BFMTV

Egypte: revivez la journée des affrontements de mardi

Des manifestants brandissent des portraits de Mohamed Morsi, mardi 2 juillet, au Caire.

Des manifestants brandissent des portraits de Mohamed Morsi, mardi 2 juillet, au Caire. - -

Avec le soutien de l'armée, les opposants entendent renverser le président Mohamed Morsi, élu il y a un an. Des affrontements au Caire ont fait au moins sept morts et des dizaines de blessés.

Le président égyptien Mohamed Morsi a pour la seconde fois repoussé l'ultimatum que lui a lancé l'armée pour trouver une solution et "statisfaire aux revendications du peuple". Il a opposé sa "légitimité constiutionnelle".

Le conflit qui oppose les partisans et opposants au président islamiste semble ce mardi soir dans l'impasse. Les affrontements, notamment au Caire, ont fait sept morts et des dizaines de blessés, ont indiqué des source médicales ce mardi soir.

Ce direct est désormais fermé, merci de l'avoir suivi.

22h45 - Le président Morsi appelle l'armée à retirer son ultimatum. "Le président Mohamed Morsi réaffirme sa légitimité constitutionnelle, refuse toute tentative de passer outre, appelle les forces armées à retirer leur avertissement et refuse tout diktat" qu'il vienne d'Egypte ou de l'étranger, a-t-il écrit sur son compte Twitter officiel.

22h - Sept morts dans des affrontements entre pro et anti-Morsi sont à déplorer au Caire, indiquent des sources médicales. Ces heurts sruvenus dans le quartier de Guizeh ont également fait des dizaines de blessés, dont plusieurs ont été grièvement touchés par des tirs, ont précisé ces mêmes sources.

Des heurts ont également éclaté dans d'autres quartiers de la périphérie du Caire et dans la province de Beheira.

20h - Paris demande au président Morsi d'écouter son peuple. Le ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius a appelé ce mardi Mohamed Morsi "à écouter" son peuple, jugeant "très inquiétant" ce qui se passe en Egypte.

"Quand il y a une telle masse de problèmes et une telle masse de population qui exprime plus qu'un malaise, un refus, une angoisse, il faut que le gouvernement égyptien écoute le peuple. (...) Il faut que le président Morsi entende ce qui se passe", a ainsi déclaré Laurent Fabius sur i-Télé.

19h30 - Morsi a rencontré le chef de l'armée. Le président égyptien Mohamed Morsi a effectivement rencontré ce mardi le général Abdel Fattah al-Sissi, chef de l'armée et ministre de la Défense, pour parler de la crise politique, ont indiqué des sources présidentielle et militaire.

17h25 - Les Frères musulmans appellent à empêcher un coup d'Etat, si besoin par le "martyre". "Chercher le martyre pour empêcher un coup d'Etat est ce que nous pouvons offrir aux précédents martyrs de la révolution", a ainsi déclaré dans un communiqué Mohamed al-Beltagui, un responsable des Frères musulmans égyptiens.

17h15 - Selon le journal Egypt Independent, le président Mohamed Morsi, le premier ministre Hicham Qandil et le ministre de la Défense et chef d'état-major de l'armée égyptienne, Abdel Fattah al-Sissi, se sont à nouveau rencontrés ce mardi après-midi, après une première entrevue lundi.

17h05 - Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a fait savoir son inquiétude quant aux agressions sexuelles commises à l'encontre des femmes qui manifestent, en Egypte.

"J'espère vraiment que, tout en trouvant une réponse pacifique à la crise actuelle, ils (les Egyptiens) puissent accorder plus d'attention aux manifestantes, puisque nous avons vu de nombreux cas d'agressions sexuelles au cours des manifestations", a ainsi déclaré Ban Ki-moon lors d'une conférence de presse à Reykjavik, en Islande.

