BFMTV

Attentat en Côte d'Ivoire: "Taper Grand-Bassam, c'est taper la France", selon un expert

Chaque dimanche, de nombreuses familles africaines se retrouvent à Grand-Bassam.

Chaque dimanche, de nombreuses familles africaines se retrouvent à Grand-Bassam. - Sia Kambou - AFP

Un attentat a frappé la station balnéaire de Grand-Bassam, en Côte d'Ivoire. 14 civils ont été tués, "dont 4 de race blanche", ont précisé les autorités ivoiriennes.

Les assaillants ont tué "14 civils dont quatre de race blanche". La Côte d'Ivoire a été frappée en plein coeur par un attentat qui a visé la station balnéaire de Grand-Bassam, où se retrouvent le dimanche expatriés occidentaux et familles ivoiriennes, tous venus de la capitale Abidjan à une quarantaine de kilomètres. Sur le plateau de BFMTV, Jean-Pierre Pont, éditeur au magazine La Voix de France, a fait part de soulagement à l'idée qu'il n'y ait "pas d'enfant" parmi les victimes.

Revendiqué par al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), l'attentat s'est produit aux abords de trois grands hôtels sur les plages. "Cette attaque était prévisible", assure de son côté Pierre Martinet, ancien agent de la DGSE (Direction générale de la Sécurité extérieure) et directeur associé de Corpguard, société pour les prévention des risques et qui a mené encore la semaine dernière des audits pour des hôtels ivoiriens. 

"Capitale coloniale de la France"

Si la menace était réelle, pour de nombreux experts, le symbole est important. "La Côte d’Ivoire, même s’ils avaient démantelé plusieurs réseaux, c’est quand même fort", détaille sur BFMTV Antoine Glaser, journaliste spécialiste de l'Afrique. "La Côte d’Ivoire est le pays phare de la région qui représente 41% du PIB de l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest."

Ne faisant pas partie des cinq pays qui se sont associés pour lutter contre le terrorisme dans cette région du monde, derrière cet attentat, une autre cible était visée: la France.

"C’est une vraie provocation vis-à-vis de l’armée française qui se trouve à peine à 40 kilomètres", confirme Antoine Glaser expliquant que la base du 43e régiment d'infanterie de marine se situe sur la route entre Abidjan et Grand-Bassam. Poursuivant, le journaliste décrit la station balnéaire ivoirienne comme "la capitale coloniale de la France en Afrique (...) Il n'y a pas plus symbolique que Grand-Bassam."

Et de conclure: "Taper grand bassam, c’est vraiment taper la France."

J.C.