'écart entre Trump et Biden en Géorgie: le point sur le dépouillement à 7h

Où en est-on à cette heure-ci dans le décompte des résultats? La chaîne américaine CNN a d'ores et déjà attribué 253 grands électeurs à Joe Biden, contre 213 à son rival Donald Trump - il en faut 270 pour l'emporter. Tout se joue dans quelques États-clés, où l'écart entre les deux candidats est très faible: en Géorgie, il n'y a plus qu'environ 1700 voix qui séparent le républicain du démocrate. Voici le point sur le dépouillement à 7h, heure de Paris. 

En Alaska, les médias américains ne s'attendent pas à y voir clair avant... la semaine prochaine

Le vote est officiellement terminé depuis mardi. Mais plus de deux jours après le scrutin, certains Etats n'ont toujours pas dévoilé l'intégralité de leurs résultats: c'est notamment le cas de l'Alaska, où seulement 47% des bulletins ont été dépouillés, selon le décompte de CNN.

Certes, Donald Trump est favori là-bas et a une confortable avance, avec environ 63% des suffrages à l'heure actuelle, mais aucun des grands médias américains n'a rendu son verdict pour autant. Et à en croire le New York Times, on n'y verra pas plus clair avant... "la semaine prochaine"! La faute, là encore, au système de décompte, qui ne prévoit d'intégrer les votes par correspondance qu'à partir du 10 novembre.

Trump et Biden lancent des collectes de fonds pour financer la bataille judiciaire qui s'annonce

La bataille judiciaire qui s'annonce à l'issue du décompte des bulletins aux États-Unis sera coûteuse, aussi bien pour Donald Trump qui multiplie les recours en justice, que pour Joe Biden qui va devoir riposter. Pour faire face, les deux camps ont d'ores et déjà fait appel à leurs supporters pour lever des fonds, note The Hill.

La campagne Trump a envoyé un courriel à ses militants avec pour objet "Ils vont essayer de voler l'élection". "J'ai besoin de VOTRE AIDE pour faire en sorte d'avoir les ressources pour protéger les résultats. Nous ne pouvons pas laisser la mafia de gauche discréditer notre élection. Je demande à mes soutiens les plus loyaux, comme VOUS, de RIPOSTER!"

De son côté, Joe Biden a lancé une collecte similaire. "Donald Trump va en justice pour empêcher les votes d'être comptabilisés", écrit-il sur son compte Twitter, appelant ses soutiens à l'aide pour riposter". "Le combat n'est pas terminé", peut-on lire sur le site de collecte de fonds.

À peine 1800 voix d'écart entre Trump et Biden en Géorgie: le point sur le dépouillement à 6h

Où en est-on à cette heure-ci dans le décompte des résultats? La chaîne américaine CNN a d'ores et déjà attribué 253 grands électeurs à Joe Biden, contre 213 à son rival Donald Trump - il en faut 270 pour l'emporter. Tout se joue dans quelques États-clés, où l'écart entre les deux candidats est très faible: en Géorgie, il n'y a plus qu'environ 1800 voix qui séparent le républicain du démocrate. Voici le point sur le dépouillement à 6h, heure de Paris.

"Un torrent d'accusations inventées": l'agence Associated Press étrille l'allocution de Donald Trump

L'agence de presse Associated Press, qui fait référence outre-Atlantique, vient de fact-checker l'allocution de Donald Trump, au cours de laquelle ce dernier a une nouvelle fois affirmé que les démocrates essayaient de lui "voler" l'élection. Et le verdict est sans appel: "Donald Trump a lancé un torrent d'accusations inventées, une tentative audacieuse de discréditer la légitimité de l'élection américaine".

AP reprend ensuite point par point les allégations du président américain qui, selon ses analyses, se révèlent pour la plupart "fausses" ou "sans fondement".

"Mensonges": des télévisions américaines ont coupé l'allocution de Trump

Plusieurs télévisions américaines ont décidé ce jeudi soir d'interrompre la diffusion d'une allocution de Donald Trump, estimant qu'il faisait de la désinformation. Le président américain a assuré, sans aucun élément concret à l'appui, qu'il allait gagner "facilement" si "les votes légaux" étaient comptés, mais que si l'on incluait "les votes illégaux", les démocrates pouvaient "essayer de nous voler l'élection".

Très vite, la chaîne MSNBC a cessé sa diffusion en direct. "Bon, nous voilà encore dans la position inhabituelle de (devoir) non seulement interrompre le président des États-Unis, mais aussi de corriger le président des États-Unis", a lâché le présentateur, Brian Williams.

