BFMTV

Egypte: revivez les événements de la journée du jeudi 4 juillet

Un blindé devant la Cour constitutionnelle, au Caire, jeudi 4 juillet, au lendemain de la destitution de Mohamed Morsi.

Un blindé devant la Cour constitutionnelle, au Caire, jeudi 4 juillet, au lendemain de la destitution de Mohamed Morsi. - -

Les Egyptiens ont continué de fêter le départ de Mohamed Morsi tandis que le Guide des Frères musulmans était arrêté. Mais les partisans de Morsi n'ont pas dit leur dernier mot et appellent à une grande manifestation vendredi.

C'en est fini de Mohamed Morsi. Le président égyptien a été destitué mercredi soir par l'armée. Jeudi matin, le juge Mansour a prêté serment et le remplace officiellement d'ici à la tenue de nouvelles élections. La communauté internationale fait preuve d'une grande prudence dans ses réactions. D'autant que les heurts pourraient reprendre de plus belle vendredi, les Frères musulmans ayant appelé à une grande manifestation.

>> Cet article en direct est maintenant terminé, merci de l'avoir suivi.

23h30 - Washington demande aux autorités égyptiennes de ne pas "détenir arbitrairement" Mohamed Morsi. Les Etats-Unis demandent expressément aux autorités égyptiennes de ne pas procéder à des "arrestations arbitraires" à l'encontre de Mohamed Morsi et des partisans du président islamiste déposé, a déclaré jeudi un responsable gouvernemental américain.

-
- © -

22h - La presse israélienne n'a pas caché son inquiétude ce jeudi, au lendemain de la destitution du président islamiste égyptien, Mohamed Morsi. Sous traité de paix avec l’Égypte depuis 1979, Israël redoute plus que tout une déstabilisation interne de son voisin.

20h15 - L'ambiance est toujours festive sur la place Tahrir, au Caire, en ce début de soirée, comme le montre ce livestream. La foule est cependant plus compacte que cet après-midi.

19h10 - Par ailleurs, le ministère des Affaires étrangères déconseille tout voyage en Egypte. "Les prochains jours devraient être marqués par de nouvelles manifestations importantes. Les lieux de rassemblement habituels au centre-ville du Caire, tels que la place Tahrir, la mosquée de Rabea Al Adaweya à Medinat Nasr, le quartier de l’Université du Caire et les abords des bâtiments officiels doivent impérativement être évités", écrit le Quai d'Orsay sur son site, et recommande d'éviter tout déplacement "au moins jusqu'au 7 juillet".

19h05 - Les voyagistes français appellent à la prudence. Les tour-opérateurs français ont appelé jeudi à "plus de précaution" et "de vigilance" dans les prochains jours et les prochaines semaines pour les voyages en Egypte, et annoncent la suspension des séjours et des excursions au Caire et à Héliopolis, selon l'association Ceto.

18h45 - Les partisans de Mohamed Morsi dans la rue. Les pro-Morsi se sont rassemblés à plusieurs endroits du Caire, ce jeudi, pour faire entendre leur colère après le renversement du président islamiste. A l'approche de la manifestation de vendredi, les Frères musulmans appellent à la "vengeance" comme l'explique notre envoyé spécial sur place, François-Xavier Ménage.

#egypte : avant la grande manif de demain, qq milliers de frères musulmans crient "vengeance" au caire. pic.twitter.com/Njx6Tu4azP
— fxmenage (@fxmenage) July 4, 2013

18h25 - Les islamistes appellent à manifester vendredi. Les partisans du président déchu Mohamed Morsi lancent un appel à manifester en masse vendredi contre le "coup d'Etat" de l'armée.
Le "Front national de défense de la légitimité", qui regroupe les principales forces islamistes du pays, appelle ses partisans à se rassembler "pacifiquement" au cours du "vendredi du refus".

18h20 - Les Frères musulmans dénoncent un "état policier" en Egypte, après l'éviction de Mohamed Morsi, lui-même issu de ce parti. "Les Frères musulmans rejettent la terreur de l'Etat policier qui a arrêté des figures de la confrérie et du parti (de la Liberté et de la Justice, vitrine politique de la confrérie)", a indiqué le mouvement islamiste dans un communiqué.

