BFMTV

Californie: des coups de feu tirés dans un hôpital militaire de San Diego

Le Naval Medical Center à San Diego.

Le Naval Medical Center à San Diego. - Buddy Rogers - Google Earth

D'après la page Facebook de l'hôpital militaire de San Diego, à Californie, un tireur se trouverait dans le bâtiment. D'après des témoins, une personne aurait tiré des coups de feu à l'intérieur de l'établissement médical. Au moins trois détonations ont été entendues peu après 8 heures du matin, heure locale.

"La présence d'un tireur a été rapportée dans le bâtiment 26 (...) Tous les employés sont invités à courir, se cacher ou tenter de maîtriser" le tireur, précise la direction dans ce message posté sur le réseau social.

Un peu plus tard, "selon des premières informations émanant d'un seul témoin, à 8 heures ce matin, trois coups de feu ont été entendus dans le sous-sol du bâtiment 26" de l'hôpital, a indiqué le commandement de la marine pour le sud-ouest des Etats-Unis (CNRSW).

Un porte-parole de la Marine américaine a indiqué à l'AFP qu'"une fouille de haut en bas du bâtiment" a été réalisée et qu'il n'y avait pour l'instant "pas de victime signalée" et "pas de signe de fusillade" ayant eu lieu ou encore en cours.

La police locale accompagnée de la police des autoroutes et de chiens entraînés pour ce type d'intervention a "fait une fouille initiale sans rien trouver" et passe à présent le bâtiment au peigne fin, a détaillé ce porte-parole, Jon Nylander.

Par précaution, le lycée de San Diego, le lycée Garfield et le collège Roosevelt, tous situés à proximité du Navy Medical Center, ont été fermés, précise Fox 5 sur son site internet. "Les parents peuvent être rassurés, leurs enfants sont en sécurité", précise Linda Zintz, la porte-parole du rectorat.

L'hôpital militaire visé est situé dans le parc de Balboa, tout près du zoo de San Diego, à environ 10 kilomètres au nord de la base de la marine. Le bâtiment 26 abrite les bureaux de la sécurité et de l'attribution des badges d'entrée ainsi qu'un centre de remise en forme, selon le site internet de l'hôpital.

J.C.