BFMTV

La coalition accentue sa pression sur les forces libyennes

Matériel militaire appartenant à l'armée libyenne détruit par les raids de la coalition, sur une route entre Benghazi et Ajdabiah. Le contre-amiral américain Gerard Hueber a déclaré que les forces engagées pour instaurer une zone d'exclusion aérienne en L

Matériel militaire appartenant à l'armée libyenne détruit par les raids de la coalition, sur une route entre Benghazi et Ajdabiah. Le contre-amiral américain Gerard Hueber a déclaré que les forces engagées pour instaurer une zone d'exclusion aérienne en L - -

Les forces engagées pour instaurer une zone d'exclusion aérienne en Libye accentuent leur pression sur les troupes de Mouammar Kadhafi, qui continuent à violer la résolution de l'Onu exigeant la protection des civils, a déclaré mercredi le contre-amiral américain Gerard Hueber.

Les avions américains, britanniques et français, a-t-il précisé, s'en prennent notamment aux forces mécanisées, à l'artillerie et aux batteries de missiles sol-air aux alentours de Misrata, à 200 km à l'est de Tripoli, et d'Ajdabiah, encore plus à l'est sur la route de Benghazi.

"Pour que notre mission soit remplie, les civils innocents et les centres urbains doivent être protégés. Les forces de Kadhafi doivent cesser le feu. Toutes les attaques de civils doivent prendre fin. Les forces doivent cesser d'avancer vers Benghazi et se retirer d'Ajdabiah, de Misrata et de Zaouïah.

"Il est clair que les forces de Kadhafi ne se sont pas conformées à ces exigences et qu'elles violent manifestement la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'Onu", a souligné le contre-amiral Hueber interrogé par téléphone à bord de Mont Whitney, navire de commandement américain qui croise en Méditerranée.

Les raids aériens contre les troupes au sol se sont intensifiés entre Misrata et Ajdabiah, a-t-il précisé, faisant état de 175 sorties mardi, dont 113 pour les appareils américains.

Rien n'indique selon lui que les forces fidèles au Guide libyen battent en retraite à Misrata, à Ajdabiah et dans d'autres localités où les combats mettent "des civils innocents en grave danger".

"En conséquence, nous faisons pression sur les forces de Kadhafi qui attaquent ces populations", a-t-il expliqué, assurant que les raids des forces étrangères n'avaient pas fait de victimes civiles.

REUTERS