18h10 - Les agressions sexuelles se sont multipliées ces derniers jours en Egypte, et notamment au Caire, en marge des manifestations anti-Morsi. Quatre-vingt agressions à caractère sexuel ont été recensées pour la seule soirée de mercredi, au cours de laquelle le président a été destitué. En Egypte, le harcèlement sexuel est un véritable phénomène de société et peut être interprété comme un instrument politique. Explications dans notre article spécial.

>> A LIRE: Agressions sexuelles en Egypte: phénomène de société ou instrument politique?

-
- © -

17h35 - Un hélicoptère survole le Caire. Comme les jours précédents, un hélicoptère de l'armée survole le centre de la capitale égyptienne, et notamment la place Tahrir, où la situation est toujours calme en cette fin d'après-midi.

17h25 - Les évéments en Egypte peuvent-ils inspirer la Tunisie? Pour Moncef Marzouki, le président tunisien, il n'y a "pas de risque de contagion" de la crise. "Je ne pense pas (qu'il y ait un risque de contagion) parce qu'ici l'armée est républicaine", a-t-il déclaré. Un mouvement Tamarrod, sur le même modèle que celui impulsé en Egypte, a été lancé il y a quelques jours en Tunisie.

17h15 - Hollande s'exprime sur la situation en Egypte depuis la Tunisie. Au cours d'une conférence de presse commune avec le président tunisien, Moncef Marzouki, le chef de l'Etat français a notamment appelé à "tout faire" pour relancer le processus démocratique en Egypte, "sur la base du pluralisme et du rassemblement".

17h10 - Les islamistes d'Ennahda, en Tunisie, dénoncent eux aussi un "coup d'Etat". Le parti Ennahda, lui-même très contesté en Tunisie, a estimé dans un communiqué que l'armée a écarté "la légitimité claire du premier président élu (démocratiquement) de l'Egypte".

-
- © -

17h05 - La place Tahrir semble avoir retrouvé son calme, ce jeudi après-midi, comme en témoignent ces images en direct, montrant une petite foule rassemblée dans une ambiance festive. Mercredi soir, la célèbre place, qui a déjà connu la révolution de janvier 2011, a laissé exploser sa joie à l'annonce de la destitution de Mohamed Morsi.

16h40 - 47 morts en une semaine en Egypte. Selon un décompte établi la nuit dernière, 47 personnes ont péri en Egypte dans les heurts entre opposants et partisans du président déchu Mohamed Morsi, depuis le 26 juin. En outre, une centaine d’agressions sexuelles ont été recensées sur la place Tahrir et ses environs au Caire.

16h35 - Les Frères musulmans de France condamnent un "coup d'Etat". L'Union des organisations islamiques de France (UOIF, proche des Frères musulmans) s'est ainsi dite "affligée par ce bouleversement dangereux en Egypte" et "condamne fermement le coup d'Etat qui vient de s'y produire et espère que l'Egypte ne fasse pas marche arrière".

-
- © -

16h10 - La police militaire égyptienne a effectivement arrêté le chef des Frères musulmans. Comme nous le disions un peu plus bas dans ce direct, Mohammed Badie (photo ci-contre), le Guide suprême des Frères musulmans égyptiens, a bien été arrêté ce jeudi, a annoncé une source au sein des services de sécurité.

16h - Le président palestinien félicite Adly Mansour. Mahmoud Abbas a envoyé ses félicitations au chef de l'Etat égyptien par intérim et a rendu hommage au "rôle joué par les forces armées égyptiennes pour préserver la sécurité de l'Egypte et l'empêcher de basculer vers un destin inconnu".

15h55 - L'intégralité de l'intervention télévisée du général Abdel Fattah al-Sissi, mercredi soir, au cours de laquelle le chef de l'armée a annoncé la destitution du président Morsi est disponible (en anglais) sur Facebook.

