BFMTV

Canada: l'incendie pousse des milliers d'habitants de Fort McMurray loin de chez eux

Le brasier fait toujours rage à Fort McMurray et les habitants ne pourront pas rentrer chez eux rapidement... pour ceux dont la maison aura été épargnée.

L'origine du feu, très difficile à maîtriser, est encore inconnue. En 24 heures, sa superficie a été multipliée par dix et il s'étend désormais sur 850 km2. Les dizaines de milliers de personnes évacuées de la ville de Fort McMurray, encerclée par des incendies depuis trois jours, doivent se préparer à ne pas revenir chez elles avant longtemps, a prévenu jeudi la Première ministre de l'Alberta, Rachel Notley. Certains quartiers de la ville ont été littéralement réduits en cendres.

"Il est évident que les dégâts causés" par les feux à Fort McMurray "sont conséquents et la ville n'est pas du tout sûre pour le moment", a dit Rachel Notley en affirmant qu'il faudrait du temps, une fois les feux circonscrits, pour sécuriser l'ensemble de la ville.

"Je vais être très directe (...) ce n'est simplement pas possible, ni responsable de spéculer sur le moment où les habitants pourraient rentrer", a-t-elle déclaré. "Malheureusement, nous savons que ce ne sera pas une question de jours", a ajouté Rachel Notley lors d'une conférence de presse télévisée.

Des dizaines d'arbres en feu

Toute l'agglomération de Fort McMurray et des trois autres communes à quelques dizaines de kilomètres au sud ont été vidées et ce sont près de 100.000 habitants au total qui ont été évacués depuis bientôt 48 heures. Au milieu d'un rideau de fumée, les arbres sont transformés en torche de feu de 30 ou 40 mètres de hauteur sur le bord des routes et de longues files de véhicules roulent dans le même sens en occupant les deux voies de circulation. Dans ces conditions, des mesures doivent être prises sur le moyen terme à la fois pour les logements, pour la scolarité des enfants et simplement pour assurer la vie quotidienne des 80.000 habitants de la ville, a expliqué Rachel Notley.

Certaines personnes qui ont déjà été évacuées devaient reprendre la route ce jeudi pour s'éloigner un peu plus des flammes. Les Albertains "sont effrayés, fatigués et inquiets à propos de leur logement et se demandent de quoi leur avenir sera fait pour eux-mêmes et leur famille" et le gouvernement va les aider. "Nous serons là pour vous et nous vous aiderons tout au long du processus", a affirmé Rachel Notley. 

Des aides financières débloquées sous peu

D'abord, le gouvernement va étudier les moyens pour que les habitants évacués de l'agglomération de Fort McMurray puissent "récupérer leurs objets de valeur et évaluer les dégâts" dès que "cela possible en toute sécurité, et j'insiste, quand ce sera sûr". Le gouvernement de la province ne veut pas donner d'espoir aux habitants et veut préparer les sinistrés à reprendre leur vie aussi vite que possible dans des villes comme Edmonton ou Calgary.

"Dans les tout prochains jours, des aides financières supplémentaires seront allouées afin que les Albertains sinistrés aient les ressources et les revenus dont ils ont besoin", a-t-elle poursuivi. La solidarité s'organise au niveau de la province et au-delà au Canada pour assurer le nécessaire pendant la transition. "Les écoles publiques et privées d'Edmonton ont fait savoir qu'elles proposeraient des places pour les élèves et les lycéens évacués", selon la Première ministre.

Et le pire est peut-être à venir, a prévenu Chad Morisson, directeur du service de lutte contre les incendies de la province de l'Alberta. "Je m'attends à ce que le feu continue à prendre de l'ampleur dans les prochains jours". Une dizaine de feux restent hors de contrôle en dépit des moyens déployés: plus de 1.100 pompiers, une vingtaine de bombardiers d'eau et autant d'hélicoptères. Au total, 85.000 hectares ont brûlé dans toute la province, grande pratiquement comme la France, dont plus de 12.000 hectares autour de Fort McMurray.

la rédaction avec AFP