BFMTV

Capitole envahi à Washington: Nancy Pelosi estime que démettre Trump est une "urgence de la plus haute importance"

La présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi

La présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi - Samuel Corum

13 jours avant la fin du mandat du président américain, la présidente démocrate de la Chambre des représentants a fait savoir qu'une procédure de destitution pourrait être lancée contre Donald Trump, en raison des évènements survenus mercredi au Capitole.

La présidente démocrate de la Chambre des représentants Nancy Pelosi a affirmé jeudi qu'écarter Donald Trump du pouvoir était une "urgence de la plus haute importance", l'accusant avec ses sympathisants d'avoir participé à une "tentative de coup d'Etat".

Elle a exhorté le vice-président Mike Pence à invoquer "immédiatement le 25e amendement de la Constitution pour déclarer Donald Trump "inapte" à gouverner, en disant espérer avoir sa réponse "aujourd'hui".

Le Congrès "prêt à avancer vers une procédure"

S'il n'agit pas, le Congrès "pourrait être prêt à avancer vers une procédure de destitution", a ajouté la présidente de la Chambre qui a, en cette qualité, le pouvoir d'ouvrir une telle procédure.

"Hier, le président des Etats-Unis a incité une insurrection armée contre l'Amérique", a-t-elle déclaré en ouverture de sa conférence de presse hebdomadaire, au Capitole, siège du Congrès.

Mercredi, des sympathisants de Donald Trump avaient fait irruption dans cette enceinte pendant une séance extraordinaire du Congrès pour certifier la victoire de Joe Biden à la présidentielle du 3 novembre, provoquant des scènes violentes de chaos.

Trump déjà visé par une procédure de destitution

"Le seuil franchi est d'une telle gravité qu'il n'est pas question que ce président soit autorisé à prendre des décisions", a-t-elle déclaré, en dénonçant une "tentative de coup d'Etat de la part du président Trump et de ses partisans".

L'écarter du pouvoir est une "urgence de la plus haute importance", a-t-elle martelé, ajoutant que si Mike Pence et son cabinet refusaient d'agir et de ne pas se saisir de l'article 25 de la Constitution, les démocrates soutiendraient largement la reprise de la procèdure de destitution engagée l'an passée contre le président.

“Les membres de mon équipe sont particulièrement intéressés. Depuis hier, je ne fais que recevoir des messages évoquant l'impeachment, l'impeachment, l'impeachment", a fait savoir Nancy Pelosi, comme le rapporte ce jeudi le site Buzzfeed. Au pouvoir depuis 2017, Donald Trump a déjà été visé au Congrès par une infamante procédure de destitution, ouverte par Nancy Pelosi fin 2019. Il avait été acquitté au Sénat, à majorité républicaine, début 2020.

"S'il veut être unique et subir deux fois une procédure de destitution, cela dépend de lui et de son cabinet, de la décision qu'il reste ou non en fonctions", a asséné Nancy Pelosi.

Donald Trump cédera le pouvoir à Joe Biden le 20 janvier. "Bien qu'il ne reste que 13 jours, chaque jour peut se transformer en film d'horreur pour l'Amérique", a mis en garde la démocrate.

Jeanne Bulant avec AFP Journaliste BFMTV