15h40 - Le New York Post tente un titre léger. Contrastant avec la gravité des titres de la presse internationale ce jeudi, après la destitution de Mohamed Morsi, le quotidien newyorkais a opté pour un jeu de mot autour du nom de l'ex-président, en français dans le texte, repéré par le correspondant de BFMTV à New York, Jean-Bernard Cadier.

Jeu de mot un peu faible à la Une du NYork Post. Mais bon on va pas se plaindre, pour 1 fois qu'ils parlent français. pic.twitter.com/FVienb338Q
— Jean-Bernard Cadier (@jbcadier) July 4, 2013

15h35 - Le Guide suprême des Frères musulmans arrêté? Selon AP citant des sources officielles en Egypte, le chef des Frères musulmans, parti dont est issu Mohamed Morsi, aurait été arrêté. Plus tôt dans la journée, un mandat d'arrêt à l'encontre de Mohammed Badie, chef des Frères musulmans, avait été émis, pour incitation à tuer des manifestants qui protestaient dimanche devant le siège des Frères musulmans.

BREAKING: Egyptian officials: Muslim Brotherhood's supreme leader has been arrested..
— The Associated Press (@AP) July 4, 2013

15h15 - Les Frères musulmans annoncent qu'ils ne prendront pas les armes, après le renversement du président Morsi, issu de leurs rangs. "C'est un coup d'Etat militaire. Nous resterons actifs et le (le coup d'Etat) priverons de légitimité jusqu'à ce que ce soit rectifié", a déclaré un des principaux dirigeants du parti, ce jeudi.

15h10 - Mohamed Morsi poursuivi pour "outrage à la justice". Selon l'agence Reuters, un magistrat a annoncé, ce jeudi, l'ouverture d'une enquête sur l'ancien président égyptien et quinze autres islamistes pour "outrage à la justice" en Egypte.

15h - Les Français d'Egypte partagent la joie des anti-Morsi. La plupart des 10.000 ressortissants Français vivant en Egypte partagent la joie populaire liée à la destitution de Mohamed Morsi. Mais ils craignent tout de même des représailles des partisans des Frères musulmans qui sont armés.

14h50 - Ban Ki-moon pour un retour rapide à un gouvernement civil. Le secrétaire général de l'ONU s'est prononcé pour la mise en place "aussi vite que possible" d'un gouvernement civil et non militaire à la tête de l'Egypte, estimant que toute ingérence de l'armée "n'est pas en accord avec les principes démocratiques".

14h10 - Pour la Turquie, l'éviction de Morsi est antidémocratique. "Le changement de pouvoir en Egypte n'est pas résultat de la volonté du peuple. Il ne s'inscrit pas dans le respect de la démocratie et de la loi", a déclaré à Ankara le vice-Premier ministre Recep Bozdag.

13h40 - L'Union européenne préoccupée par le sort du président destitué. "La situation de Mohamed Morsi est assez peu claire, nous essayons de tirer au clair ce qu'il en est. Dans tous les cas, tous les principes de justice et de droits de l'Homme doivent être respectés" dans le traitement qui lui est réservé, a affirmé Michael Mann, porte-parole de la chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton.

13h30 - Le Qatar "continue à soutenir l'Egypte, dans son rôle de leader des mondes arabe et musulman", a déclaré un responsable politique qatari, sans toutefois féliciter le nouveau président intérimaire Adly Mansour. Le Qatar était en effet le principal appui financier et politique des Frères musulmans -dont est issu Mohamed Morsi- depuis leur arrivée au pouvoir.

13h20 - De son côté, l'Iran respecte "la volonté du peuple" égyptien. Le porte-parole de la diplomatie iranienne, Abbas Araghchi, a indiqué que l'Iran "respecte la volonté du peuple intelligent et civilisé égyptien et insiste sur la nécessité de répondre à ses demandes légitimes".

13h15 - La Syrie "admirative". Pour le régime syrien, la chute de Mohamed Morsi est un "grand accomplissement", selon un communiqué officiel lu à la télévision d'Etat. "Le peuple syrien, sa direction et son armée expriment leur profonde admiration pour le mouvement national et populaire en Egypte qui a conduit à ce grand accomplissement", a ainsi déclaré le régime de Bachar al-Assad, dans ce communiqué.

