BFMTV

Pollution aux microparticules: 3 pays sur 4 touchés, malgré la baisse due au Covid-19

Un soldat près de la porte de l'Inde à New Delhi le 14 janvier 2021. New Delhi est la ville la plus polluée en 2020 (comme en 2019), avec plus de huit fois la dose maximale recommandée par l'OMS.

Un soldat près de la porte de l'Inde à New Delhi le 14 janvier 2021. New Delhi est la ville la plus polluée en 2020 (comme en 2019), avec plus de huit fois la dose maximale recommandée par l'OMS. - Jewel Samad - AFP

Cette pollution de l'air aux particules fines PM2,5, notamment issue des tempêtes de sable, des feux de forêt ou encore de l'agriculture, est responsable de nombreuses morts prématurées.

Les trois-quarts des pays ont connu en 2020 une pollution excessive aux micro-particules, responsable de nombreuses morts prématurées, malgré une baisse significative des activités polluantes due à la pandémie de Covid-19, selon un rapport publié ce mardi.

Au total, 84% des pays ont connu une baisse des niveaux de pollution de l'air aux particules fines PM2,5 (inférieures à 2,5 micromètres) selon ce rapport, compilé par la branche de recherche de la société suisse IQAir et Greenpeace à partir de données de stations de surveillance terrestres, pour les deux tiers opérées par des institutions publiques.

Mais sur 106 pays avec des données disponibles, seuls 24 respectaient les normes de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour ces particules dont le diamètre correspond à un trentième d'un cheveu humain. Cette petitesse leur permet de pénétrer dans le système sanguin via les poumons, entraînant asthme, cancers des poumons ou maladies cardiaques.

"Des améliorations inédites, mais temporaires"

La majorité des sept millions de morts prématurées à travers le monde attribuées par l'OMS à la pollution de l'air sont causées par les PM2,5, issues des tempêtes de sable, des feux de forêt, de l'agriculture, de l'industrie et de la combustion d'énergies fossiles.

"De nombreuses régions du monde ont connu des améliorations inédites, mais temporaires, de leur qualité de l'air en 2020, les restrictions dues au Covid ayant entraîné une baisse brutale de la consommation d'énergies fossiles", a souligné Lauri Myllyvirta du Centre de recherches sur l'énergie et l'air (CREA), qui a également collaboré à l'étude.

Pour cet analyste, cité dans un communiqué, cette baisse a permis "d'éviter des dizaines de milliers de décès" dans le monde. Des études ont par ailleurs suggéré qu'une exposition à la pollution de l'air accroit la vulnérabilité au Covid-19 et favorise peut-être la circulation du virus.

Cette amélioration de la qualité de l'air en 2020 a déjà été constatée dans de nombreuses études régionales, ainsi qu'une remontée de la pollution avec la levée ou l'assouplissement des restrictions.

L'Asie du Sud et de l'Est sont les régions les plus polluées

Comme les années précédentes, l'Asie du Sud et de l'Est ont été les régions les plus affectées par les PM2,5 en 2020: le Bangladesh, l'Inde et le Pakistan concentrent 42 des 50 villes les plus polluées au monde, 49 sur 50 si on y ajoute la Chine, où 86% des villes mesurées ont pourtant enregistré une amélioration globale.

Parmi les capitales, New Delhi était la plus polluée (comme en 2019), avec plus de huit fois la dose maximale recommandée par l'OMS. Suivent Dacca, Oulan Bator, Kaboul et Doha. Islamabad est 11ème, Pékin 15ème. À l'autre extrémité du tableau, Stockholm, Helsinki et Wellington sont les capitales les moins affectées.

Rare exception à la baisse mondiale, les États-Unis ont enregistré une augmentation moyenne de 6,7% de la pollution aux PM2,5, attribuée aux méga-feux qui ont notamment ravagé le nord-ouest du pays. Au point que 38% des villes américaines étudiées n'ont pas respecté les normes OMS en 2020, contre 21% en 2019.

S.B.-E. avec AFP