16h45 - La foule grossit place Tahrir. Selon plusieurs photos publiées sur Twitter, les manifestants sont en train de se rassembler place Tahrir, au Caire, et y sont de en plus nombreux. Ci-dessous, une photo postée en milieu d'après-midi par une journaliste d'Al Jazeera.

#tahrir 16.30 pic.twitter.com/LIjvpA5hnm
— Sherine Tadros (@SherineT) July 2, 2013
-
- © -

16h35 - L'opposition égyptienne choisit Mohamed El Baradei, l'ancien directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et prix Nobel de la paix en 2005, pour la représenter et préparer une transition politique, annonce un communiqué.

Le "Front du 30 juin", qui rassemble les plus importants partis et mouvements hostiles au président Morsi, a ainsi déclaré que Mohamed El Baradei serait sa "voix" et serait chargé de "préparer un scénario" en vue de cette transition politique.

Mohamed El Baradei avait activement soutenu le soulèvement contre Hosni Moubarak début 2011.

16h10 - Un compte à rebours en ligne. Des internautes ont créé un site Internet qui décompte le temps restant à Mohamed Morsi avant la fin de l'ultimatum de l'armée. A l'heure où ces lignes sont écrites, le "Morsi Timer" affiche un temps restant de 24 heures et 44 minutes.

15h25 - Le Canada ferme temporairement son ambassade au Caire. Le Canada a annoncé ce mardi la fermeture temporaire "jusqu'à nouvel ordre" de son ambassade au Caire, invoquant des raisons de sécurité.

14h05 - L'armée reprend un rôle de premier plan en Egypte, en se rangeant du côté des manifestants. Après avoir repoussé l'ultimatum et vu ses soutiens s'effriter, Mohamed Morsi peut-il conserver le pouvoir? Et, s'il le quitte, un coup d'Etat de l'armée est-il possible? Décryptage avec Didier Billion, directeur adjoint de l'IRIS et spécialiste du Moyen-Orient.

>> A LIRE: Egypte: l’armée revient au centre du jeu politique

13h28 - Deux porte-parole quittent leurs fonctions. L'information est confirmée: un porte-parole du président Morsi, Ehab Fahmi, et celui du gouvernement, Alaa al-Hadidi, ont démissionné ce mardi, dans la foulée de la démission de cinq ministres depuis lundi, selon des sources officielles.

12h25 - Le Premier ministre aurait proposé de démissionner d'après le journal Egypt Independent. Mais le président Morsi n'aurait pas encore accepté. Une information démentie par le cabinet du ministériel, selon un journaliste sur place. Toujours selon Egypt Independent, d'autres porte-parole du président auraient également démissionné.

Correction: AMAY: PM Hesham Qandil offers his Cabinet resignation to President Mohamed Morsy. Morsy yet to decide
— Egypt Independent (@EgyIndependent) July 2, 2013

12h20 - Les événements égyptiens provoquent une légère hausse du prix du pétrole. "L'escalade des tensions en Egypte et une réduction de l'offre (de pétrole) depuis la Libye et le Nigeria font monter les prix du pétrole", expliquent les analystes de Commerzbank. "Même si l'Égypte n'est pas exportateur de pétrole, le canal de Suez et un certain nombre d'oléoducs en font un important pays de transit pour le pétrole d'Afrique du Nord et de la région du Golfe", soulignait-on chez Commerzbank.

Tahrir 11h45 pic.twitter.com/Iw3Ob4AU5d
— Charles Enderlin (@Charles1045) July 2, 2013

12h - Le compte Twitter @Tahrir_News a posté une vidéo de la place Tahrir ce mardi matin:

#Tahrir right now. #June30 #EgyptABC http://t.co/ULYKPZ24ao
— Alexander Marquardt (@MarquardtA) July 2, 2013

11h50 - La pression internationale augmente. Après Barack Obama, l'ONU exhorte Morsi à écouter les demandes du peuple égyptien et lui demande de s'engager dans un "dialogue national sérieux" pour désamorcer la crise.