13h00 - "It's not a coup, it's a revolution". Le journal Al-Tahrir, créé à la suite des révoltes de la place cairote du même nom, a tenu à adresser un message à Barack Obama. En bandeau sur sa une, le quotidien de gauche écrit: "It's a revolution, not a coup, Mr. Obama" [C'est une révolution, pas un coup d'état, Monsieur Obama]. Un journaliste du Washington Post envoie la photo sur son compte Twitter.

Egypt's Al-Tahrir newspaper has a front-page message (in English) for President Obama today. Via @Newseum. pic.twitter.com/3BzYgVQyKZ
— J. Freedom du Lac (@jfdulac) July 4, 2013

12h35 - Que devient Mohamed Morsi? Le président déchu est toujours retenu au ministère de la Défense. Selon CNN qui s'est entretenu avec Gehad El-Haddad, le porte-parole des Frères musulmans, "ils ont coupé tous ses accès, tous ses appels. Personne ne peut le voir".

12h30 - Le choix des mots. Coup d'état, révolution, renversement? Difficile de trancher, quelques heures à peine après la destitution de Mohamed Morsi par l'armée. De son côté, l'agence de presse allemande DPA a choisi de parler de "renversement", et non de putsch militaire, explique un confrère de l'AFP sur Twitter.

Tweet précédent: l'agence allemande DPA a choisi parler de "renversement" de #Morsi en l'#Égypte, pas de putsch militaire" #choixdesmots
— Frédéric Happe (@FredHappe) July 4, 2013

12h05 - Mandat d'arrêt contre le chef des Frères musulmans. Selon Reuters, le procureur général égyptien a émis des mandats d'arrêt à l'encontre du guide suprême des Frères musulmans Mohammad Badie ainsi que son adjoint Khairat el-Shater. Une information relayée par le site anglais de la chaîne Al-Arabiya, qui indique que Badia et el-Shater sont accusés d'"incitation à la violence" dans l'enquête sur les heurts qui ont fait huit morts cette semaine devant le siège du mouvement au Caire.

12h00 - La Russie appelle à la "retenue". Les réactions de la communauté internationale sont décidément bien prudentes. Peu avant l'Allemagne, la Russie a appelé l'Egypte à "la retenue" et à rester dans ke cadre "démocratique".

11h50 - Twitter traduit les tweets de Morsi. Avec la crise politique que connaît l'Egypte, Twitter a décidé de mettre en place un outil permettant de traduire les tweets d'une centaine de personnalités politiques égyptiennes, dont ceux de Mohamed Morsi, explique le Wall Street Journal. Le but: "que les utilisateurs du monde entier puissent comprendre et suivre la situation" en Egypte, expliquent les dirigeants du réseau social dans un communiqué.

11h45 - L'image du jour, c'est le coeur formé par ces deux avions de l'armée, dans le ciel du Caire. Une photo relayée sur Twitter par le reporter d'Europe 1, Sebastien Krebs.

L'image du jour. Défilé aérien, les avions de l'armée dessinent un coeur dans le ciel de #Tahrir #egypte @Europe1 pic.twitter.com/5200z7UsyQ
— Sebastien Krebs (@sebastienkrebs) July 4, 2013

11h35 - Un "échec majeur". Le ministre allemand des Affaires étrangères Guido Westerwelle, en déplacement en Grèce, a qualifié le remplacement de Mohamed Morsi d'"échec majeur" pour la démocratie. "Il est urgent que l'Egypte retourne aussi vite que possible à un ordre constitutionnel (...) il y a un réel danger que le processus de transition démocratique en Egypte soit sérieusement altéré", a-t-il dit

11h15 - Le juge Adly Mansour a prêté serment. Il va succéder à Mohamed Morsi dans la journée. "Je m'engage à préserver le système de la République, à respecter la Constitution et la loi et à protéger les intérêts du peuple ", a dit Adly Mansour, désigné par l'institution militaire pour remplacer le président déchu, lors d'une brève cérémonie au siège du Conseil constitutionnel.

