BFMTV

Violée par 33 hommes au Brésil: "Je sens de la saleté sur mon corps," témoigne la victime

Des gens manifestent à Brasilia le 29 mai 2016 contre les violences faites aux femmes après le viol collectif d'une adolescente à Rio

Des gens manifestent à Brasilia le 29 mai 2016 contre les violences faites aux femmes après le viol collectif d'une adolescente à Rio - Evaristo Sa-AFP

La jeune fille de 16 ans, violée par 33 hommes au Brésil et dont la vidéo a circulé sur les réseaux sociaux, a témoigné. Elle raconte son calvaire. Insoutenable.

L'adolescente de 16 ans violée par une trentaine d'hommes dans une favela de Rio, au Brésil, et dont les images ont circulé sur les réseaux sociaux est sortie de son silence. Son témoignage à la télévision brésilienne est glaçant.

La jeune fille se souvient d'une maison abandonnée avec seulement un lit au milieu de la pièce.

"Je me suis réveillée avec un homme au-dessous de moi. Un autre était au-dessus et deux autres tenaient mes mains, raconte-t-elle avec beaucoup d'émotion. Plusieurs personnes se moquaient de moi. Il y avait beaucoup d'hommes en train de rire et de parler sur moi. J'ai cru que j'allais mourir."

"Je sens de la saleté sur mon corps"

Trente-trois hommes ont abusé d'elle sexuellement. "Je me suis sentie coupable, plusieurs fois même. Je ne sais pas de quoi. Je sens de la saleté sur mon corps, ma bouche, mes yeux", affirme la jeune maman d'un enfant de 3 ans, qui a expliqué avoir été droguée.

Depuis le dépôt de sa plainte, elle a reçu des menaces de mort. Hospitalisée pour recevoir des traitements préventifs contre le sida et l'hépatite C, la jeune fille, présentée dans la presse comme une toxicomane, reproche à la police brésilienne son comportement. "Ils m'ont demandé ce que je faisais là et si j'avais participé à une orgie. Ils cherchaient à me faire culpabiliser."

La responsable du service des victimes mineures et adolescentes a remplacé dimanche le commissaire de police en charge de l'enquête à la demande de l'avocate de la victime qui lui reprochait d'être "misogyne" et "machiste".

"Nous enquêtons pour savoir si elle était consentante, si elle était droguée et si les faits se sont réellement passés", avait déclaré vendredi ce commissaire. Selon l'avocate, il avait demandé à l'adolescente pendant l'interrogatoire "si elle avait l'habitude de participer à des orgies". La police a reconnu que les faits étaient constitutifs d'un viol plusieurs jours après.

"Elle a été engrossée par plus de trente"

Deux suspects âgés d'une vingtaine d'années ont été arrêtés. L'un d'eux nie et explique que la jeune fille était consentante, bien qu'inconsciente. Il raconte que deux jours après la publication de la vidéo elle est revenue avec la même attitude "grivoise".

Sur la vidéo filmée par un téléphone portable et postée mercredi par un internaute se présentant comme "Michel", on voit l'adolescente allongée sur un lit, manifestement inconsciente, les parties intimes exposées et saignantes. "Elle a été engrossée par plus de trente!", dit une voix masculine. "T'as compris ou pas? Plus de trente!" ajoute-t-il en riant, selon le journal O Globo.

Ce viol collectif a suscité une immense vague d'indignation au Brésil. Plusieurs rassemblements sont prévus mercredi après de nombreuses manifestations qui ont eu lieu dans tout le pays ces derniers jours.

C.H.A.