BFMTV

Après les tirs nord-coréens, Trump choisit l'apaisement

Donald Trump face à la presse dans les jardins de la Maison blanche, le 26 avril 2019

Donald Trump face à la presse dans les jardins de la Maison blanche, le 26 avril 2019 - MANDEL NGAN / AFP

Le président américain a minimisé, dans un entretien accordé à Politico, l'impact diplomatique du lancement de deux missiles de courte portée jeudi par les autorités de Pyongyang.

Le président américain Donald Trump a affirmé vendredi que les récents tirs de missiles de la Corée du Nord n'avaient en rien entamé la relation de "confiance" avec Pyongyang.

"Je ne considère pas cela du tout comme une rupture dans la relation de confiance. À un certain moment, cela pourrait arriver. Mais à ce stade, non", a-t-il déclaré dans un entretien à Politico

"Il s'agissait de missiles de très courte portée, quelque chose de très standard", a-t-il poursuivi. Pyongyang a lancé deux missiles de courte portée jeudi, après des exercices similaires quelques jours auparavant

Pas de perte de confiance

Il s'agit d'une première depuis un an et demi, période au cours de laquelle la péninsule a été le théâtre d'une remarquable détente marquée par l'amorce de négociations sur les programmes nucléaire et balistique du Nord.

Le président américain risque-t-il, à un moment donné, de perdre confiance en Kim Jong Un, le dirigeant nord-coréen qu'il a rencontré à deux reprises, à Singapour puis à Hanoï, et avec lequel il affirme régulièrement avoir d'excellentes relations? 

"C'est possible que cela m'arrive à un certain moment, mais, pour le moment, pas du tout", a-t-il répondu.

Accusations

Le second sommet entre Donald Trump et Kim Jong Un, en février, s'est soldé par un retentissant fiasco. Les deux hommes n'ont pas réussi à se mettre d'accord sur les concessions que Pyongyang devrait faire en échange de la levée des sanctions internationales.

Depuis lors, le numéro un du régime nord-coréen a accusé Washington d'être de mauvaise foi et a exigé un changement d'attitude américaine.

En dépit de la multiplication, ces derniers temps, des menaces de Pyongyang, les experts estiment que la nature et la présentation des derniers tirs prouvent que la Corée du Nord n'a pas l'intention dans l'immédiat de tourner le dos au processus diplomatique.

Jules Pecnard avec AFP