10h00 - Le silence d'Israël. De son côté, le gouvernement israélien reste prudent après la mise à l'écart de Mohamed Morsi. Selon les médias, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a donné la consigne à ses ministres de ne pas faire le moindre commentaire officiel pour le moment sur la crise en Egypte, pays avec lequel Israël a signé un traité de paix en 1979.

"Il est important que le peuple égyptien puisse accéder à un niveau de liberté et d'auto-gestion (...) mais la situation actuelle envoie des ondes de choc dans tout le monde arabe d'où une certaine inquiétude en Israël", a déclaré un responsable israélien sous couvert d'anonymat.

09h50 - Paris "prend acte". La France "prend acte" de l'annonce de nouvelles élections, a déclaré Laurent Fabius mercredi. "Elle souhaite que les échéances soient préparées dans le respect de la paix civile, du pluralisme, des libertés individuelles et des acquis de la transition démocratique, afin que le peuple égyptien puisse choisir librement ses dirigeants et son avenir", a-t-il ajouté.

08h50 - Des affrontements sanglants. La nuit n'a pas été que le théâtre de rassemblements festifs en Egypte. Dans plusieurs villes du pays, des affrontements ont eu lieu entre partisans et adversaires des Frères musulmans. Un premier bilan fait état d'au moins 14 morts, à Alexandrie, Minya et Fayoum. Au Caire, l'ambassade américaine a été fermée mercredi "par précaution", ont annoncé les Etats-Unis. Le personnel a été évacué.

08h15 - Qui est Adly Mansour? Le nouveau président par intérim Adly Mansour, 67 ans, doit prêter serment jeudi matin. Lundi, ce juge formé à l'ENA a été nommé président du Conseil constitutionnel, pour lequel il exerce depuis 1992. Le voilà désormais président par intérim, chargé de former un gouvernement de transition. Selon le journal égyptien Al-Ahram, Mansour a participé à création des lois électorales qui ont permis la tenue des élections démocratiques de l'an dernier, et ont mené Morsi au pouvoir.

07h30 - Quel rôle pour l'armée? Ce sont bien les militaires qui ont pris la parole mercredi soir à la télévision égyptienne pour annoncer la chute du président Morsi. Mais l'armée a promis qu'elle "resterait éloignée de la politique", a dit son chef Abdel Fattah al-Sissi. Les consultations pour la formation du prochain gouvernement ont débuté.

07h15 - La joie des Egyptiens en France. A Paris, ils étaient quelques centaines à se réunir pour fêter la chute de Mohamed Morsi. Beaucoup de jeunes, de femmes mais aussi quelques parents accompagnés de leurs enfants sont descendus dans la rue.

07h00 - Obama "préoccupé". Dans une déclaration mercredi, le président américain s'est dit profondément préoccupé par l'éviction du président égyptien Mohamed Morsi par l'armée et a appellé à un retour rapide à un gouvernement civil démocratiquement élu en Egypte. Barack Obama a également appelé à réviser l'importante aide militaire à l'Egypte.

06h30 - 300 mandats d'arrêt. La détention de Mohamed Morsi est la dernière étape d'une série de mesures des forces de sécurité. En quelques heures, celles-ci ont resserré leur étau sur les Frères musulmans, dont Mohamed Morsi est issu, en lançant 300 mandats d'arrêt contre ses membres.

06h15 - Morsi détenu. Renversé mercredi soir, Mohamed Morsi a été transféré jeudi à l'aube au ministère de la Défense, tandis que son équipe était détenue dans un bâtiment militaire. Cette détention "préventive" laisse entendre que l'ancien chef de l'Etat pourrait être poursuivi par la suite.

|||>> L'ESSENTIEL

• Mohamed Morsi a été renversé par l'armée mercredi soir

• Le Guide suprême des Frères musulmans a été arrêté

• La communauté internationale est inquiète

Ariane Kujawski et Adrienne Sigel