BFMTV

Al chabaab revendique des attentats en ouganda, 74 morts

Al Chabaab a revendiqué les deux attentats qui ont fait 74 morts dans le restaurant (photo) et le club de sport de Kampala où était retransmise la finale de la Coupe du monde de football. Le groupe islamiste somalien menace de récidiver si l'Ouganda maint

Al Chabaab a revendiqué les deux attentats qui ont fait 74 morts dans le restaurant (photo) et le club de sport de Kampala où était retransmise la finale de la Coupe du monde de football. Le groupe islamiste somalien menace de récidiver si l'Ouganda maint - -

KAMPALA (Reuters) - Le groupe islamiste somalien Al Chabaab a revendiqué deux attentats qui ont fait 74 morts dans des établissements de Kampala où...

KAMPALA (Reuters) - Le groupe islamiste somalien Al Chabaab a revendiqué deux attentats qui ont fait 74 morts dans des établissements de Kampala où était retransmise la finale de la Coupe du monde de football, et menace de récidiver si l'Ouganda maintient des troupes en Somalie.

Les explosions ont eu lieu dans les derniers instants du match, dimanche soir. L'une visait l'Ethiopian Village, restaurant du quartier de Kabalagala, haut lieu de la vie nocturne à Kampala. L'autre a frappé le Lugogo Rugby Club.

"Al Chabaab est à l'origine des deux explosions de bombes en Ouganda", a déclaré cheikh Ali Mohamud Rage, porte-parole du groupe, à des journalistes à Mogadiscio, la capitale somalienne.

"Nous prévenons l'Ouganda et le Burundi que s'ils ne retirent pas leurs soldats (de la mission de l'Union africaine) de Somalie, les explosions continueront, y compris à Bujumbura."

Les activistes d'Al Chabaab avaient déjà menacé de frapper l'Ouganda en raison de la présence de ses soldats dans la force de maintien de la paix de l'UA en Somalie. La police ougandaise avait dit soupçonner ce groupe lié à Al Qaïda qui cherche à renverser le fragile gouvernement de Mogadiscio.

"Sur le lieu d'une des attaques, les enquêteurs ont retrouvé la tête coupée d'un ressortissant somalien que nous soupçonnons d'être le porteur de bombe", a dit un porte-parole de l'armée.

Le gouvernement, qui a fait état d'un bilan officiel jusqu'à présent de 74 morts, a précisé qu'au moins 28 Ougandais, une Irlandaise et onze Ethiopiens ou Erythréens avaient été tués. Trente-trois morts restent à identifier.

A Mogadiscio, un chef militaire d'Al Chabaab a salué les attaques. "L'Ouganda est un pays infidèle qui soutient le prétendu gouvernement de la Somalie", a affirmé cheikh Youssef Isse. "Nous savons que l'Ouganda est opposé à l'islam et nous nous réjouissons de ce qui s'est passé à Kampala."

L'ETHIOPIE FUSTIGE AL CHABAAB

Le Burundi, qui fournit aussi des effectifs militaires à la mission de l'UA en Somalie, a adopté des mesures de sécurité renforcées, a fait savoir un porte-parole militaire à Bujumbura.

Un ressortissant américain figure parmi les tués et le président Barack Obama a offert l'aide de Washington pour retrouver les auteurs des attentats, qu'il a qualifiés de lâches. Le département d'Etat a confirmé qu'un ressortissant américain avait été tué et que cinq autres étaient blessés. L'ONG américaine Invisible Children annonce sur un blog qu'un de ses membres, Nate Henn, a péri au Rugby Club.

Le président Yoweri Museveni s'est rendu au club de rugby. "Cela illustre la criminalité et le terrorisme dont je parle, a-t-il dit le chef de l'Etat ougandais. Si vous voulez vous battre, allez trouver des soldats, ne lancez pas de bombe sur des gens qui regardent du football."

"C'est un acte de lâcheté des terroristes d'Al Chabaab", a dit à Reuters Bereket Simon, responsable de l'information auprès du gouvernement éthiopien à Addis-Abeba.

L'armée éthiopienne est intervenue en Somalie en 2006 afin d'évincer un mouvement islamiste implanté à Mogadiscio. Cela a provoqué une insurrection qui se poursuit aujourd'hui.

Le mode opératoire - deux attentats simultanés - évoque la piste d'Al Qaïda et des groupes armés qui s'inspirent du réseau d'Oussama ben Laden.

MENACE ISLAMISTE

Les deux engins ont explosé alors que la finale touchait à sa fin. "Nous regardions le match, il devait rester trois minutes de jeu lorsqu'une explosion s'est produite. Elle était très puissante", a raconté Juma Seiko devant le Rugby Club.

Des policiers fortement armés ont bouclé les secteurs des deux attentats et les ont quadrillés avec des chiens renifleurs tandis que des survivants aidaient à dégager des blessés.

L'Ouganda, troisième économie d'Afrique de l'Est, vit dans une relative stabilité. Mais son engagement en Somalie l'expose potentiellement à une menace islamiste.

Les responsables du tourisme ougandais ont engagé les visiteurs à ne pas s'inquiéter d'un "incident isolé survenant tous les trente-six du mois". Mais à Kampala, certains habitants ne cachent pas leur appréhension. "Nous restons bouclés chez nous aujourd'hui par crainte de représailles des Ougandais", confiait un réfugié somalien, Bisharo Abdi.

Samedi, le président somalien Sheikh Sharif Ahmed a fait part à Reuters de son inquiétude face au nombre croissant de djihadistes étrangers qui rejoignent les rangs de l'insurrection islamiste. Il y voyait un risque pour la stabilité régionale.

Avec Frank Nyakairu, Sahra Abdi et Abdi Guled à Nairobi. Henri-Pierre André et Philippe Bas-Rabérin pour le service français, édité par Gilles Trequesser