11h40 - L'opposition n'est pas favorable à un "coup militaire", selon un communiqué. Le Front du Salut National, principale coalition de l'opposition, ne soutiendra aucun "coup d'Etat militaire", a-t-il déclaré, soulignant que l'ultimatum lancé par l'armée au président islamiste Mohamed Morsi pour "satisfaire les revendications du peuple" ne signifiait pas que les militaires voulaient jouer un rôle politique. Le FSN a précisé "faire confiance à la déclaration de l'armée (affirmant que les militaires) ne veulent pas s'investir en politique".

11h - “L’armée se range du côté du peuple”, titre le journal Al-Tahrir, comme le repère Courrier International.

Al-Tahrir : L'armée rejoint le peuple égyptien ! pic.twitter.com/I3MWBE0909
— BROCCOLICCHI (@LineBrocco) July 2, 2013

10h20 - La justice réintègre le procureur général démis par Morsi. Un nouveau revers pour le chef d'Etat islamiste. "La cour d'appel rend une décision définitive de réintégration d'Abdel Méguid Mahmoud (au poste de) procureur général", a indiqué l'agence officielle Mena. Le limogeage en novembre de ce procureur nommé du temps du président Hosni Moubarak avait provoqué une levée de boucliers chez les magistrats, qui avaient dénoncé une ingérence de l'exécutif dans les affaires de la justice.

>> Retrouvez ici notre éclairage sur l'avenir de Mohamed Morsi

9h50 - L'Iran demande à l'armée de respecter le "vote des électeurs", après l'ultimatum des militaires lancé à Mohamed Morsi. "Mohamed Morsi a été élu par le vote des électeurs (...) Dans ces conditions, on attend des forces armées égyptiennes, qui ont un passé glorieux notamment dans la révolution égyptienne, de jouer son rôle pour soutenir le dialogue national en tenant compte du vote des électeurs exprimé dans les urnes", a déclaré le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian.

9h44 - La foule n'est pas encore très dense ce matin sur la place Tahrir:

This morning's #Tahrir protesters. Hoping it'll grow. pic.twitter.com/KmbXOZZisK #Egypt #Morsi #MB
— Zaahira زاهرة (@ZaahiraYelena) July 2, 2013

9h - "La démocratie ne se limite pas aux élections", a souligné Barack Obama d'après un communiqué de la Maison Blanche. "Il s'agit aussi de faire en sorte que les voix de tous les Egyptiens soient entendues et représentées par leur gouvernement, y compris les nombreux Egyptiens qui manifestent à travers le pays".

Lors de son appel téléphonique, "le président Obama a encouragé le président Morsi a prendre des mesures pour montrer qu'il répond à leurs inquiétudes (des manifestants) et souligné que la crise actuelle ne peut être résolue que par un processus politique", selon la Maison-Blanche. "Il a réitéré sa conviction que tous les Egyptiens qui protestent doivent s'exprimer pacifiquement et a exhorté le président Morsi à clairement dire à ses partisans que toute forme de violence est inacceptable", a poursuivi la présidence américaine.

8h35 - Barack Obama a appellé Mohamed Morsi pour lui dire son inquiétude. Le président américain Barack Obama a appelé mardi son homologue égyptien depuis la Tanzanie. Il a indiqué à Mohamed Morsi que Washington était attaché "au processus démocratique en Egypte et ne soutenait aucun parti ou groupe".

8h30 - Le ministre égyptien des Affaires étrangères démissionne. Mohammed Kamel Amr, a remis sa démission, a annoncé ce mardi l'agence de presse officielle Mena. C'est le plus important membre du cabinet à avoir quitté le gouvernement, après la démission lundi de quatre ministres.

7h - Mohamed Morsi a rejeté l'ultimatum de 48h lancé par l'armée qui lui donnait 48 heures pour satisfaire les "demandes du peuple".

Aurélie Delmas et Adrienne Sigel et D. N.