BFMTV

Seine-et-Marne: le stockage de tonnes de déblais du Grand Paris Express inquiète les écologistes

Extraites des chantiers du Grand Paris Express, des tonnes de terres sont déversées en Seine-et-Marne.

Extraites des chantiers du Grand Paris Express, des tonnes de terres sont déversées en Seine-et-Marne. - BFM Paris

Des tonnes de terres excavées pour la construction du Grand Paris Express sont stockées à Villeneuve-sous-Dammartin, en Seine-et-Marne, où des associations s'inquiètent du risque pour l'environnement. Ces terres peuvent contenir des métaux lourds.

A quelques kilomètres de l'aéroport Charles-de-Gaulle, des tonnes de déblais du Grand Paris Express arrivent chaque jour. Villeneuve-en-Dammartin est le première zone de stockage de ces terres excavées pour la construction du super métro. Depuis 2016, environ 9.000 à 10.000 tonnes de déblais par jour arrivent dans la commune.

Ces terres visqueuses déversées par des camions dans une énorme cuvette sont concentrées en métaux lourds. Dans un arrêté préfectoral d'avril dernier encadrant l'exploitation de cette installation de stockage, il est précisé que ces terres "présentent des surconcentrations naturelles en certains composants chimiques". 

Pour l'heure, aucune donnée sur les concentrations et les quantités stockées n'a été dévoilé. Mais l'association France nature environnement s'inquiète. 

"Ce qu'on craint c'est qu'à plus long terme, on ait par exemple des fuites qui viennent se répandre et contaminer l'environnement et les eaux souterraines", explique Gérard Dumaine, membre de France nature environnement en Seine-et-Marne. 

600 camions contrôlés 

L'entreprise ECT, en charge de l'exploitation de cette zone, se veut rassurante. Les 600 camions qui déposent chaque jour de la terre à Villeneuve-sous-Dammartin sont tous contrôlés, assure l'entreprise. 

"Lorsque le camion arrive ici il va passer par des portiques de contrôles, par exemple de radioactivité. Il est contrôlé à l'aide de caméras et à l'aide d'autres capteurs pour vérifier que la terre ne contient aucun élément qui ne soit indésirable. Et enfin lorsqu'il se présente près de la berge, il va déverser d'abord sa matière pour qu'elle soit contrôlée par un placier et un personnel ECT", détaille Laurent Magno, directeur de l'entreprise. 

Plusieurs millions de tonnes ont déjà été acheminées à Villeneuve. Un chantier qui nécessite de la main d'oeuvre, une aubaine pour la commune. 

"C'est très important pour la commune puisque ça permet d'inclure des gens qui n'ont pas de travail et qui sont sur le site, ce qui est pratique aussi, et de pouvoir les former à des métiers particulièrement intéressant", plaide Françoise Mazza, adjointe à la mairie de Villeneuve-sous-Dammartin. 

D'ici 2030, 45 millions de tonnes de déblais auront été extraites des sous-sols de l'Ile-de-France. La Société du Grand Paris s'est engagée à valoriser 70% de ces déblais. 

Thibault Cordier, Ryad Maouche, Aurore Villemur avec Carole Blanchard