BFMTV

Les insurgés progressent vers Syrte, réunion à Londres sur Libye

Insurgés à la poursuite de membres des forces fidèles à Mouammar Kadhafi à environ 120 km de Syrte. Les insurgés ont progressé lundi en direction de l'ouest et la ville natale de Mouammar Kadhafi, Syrte, mais à Misrata les forces du régime ont pénétré dan

Insurgés à la poursuite de membres des forces fidèles à Mouammar Kadhafi à environ 120 km de Syrte. Les insurgés ont progressé lundi en direction de l'ouest et la ville natale de Mouammar Kadhafi, Syrte, mais à Misrata les forces du régime ont pénétré dan - -

par Angus MacSwan et Maria Golovnina NOFILIA, Libye (Reuters) - Les insurgés ont progressé lundi en direction de l'ouest et la ville natale de...

par Angus MacSwan et Maria Golovnina

NOFILIA, Libye (Reuters) - Les insurgés ont progressé lundi en direction de l'ouest et la ville natale de Mouammar Kadhafi, Syrte, mais à Misrata les forces du régime ont pénétré dans certain quartiers, au point que Tripoli affirme contrôler désormais la troisième ville de Libye.

L'activité diplomatique a gagné en intensité à la veille de la réunion à Londres, ce mardi, des ministres des Affaires étrangères d'un "groupe de contact" sur la Libye, regroupant plus de 40 pays et organisations internationales.

La réunion s'ouvrira à 13h00 GMT et prendra fin par une conférence de presse à 16h30 GMT.

La Grande-Bretagne souhaite que cette réunion renforce la détermination de la communauté internationale à faire respecter deux résolutions adoptées par les Nations unies sur la Libye, cela face aux critiques de Moscou qui juge que les frappes de la coalition vont au-delà du mandat donné par l'Onu.

Angela Merkel, Nicolas Sarkozy, Barack Obama et David Cameron ont évoqué lundi soir la situation en Libye lors d'un entretien en visio-conférence.

La France et la Grande-Bretagne avaient appelé dans la journée les partisans de Kadhafi à faire défection avant qu'il ne soit trop tard et à se joindre à un processus de transition démocratique en Libye. "Le régime actuel a perdu toute légitimité. Kadhafi doit donc partir immédiatement", écrivent le président Nicolas Sarkozy et le Premier ministre britannique David Cameron dans une déclaration commune.

Quelques heures plus tard, le président Barack Obama prononçait une allocution télévisée pour cadrer les enjeux et les limites de l'engagement américain en Libye.

Les Etats-Unis, a-t-il souligné, s'efforceront de concert avec leurs alliés de hâter le jour où Kadhafi quittera le pouvoir, mais ils ne chercheront pas à le renverser directement par la force.

La passation de commandement des opérations des Etats-Unis à l'Otan se fera mercredi, a-t-il précisé d'autre part. Le Pentagone a annoncé lundi son intention de retirer progressivement certains de ses navires de guerre de la zone.

UN CENTRE DE COMMANDEMENT LIBYEN VISÉ

Le Qatar est devenu lundi le premier pays arabe à reconnaître le Conseil national libyen (CNL) des insurgés. L'Italie a précisé de son côté un projet d'accord qui prévoirait un cessez-le-feu, le départ en exil de Kadhafi et un dialogue entre les insurgés et les chefs des tribus.

Le CNL exclut cependant tout compromis avec les partisans du régime. "Depuis le début nous avons une position dont le point central est la chute du régime Kadhafi", a déclaré le porte-parole des insurgés Hafiz Ghoga à la presse à Benghazi.

Du côté du régime, le ministre des Affaires étrangères de Kadhafi, Moussa Koussa, s'est rendu lundi après-midi en Tunisie voisine. Les autorités tunisiennes soulignent qu'il s'agit d'une visite à caractère "privé, et non pas officiel".

Sur le terrain, les insurgés, encouragés par les raids aériens de la coalition, sont entrés lundi dans la localité de Nofilia, à 120 km à l'est de Syrte, que les rebelles ont désormais en point de mire.

Les insurgés indiquent que les embuscades que leur tendent les forces de Kadhafi les obligent parfois à battre en retraite, mais qu'ils regagnent ensuite le terrain perdu. L'avance rapide des insurgés allonge cependant leurs lignes de ravitaillement, et ils ont du mal à se procurer de l'essence pour leurs nombreux pick-ups et autres véhicules.

Selon le vice-amiral américain Bill Gortney, les forces des insurgés ne sont pas solides, et il a minimisé leurs gains.

Dans l'ouest de la Libye, les forces de Kadhafi ont bombardé lundi la ville de Zentane, tenue par les insurgés, comme l'a rapporté la chaîne Al Djazira en citant un porte-parole rebelle.

Le seul grand fief insurgé dans l'Ouest est Misrata, qui avec ses 300.000 habitants est la troisième ville de Libye. Le gouvernement de Tripoli clame avoir "libéré" cette métropole.

La coalition a poursuivi ses raids aériens et ses tirs de missiles tout au long de la journée de lundi. Six missiles Tomahawk ont été tiré ces dernières 24 heures et 178 sorties aériennes ont été effectuées.

La coalition a notamment visé le poste de commandement d'une des unités les plus loyales à Kadhafi.

Guy Kerivel et Eric Faye pour le service français