BFMTV

Etats-Unis: une ado se suicide en direct sur Facebook, la police incapable de supprimer la vidéo

L'adolescente a diffusé son suicide en direct sur Facebook via l'application Live.me

L'adolescente a diffusé son suicide en direct sur Facebook via l'application Live.me - Pixabay

Une adolescente de 12 ans a filmé son suicide en direct. La vidéo, copiée et diffusée sur Facebook et Youtube, est restée en ligne pendant deux semaines malgré les appels à la suppression de la police.

Ni le réseau social, ni la police n'ont pu intervenir. Katelyn Davis, une adolescente de 12 ans originaire de Géorgie, aux Etats-Unis, a retransmis en direct son suicide par pendaison. Le 30 décembre dernier, la jeune fille partage une vidéo de 42 minutes sur le réseau social, via l'application Live.me. 

La vidéo en ligne pendant deux semaines

Deux semaines plus tard, la vidéo est encore sur le web, copiée et diffusée sur Youtube, Facebook et sur des blogs, détaille Quartz. La vidéo, devenue virale, a échappé au contrôle du réseau social et de la police. D'après The Independent, la version copiée sur Youtube a été vue près de 40.000 fois avant d'être retirée car elle "ne respectait pas les règles de Youtube concernant le contenu visuel choquant ou violent".

Le 9 janvier dernier, la police locale a demandé à ceux qui disposaient d'images ou d'informations sur cette affaire, de les laisser hors ligne. 

Les autorités affirment notamment avoir reçu de nombreux appels de personnes choquées que rien ne puisse être fait pour retirer ces vidéos de Facebook. "Nous avons contacté certains des sites", a expliqué le chef de la police Kenny Dodd à Fox 5 News, "ils ont demandé s'ils devaient supprimer les vidéos et selon la loi, ils ne sont pas obligés". 

Les amis Facebook doivent pouvoir "voir cet appel à l'aide"

Ce n'est qu'à partir de jeudi que Facebook a commencé à supprimer les copies de cette vidéo présente sur le réseau social, d'après Quartz. L'entreprise a notamment assuré avoir supprimé ces vidéos car elles violent la politique du réseau qui exclu la "promotion du suicide et de l'automutilation". A l'onglet "Que faire si quelqu'un publie quelque chose en lien avec le suicide ou l'auto-mutilation?", un utilisateur peut signaler un contenu suicidaire "afin que nous puissions fournir à cette personne des informations qui peuvent lui être utiles". 

Comme le rappelle Le Monde, les règles internes de modération de Facebook prévoient la suppression des images d'automutilation "si elles incitent d'autres personnes à faire de même. Dans les autres cas, les images doivent rester en ligne pour que les amis de la personne puissent voir cet appel à l'aide". 

En mai 2016, une jeune femme de 19 ans avait elle aussi filmé son suicide en direct sur Periscope. Originaire de l'Essonne, Océane s'était jetée sous un train sous les yeux des internautes. Une enquête pour connaître les causes de la mort avait été ouverte par le parquet d'Evry. 

M.L.