Les chaînes NBC News et ABC News ont elles aussi interrompu la diffusion de cette conférence de presse qui n'en fut finalement pas une, puisque le président a quitté le pupitre sans prendre de questions. CNN a elle décidé de ne pas couper le micro à Donald Trump, mais son présentateur vedette Jake Tapper a enchaîné avec une condamnation sans appel du chef de l'Etat.

Le quotidien USA Today a retiré le direct vidéo de son site. "Notre travail est de diffuser la vérité, pas des théories du complot infondées", a écrit la rédactrice en chef Nicole Carroll.

Des États-clés où le scrutin est très serré: le point sur le dépouillement à 4h, heure de Paris

Où en est-on à cette heure-ci dans le décompte des résultats? La chaîne américaine CNN a d'ores et déjà attribué 253 grands électeurs à Joe Biden, contre 213 à son rival Donald Trump - il en faut 270 pour l'emporter. Tout se joue dans quelques États-clés, où l'écart entre les deux candidats est très faible. Voici le point sur le dépouillement à 4h, heure de Paris.

Dans l'Arizona (11 grands électeurs), il reste 10% des bulletins à comptabiliser: Joe Biden a 46.257 voix d'avance sur Donald Trump.

En Géorgie (16 grands électeurs), il reste 1% des bulletins à dépouiller: Donald Trump a seulement 1797 voix d'avance sur Joe Biden.

En Pennsylvanie (20 grands électeurs), il reste 6% des bulletins à comptabiliser: Donald Trump a 42.142 voix d'avance sur Joe Biden.

Dans le Nevada (6 grands électeurs), il reste 11% des bulletins à décompter: Joe Biden a 11.438 voix d'avance sur Donald Trump.

En Caroline du Nord (15 grands électeurs), il reste 5% des bulletins à dépouiller: Donald Trump a 76.737 voix d'avance sur Joe Biden.

Trump maintient qu'il va gagner sauf si on lui "vole" l'élection

De son côté, Donald Trump qui n'avait pas fait de discours officiel depuis le soir de l'élection, a à nouveau pris la parole pour dénoncer de supposées fraudes, sans aucun élément concret à l'appui.

"Si vous comptez les votes légaux, je gagne facilement. Si vous comptez les votes illégaux, ils peuvent essayer de nous voler l'élection", a dit le président américain lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche, après s'être déjà déclaré prématurément vainqueur dans la nuit de mardi à mercredi.

"Malgré l'interférence, jamais vue dans une élection, des grands médias, du monde des affaires et des géants de la tech, nous avons gagné avec des scores historiques et les sondeurs se sont délibérément trompés", a-t-il poursuivi. "Il n'y a pas eu la vague bleue (la couleur du parti démocrate, NDLR) annoncée."

Biden appelle "tout le monde à rester calme": "Nous saurons très bientôt"

Joe Biden a pris brièvelement la parole cette nuit, lors d'une allocution au cours de laquelle il s'est dit certain de sa victoire imminente contre Donald Trump.

"Je demande à tout le monde de rester calme. Le processus fonctionne, le décompte s'achève et nous saurons très bientôt", a déclaré le candidat démocrate depuis son fief du Delaware. "Nous n'avons aucun doute sur le fait que lorsque le dépouillement sera terminé (...) nous serons déclarés vainqueurs".

"Gardez la foi"

L'avance initiale de Donald Trump au soir de l'élection dans plusieurs États-clés a fondu au fur et à mesure que les bulletins envoyés par courrier - particulièrement nombreux cette année en raison de l'épidémie de coronavirus - étaient décomptés. Le dépouillement n'est toujours pas terminé outre-Atlantique.

Sur Twitter, Joe Biden a donc appelé ses partisans à "garder la foi", malgré les accusations de fraudes de son rival. "Personne ne va nous enlever notre démocratie", a-t-il écrit. "Chaque voix doit être comptée."

Joe Biden ou Donald Trump? Le décompte se poursuit

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'élection présidentielle américaine, dont on attend toujours le résultat. Qui de Joe Biden ou de Donald Trump l'emporte à l'issue de ce scrutin, plus serré que ne l'anticipaient les sondages?

Le premier, démocrate, a dit dans la nuit n'avoir "aucun doute" sur sa victoire contre son rival républicain une fois que tous les résultats seront connus. Donald Trump, lui, a repété qu'il allait gagner l'élection, accusant une fois de plus les démocrates de vouloir lui "voler" sa victoire, sans apporter d'élément concret.

BFMTV