BFMTV

Une photo de Bouteflika diffusée par Valls choque en Algérie

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, le 28 avril 2014.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, le 28 avril 2014. - Farouk Batiche - AFP

Les médias algériens s'indignent de plusieurs clichés, dont une photo diffusée par le Premier ministre français lors de sa visite à Alger, montrant le président algérien affaibli.

Décidément, la visite de Manuel Valls la semaine dernière en Algérie aura été émaillée de polémiques... Des deux côtés de la Méditerranée. Alors que côté français, le refus d'Alger d'accorder des visas à des journalistes du Monde et du Petit Journal de Canal + a déclenché une polémique et décidé plusieurs médias hexagonaux à boycotter le voyage officiel du Premier ministre français, en Algérie, c'est une photo, en particulier diffusée par le locataire de Matignon, qui provoque l'émoi des médias, comme le rapporte le blog Géopolis de Francetv info.

Le cliché, disponible au téléchargement entre autres sur le site de l'Agence France Presse, a notamment été posté dimanche dernier par Manuel Valls sur son compte Twitter. On y voit le chef du gouvernement français assis auprès d'Abdelaziz Bouteflika dans la résidence d'Etat de Zéralda (une banlieue de la capitale), qui sert désormais de bureau au président algérien. "Échanges économiques, humains et sécurité: la relation franco-algérienne est forte, historique et stratégique", commente le tweete.

Affaibli, le regard hagard

Si l'image montre un Manuel Valls esquissant un sourire, le chef d'Etat algérien, malade, apparaît lui le regard hagard et la bouche entrouverte, comme sur les autres photos des deux hommes prises ce jour-là par l'AFP. 

De quoi provoquer la colère de médias algériens s'indignant de voir leur leader en si mauvaise posture. "Mais quel est l'Algérien qui accepterait de voir son président (...) montré au monde entier dans un état de santé aussi lamentable, aussi affaibli, aussi diminué, aussi pitoyable, que celui dans lequel le monde entier l'a découvert à travers ces images et vidéos qui ne cessent de tourner et de "retourner", gouverner encore et toujours?", interrogent Le Matin D'Algérie, avant de lancer: "Il est manifeste qu'il est dans l'incapacité de prendre la moindre décision, ni encore moins de gérer tout un pays."

"Diffusée au soir de l’audience avec le Premier ministre français, Manuel Valls, la séquence montrant Bouteflika dans un état insoutenable a plombé le moral national", abonde El Watan. "Le désarroi a même gagné des niveaux supérieurs dans le pouvoir", relate le quotidien.

"Et le droit du malade au respect de sa dignité?"

"Et le droit du malade au respect de sa dignité?", titre de son côté Liberté Algérie. "Le traumatisme national provoqué par les images pathétiques du président Bouteflika (...) est suffisamment commenté pour ne pas remuer davantage le couteau dans la plaie des Algériens outrancièrement choqués. C’est une inqualifiable forfaiture, dont sont comptables ceux qui sont en charge de l’image du chef de l’État. Il s’agit, en l’occurrence du droit du malade au respect de sa dignité et de son intimité."

Âgé de 79 ans, Abdelaziz Bouteflika a été victime d'un AVC en 2013, qui a affaibli sa mobilité et sa faculté d'élocution. Il a depuis été hospitalisé à plusieurs reprises. Ses apparitions officielles sont désormais très rares, et interviennent surtout lors de visites de chefs d'Etat ou de gouvernements étrangers. Une absence de la scène médiatique qui alimente les doutes, formulés par plusieurs personnalités et partis politiques, sur ses capacités à continuer à diriger le pays.

Violette Robinet