BFMTV

Chèques en bois: la folle nuit de Thomas Fabius à Las Vegas

Thomas Fabius, ici en juin 2011, est un habitué des casinos, où il aime jongler avec de grosses sommes.

Thomas Fabius, ici en juin 2011, est un habitué des casinos, où il aime jongler avec de grosses sommes. - Bertrand Guay - AFP

Le fils du numéro deux du gouvernement français, Thomas Fabius, peut être arrêté à tout moment aux Etats-Unis, après l'émission d'un mandat d'arrêt à son encontre, jeudi. En cause: une folle nuit de mai 2012, à Las Vegas, au cours de laquelle il a dépensé 3,5 millions de dollars... en chèques en bois.

Une nuit de folie... qui lui coûte aujourd'hui très cher. Thomas Fabius, fils du ministre français des Affaires étrangères Laurent Fabius, fait l'objet depuis jeudi d'un mandat d'arrêt aux Etats-Unis, pour une folle nuit passée à Las Vegas en mai 2012, durant laquelle il a distribué aux casinos des chèques en bois totalisant 3,5 millions de dollars (environ 3,2 millions d'euros). Les faits s'étaient déroulés dans la nuit du 15 au 16 mai 2012, soit le jour de la nomination officielle de son père au Quai d'Orsay.

Le mandat d'arrêt visant l'homme de 33 ans n'est pas international mais s'applique à tout le territoire américain. En d'autres mots, l'aîné des fils Fabius risque de se faire arrêter s'il pose le pied aux Etats-Unis, a précisé ce porte-parole.

Le jour de la nomination officielle de son père

Habitué des casinos, amateur de roulette, Thomas Fabius va très loin cette nuit-là. Pris d'une frénésie d'achat de jetons, il se met à écumer les casinos de la "capitale du péché". Pour payer, il utilise des chèques de plusieurs banques, dont la Société générale. Au total, neuf chèques, de 100.000 à 1 million de dollars sont établis à l'ordre de plusieurs casinos, dont le Palazzo, un célèbre casino-hôtel de luxe de Las Vegas. Problème: ils sont tous sans provision. 

A la fin de la nuit, l'ardoise s'élève à 3,5 millions de dollars, dilapidés en seulement quelques heures.

Connu de la justice

Ce n'est pas la première fois que Thomas Fabius, connu pour sa personnalité sulfureuse, jongle avec de grosses sommes au casino. Mais il a toujours réussi à s'en sortir.

Plus généralement, le fils du numéro deux du gouvernement, dont le train de vie apparaît depuis plusieurs années ne pas correspondre aux revenus que sa société de conseils est censée lui rapporter, s'est déjà retrouvé dans le collimateur de la justice.

Le trentenaire a ainsi été visé, avec d'autres personnes, par une information judiciaire contre X ouverte en France en juin 2013 pour "faux", "escroquerie" et "blanchiment". Thomas Fabius avait notamment éveillé les soupçons en réalisant l'acquisition en 2012, pour sept millions d'euros, d'un appartement à Paris

A.S. avec AFP et Mathieu Coache