BFMTV

Cyclone Idai: le nombre de morts et de sinistrés augmente encore au Mozambique et au Zimbabwe

217 personnes ont trouvé la mort au Mozambique à la suite des dégâts provoqués par le cyclone.

217 personnes ont trouvé la mort au Mozambique à la suite des dégâts provoqués par le cyclone. - Yasuyoshi Chiba - AFP

Un nouveau bilan fait état de 217 morts au Mozambique, où 15.000 personnes ont encore besoin d'être secourues d'urgence. Au Zimbabwe, le cyclone a fait 139 victimes.

Environ 15.000 personnes ont encore besoin d’être secourues rapidement dans les zones inondées au Mozambique après le passage d’Idai, a annoncé ce jeudi le ministre mozambicain de l'Environnement Celso Correia. Le cyclone, qui a balayé l’Afrique australe la semaine dernière, a déjà fait 217 morts dans le pays.

"Hier (mercredi), nous avons décompté 15.000 personnes qui avaient encore besoin d'être secourues", a déclaré Celso Correia. "Quinze mille personnes qui ne sont pas en forme. Elles sont en vie (...) mais on a besoin de les secourir, de les sortir de là. C'est une lutte contre la montre. Chaque minute compte", a-t-il prévenu.

400.000 personnes ont également dû être déplacées dans ce pays qui a été le plus durement touché par le cyclone. En tout, le Programme alimentaire mondial (PAM) estime que ce ne sont pas moins de 1,7 million de Mozambicains qui vont avoir besoin d’aide à la suite de ce cyclone.

Le Zimbabwe durement touché 

Au Zimbabwe, un nouveau bilan de l’ONU estime que 200.000 personnes ont été touchées par les inondations et le cyclone dans les régions situées près de la frontière du Mozambique. Un chiffre en nette hausse, puisque le nombre total de sinistrés dans le pays était jusque là estimé à 15.000. La radio-télévision d'Etat ZBC a également revu à la hausse le bilan des morts, qui s'élève désormais à 139.

Les conditions dans le district de Chimanimani, dans l'est du Zimbabwe, "sont très mauvaises", a déclaré Hervé Verhoosel, porte-parole du PAM. “Environ 90% du district a été endommagé de façon importante.”

En balayant le Zimbabwe et le Mozambique en fin de semaine dernière, Idai a provoqué de violentes inondations et glissements de terrain qui ont ravagé des villages entiers, des ponts, et de nombreuses infrastructures à travers les deux pays. Beira, la deuxième ville du Mozambique, a été ravagée à 90 % par le cyclone.

Un bilan qui pourrait dépasser les mille morts

Sur place, les secours s’organisent difficilement pour construire des camps et distribuer de la nourriture aux rescapés. L’ONU a par ailleurs lancé mercredi un appel de fonds aux pays membres pour financer les opérations de secours au Mozambique, au Zimbabwe et au Malawi, et venir en aide aux personnes encore bloquées sur des toits ou dans des arbres.

S’il n’est pas encore possible de dresser un bilan final des dégâts provoqués par le cyclone, le président mozambicain Filipe Nyusi estime que le nombre de victimes total pourrait dépasser les mille morts dans son pays.

Selon son porte-parole Farhan Haq, "cela pourrait être l'une des pires catastrophes naturelles qui ait frappé l'Afrique australe de mémoire d'homme”. La Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FICR) a de son côté estimé qu’il s’agissait de ‘“la pire crise humanitaire dans l'histoire récente du Mozambique".

Juliette Mitoyen avec AFP