BFMTV

Cameroun: un prêtre français enlevé, Boko Haram suspectée

Le prêtre français Georges Vandenbeusch, 42 ans, a été enlevé au Cameroun

Le prêtre français Georges Vandenbeusch, 42 ans, a été enlevé au Cameroun - -

Le rapt a eu lieu dans un monastère à une trentaine de kilomètres de la frontière entre le Cameroun et le Nigeria et à 700 kilomètres de la capitale Yaoundé. Le mode opératoire correspond à Boko Haram selon le gouvernement camerounais.

Un prêtre français, Georges Vandenbeusch, 42 ans, a été enlevé au Cameroun, a confirmé le ministère des Affaires étrangères. Le rapt a eu lieu dans un monastère à une trentaine de kilomètres de la frontière entre le Cameroun et le Nigeria et à 700 kilomètres de la capitale Yaoundé.

"La probabilité est forte qu'il soit déjà au Nigéria", a déclaré à BFMTV Issa Tchiroma Bakari en fin d'après-midi. "Il existe de fortes présomptions d'une implication de Boko Haram. On reconnait leurs pratiques dans cet enlèvement".

"Nous mettons toutes nos forces pour le retrouver", affirme-t-il.

Le père Georges avait été envoyé sur place par le diocèse de Nanterre en septembre 2012. L'évêque de Nanterre demande que "les diocèses des Hauts-de-Seine aient une pensée cet après-midi pour le Père Georges" alors qu'une veillée est organisée à 20h30.

"Nous sommes dans une grande émotion", a réagi monseigneur Gérard Darcourt. "Une valise où ne restait qu'un chéquier a été retrouvée sur la route du Nigeria et le père Georges aurait été enlevé par 15 personnes", a-t-il expliqué avant de confirmer que le père Georges avait décidé dans rester dans une région qu'il savait dangereuse.

Le ministère des Affaires étrangères avait déclaré la même chose plus tôt dans la journée en confirmant l'enlèvement.

"Ils cherchaient le coffre-fort"

"Ils sont venus vers 23h et ont frappé à ma chambre avant de casser la fenêtre", raconte soeur Régine à BFMTV, présente sur place dans la nuit de mercredi à jeudi. "Ils ont demandé de l'argent mais nous n'en avions pas. Je ne sais pas quand il est parti. Certains des ravisseurs étaient chez le père Georges, d'autres dans la maison des soeurs".

"Il est le seul à avoir été kidnappé", constate père Gilbert, du Cameroun, sur BFMTV, après avoir confirmé l'horaire de l'attaque ainsi que le mode opératoire. "On peut penser que quelque chose était préparé", estime-t-il.

"Le commando, une dizaine de personnes, s'exprimait en anglais et de l'argent aurait aussi été volé chez des voisins", avait expliqué sur BFMTV Reinnié Kazé, correspondant de l'AFP au Cameroun. "L'alerte a été donnée très vite".

"Les recherches seront difficiles"

"Les recherches seront difficiles dans cette région", analyse le géographe Christian Seignobos sur BFMTV. "Cette zone à l'extrême Nord du pays est proche de la frontière avec le Nigeria et des montages où Boko Haram a l'habitude de se réfugier".

"L'armée du Nigeria ne monte pas dans ces rochers", a-t-il expliqué car la secte Boko Haram utilise des "motos chinoises" pour semer les armées régulières qui ne peuvent se déplacer que sur les grands axes.

Les islamistes bénéficient de surcroît du soutien d'une partie de la population, indique encore l'expert.

La même zone que pour la famille Moulin-Fournier

Le 19 février 2013, la famille Moulin-Fournier avait été enlevée dans la même région avant d'être libérée au mois d'avril.

En langue haoussa, Boko Haram signifie "l'éducation occidentale est un péché". Lancée en janvier 2004, cette secte veut imposer un état islamique dans le nord du Nigeria, avec une stricte application de la charia. Mercredi, elle a été placée par les Etats-Unis sur la liste des organisations terroristes.

D'autre part, ce mouvement aurait des liens avec al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) mais "les cibles ne sont pas les mêmes ni les intérêts".

Les autorités nigérianes ont récemment demandé au Cameroun voisin, dont la frontière longe le nord-est du Nigeria où le groupe islamiste est particulièrement actif, de s'engager plus fermement dans la lutte contre cette sanglante insurrection.


>> La carte des otages français dans le monde

Samuel Auffray