BFMTV

Ingénieur français tué à Bogota: sa famille "très très remontée contre Thales" 

Un membre de la police scientifique de Bogota près de la scène de crime où un ingénieur de Thales a été abattu, à Bogota, le 2 décembre 2019

Un membre de la police scientifique de Bogota près de la scène de crime où un ingénieur de Thales a été abattu, à Bogota, le 2 décembre 2019 - HO / NOTICIAS RCN / AFP

L'ingénieur français a été assassiné ce lundi soir dans un restaurant par un tueur à gages, alors qu'il était envoyé à Bogota par Thales, pour une mission de formation. La famille, dévastée, est "très remontée" contre Thales, selon le maire de la ville où ils résident depuis 7 ans.

La famille de l'ingénieur français du groupe Thales assassiné lundi soir en pleine rue dans un quartier huppé de Bogota par un "tueur à gages" est "très très remontée contre Thales", a indiqué jeudi le maire de la localité où vit la famille, près de Toulouse.

La victime "était en compagnie d'un autre Français" avec lequel "ils sortaient d'une pizzeria" dans le district de Chapinero, situé dans le nord de Bogota, selon une source policière colombienne. Le tueur "est arrivé par derrière", visant "uniquement" la victime, avant de s'enfuir, la scène s'étant déroulée très près de l'ambassade de France en Colombie, selon la même source.

Le Français y était en mission et devait rentrer mercredi

"Sa mission avait d'abord été suspendue pour des raisons de sécurité puis mardi (26 novembre) maintenue et il est donc parti. Il y a quelques semaines, il était en Bolivie et avait été rapatrié d'urgence pour des raisons de sécurité", a souligné à l'AFP Alain Guilleminot, maire de Lapeyrouse-Fossat, petite localité en périphérie toulousaine.

Philippe Cavaillès, 45 ans, était, selon l'édile, "spécialisé dans la formation pour les simulateurs de vol. Il y allait pour une formation et aurait dû rentrer mercredi à Toulouse", où le groupe de défense Thales est installé sur plusieurs sites.

"La famille est très très remontée contre Thales", a ajouté le maire, qui a rencontré mercredi soir la veuve de la victime et les trois filles du couple. Interrogé sur un éventuel dépôt de plainte, il a répondu: "elles sont pour l'instant dévastées". "La famille était installée sur la commune depuis sept ans. Il était notamment impliqué dans une association sportive locale. Il était très apprécié et s'était fait beaucoup d'amis", selon le maire.

"Immense et profonde tristesse" de la part de Thales

Mercredi, le ministère des Affaires étrangères avait indiqué être "en contact avec un proche et avec l'employeur de la victime" après ce "décès" dans "des circonstances qui restent à éclaircir". Le groupe Thales a fait part de son "immense et profonde tristesse" précisant que le collègue de la victime avait été "immédiatement pris en charge par les autorités compétentes et la direction de Thales".

Selon une source proche du dossier, la victime avait un "profil technique" et "travaillait sur les logiciels liés aux radars et systèmes de gestion du trafic aérien civil", donc pas sur des sujets militaires. Son déplacement à Bogota n'était pas lié au salon Expodefensa, consacré à la défense et à la sécurité, où Thales dispose d'un stand. 

J. G. avec AFP