BFMTV

Paris: pourquoi les couloirs du métro sont jonchés de détritus depuis une semaine?

Des déchets déversés à la station Trocadéro

Des déchets déversés à la station Trocadéro - BFM Paris

En cause, un mouvement de grève, entamé le 28 mai, des salariés de l'entreprise Samsic, une société prestataire de nettoyage de la RATP en conflit avec leur employeur.

Bouteilles plastiques, restes de repas, détritus en tous genres. Depuis une semaine, des déchets sont déversés dans des stations des lignes 5,6 et 8 du métro parisien. En cause, un mouvement de grève, entamé le 28 mai, des salariés de l'entreprise Samsic, une société prestataire de nettoyage de la RATP en conflit avec leur employeur. 

Bertrand Castagné, directeur général de Samsic City, le pôle nettoyage urbain du groupe, assure que les grévistes sont une vingtaine, "uniquement affectés à la ligne 6 du métro".

Une hausse des salaires

Les grévistes demandent une hausse de 3% du salaire de base, une revalorisation de leur prime de nuit à 2 euros, le passage à temps plein des salariés à temps partiel lorsqu'ils le demandent et l'embauche des CDD en CDI.

"Des propositions leur ont été faites lundi, qu'ils ont refusées: une hausse des salaires (entre 1.600 et 3.000 euros brut) de 1%, et de 4% de la prime de nuit (qui passerait de 1,10 euro de l'heure à 1,20 euro)", indique pour sa part Bertrand Castagné.

"De nouvelles propositions" devaient être faites "ce mercredi après-midi lors d'une réunion sous réserve qu'ils cessent de déverser des tonnes de déchets dans les stations de la ligne 6", a ajouté le directeur général.

La RATP a porté plainte

Les usagers de la ligne 6 doivent enjamber depuis une semaine des détritus dans les couloirs et les escaliers de certaines stations.

Boubacar Doucouré, responsable syndical CFDT, s'insurge contre le "favoritisme" au sein de l'entreprise, "qui embauche certains en CDI tandis que d'autres salariés d'entreprises intérimaires restent en CDD jusqu'à 7 ou 8 ans". De son coté la RATP souligne qu'il appartient à Samsic de régler le conflit et renvoie sur ce géant des services (90.000 salariés dans 25 pays).

Pour le syndicat Solidaires RATP, "la direction de la RATP laisse la situation se dégrader" et "oppose les grévistes aux agents RATP en demandant, par exemple, à ces derniers de balayer les couloirs et escaliers du métro".

La RATP indique avoir porté plainte pour les "dégradations" commises dans certaines stations la semaine dernière: détritus jetés dans les couloirs et escaliers.

Cyrielle Cabot avec AFP