BFMTV

L'Unesco appelle à l'arrêt immédiat des profanations religieuses en Libye

BFMTV

La directrice générale de l'Unesco, Irina Bokova, a lancé ce mardi un appel "à l'arrêt immédiat des destructions de sites soufis en Libye", après que des islamistes radicaux ont démoli des mausolées ces derniers jours.

Irina Bokova a exprimé sa "vive préoccupation face à la destruction et à la profanation de sanctuaires soufis et de bibliothèques à Zliten, Misrata et Tripoli en Libye", a expliqué l'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco), basée à Paris, dans un communiqué.

La directrice générale a appelé les auteurs à "cesser immédiatement cette destruction" de ces sites, indiquant que l'Unesco était prête à fournir son assistance pour leur protection et leur réhabilitation.

"La destruction de lieux d'importance religieuse et culturelle ne peut être tolérée", a souligné Irina Bokova, exhortant les autorités libyennes et la société civile "à prendre leurs responsabilités pour la protection du patrimoine culturel et les sites d'importance religieuse, dans l'intérêt des générations futures".

Mausolée et tombeau profanés à Tripoli

Des islamistes radicaux ont démoli samedi à coup de pelleteuse le mausolée d'Al-Chaab al-Dahmani à Tripoli et profané le tombeau de ce sage, lieu de pèlerinage pour certains musulmans, notamment les soufis.

Des intégristes ont également détruit des mausolées à Zliten et à Misrata dans l'ouest du pays, provoquant l'indignation de la société civile mais aussi de responsables libyens.

Les intégristes s'opposent à ces mausolées érigés à la mémoire de saints musulmans car ces derniers font l'objet d'une vénération populaire qui, selon eux, contrevient à l'unicité de Dieu, précepte fondateur de l'islam.