BFMTV

Le Royaume-Uni appelle ses ressortissants à quitter la Tunisie

Trente touristes britanniques ont trouvé la mort dans l'attentat de Sousse le 26 juin dernier.

Trente touristes britanniques ont trouvé la mort dans l'attentat de Sousse le 26 juin dernier. - Fethi Belaid - AFP

Le ministère des Affaires étrangères britanniques déconseille à ses ressortissants de se rendre en Tunisie pour tout voyage "non essentiel". Londres craint une nouvelle attaque, quinze jours après l'attentat de Sousse.

Deux semaines après le terrible attentat perpétré sur la plage et dans un hôtel près de Sousse, station balnéaire tunisienne, le ministère des Affaires étrangères britannique appelle l'ensemble de ses ressortissants à quitter le pays. Le "Foreign Office" juge dans un communiqué une "nouvelle attaque terroriste comme hautement probable".

Philip Hammond, chef de la diplomatie outre-Manche, n'a pas évoqué de menace "imminente" mais déconseille vivement tout voyage dans le pays. Il explique qu'il y a autour de 3.000 touristes britanniques actuellement dans le pays, et quelques centaines de résidents permanents.

Plusieurs sites déconseillés

"Nous jugeons prudent et justifié de faire ce changement", a indiqué Philip Hammond. Le ministère déconseille ainsi tout voyage sur le mont Chaambi et à plusieurs endroits de la frontière avec l'Algérie, ainsi que le long de la frontière avec la Libye.

Dans le reste du pays, le ministère déconseille tout voyage "non essentiel". "Si vous êtes en Tunisie et que vous n'avez pas une raison essentielle de rester, vous devriez partir", indiquent les nouveaux conseils aux voyageurs. Ils précisent que des vols seront mis en place par les opérateurs de tourisme pour organiser le départ de leurs clients.

En conséquence, le tour opérateur Thomson et First Choice, qui n'a actuellement plus de clients en Tunisie, a annoncé jeudi l'annulation de tous ses voyages vers cette destination jusqu'au 31 octobre, ainsi que le rapatriement de son personnel britannique sur place.

Etat d'urgence

Malgré la proclamation de l'état d'urgence depuis le 4 juillet, Londres indique ne pas croire que "les mesures mises en place soient suffisantes pour protéger actuellement les touristes britanniques". Après l'attentat Port El Kantaoui, les autorités tunisiennes avaient admis des dysfonctionnements. 

Le terroriste, Seifeddine Rezgui, un étudiant en master de 23 ans, est parvenu à tuer 38 personnes en simulant son arme dans un parasol. En tenue de touristes, il avait tiré sur la foule présente sur la plage de l'hôtel avant de se diriger vers l'établissement avant d'être abattu par les forces de l'ordre.

I. V.