BFMTV

Cuba-Etats-Unis: Raul Castro demande la levée de l'embargo

Le président cubain Raul Castro au Sommet des Amériques, à Panama City, le 11 avril.

Le président cubain Raul Castro au Sommet des Amériques, à Panama City, le 11 avril. - Mandel Ngan - AFP

Tous les deux présents au Sommet des Amériques, qui se tient à Panama City, Barack Obama et Raul Castro doivent s'entretenir, ce samedi. Un moment historique.

Après la poignée de mains, place aux paroles. Le président cubain Raul Castro a qualifié ce samedi Barack Obama d'"homme honnête" et souhaité la levée de l'embargo américain contre son pays, demandant également "une décision rapide" de Washington sur le retrait de Cuba de la liste américaine des pays soutenant le terrorisme.

Obama, un "homme honnête"

"Le président Obama est un homme honnête", a ainsi déclaré le président cubain lors du Sommet des Amériques, au Panama, devant consacrer le rapprochement entre leurs deux pays après plus d'un demi-siècle de brouille.

Les deux hommes doivent se rencontrer ce samedi. Il s'agit de la première rencontre entre présidents américains et cubains depuis 1956. Ils se sont brièvement serré la main à l'ouverture du sommet vendredi.

Raul Castro a estimé que la question de l'embargo imposé depuis 1962 à Cuba par les Etats-Unis "doit être résolue", dans son discours au Sommet des Amériques. Il a souligné qu'il verrait comme un "pas positif" une "décision rapide" des Etats-Unis sur le retrait de Cuba de la liste des Etats soutenant le terrorisme.

Vers un "tournant" régional?

La nouvelle politique américaine envers Cuba "marque un tournant pour l'ensemble de la région", a déclaré pour sa part Barack Obama, estimant que "le fait que le président (Raul) Castro et moi sommes assis ici aujourd'hui représente un événement historique".

Le président américain Barack Obama n'a pas encore pris de décision au sujet du retrait de Cuba de la liste américaine des Etats soutenant le terrorisme, posé comme préalable par La Havane au rétablissement des relations diplomatiques entre les deux pays, a annoncé vendredi la Maison Blanche.