BFMTV

Les météorologues bientôt à court de noms de tempêtes, à cause du nombre exceptionnel d'ouragans dans l'Atlantique cette année

L'ouragan Sally dans le golfe du Mexique.

L'ouragan Sally dans le golfe du Mexique. - RAMMB/NOAA/NESDI

Le nombre de tempêtes tropicales est tellement élevé dans l'Atlantique en cette saison 2020 que les météorologues auront bientôt épuisé la liste des noms préétablis pour les nommer. Qu'adviendra-t-il, donc, une fois que les météorologues auront eu recours à toutes les lettres de l'alphabet?

La saison des ouragans est tellement exceptionnelle dans l'Atlantique cette année, que les météorologues vont bientôt être à court de noms de tempête pour les baptiser, comme le rapportent les médias américains.

Parmi la liste des 21 noms de tempête pré-attribués par l'Organisation météorologique mondiale pour la saison 2020, seul un reste disponible: Wilfried. Or ce nom pourrait être attribué la semaine prochaine, selon les météorologues, qui prévoient de nouvelles tempêtes d'ici la fin de la saison des ouragans prévue le 30 novembre prochain.

"L'une des saisons les plus actives jamais enregistrées"

"Nous sommes déjà à 20 tempêtes nommées, et nous sommes à peine à la moitié de la saison des ouragans, c'est beaucoup", a commenté Dennis Feltgen, météorologue et porte-parole du centre national des ouragans (NHC) de Miami au New York Times.

Selon lui, l'océan Atlantique fait face à une saison des ouragans 2020 "hyperactive", car une saison normale ne produit généralement pas plus d'une douzaine de tempêtes. En mai dernier, l'Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) prévoyait déjà une saison supérieure à la normale.

Mais en août dernier, certains scientifiques ont même prévenu qu'il s'agirait de "l'une des saisons les plus actives jamais enregistrées" dans l'océan Atlantique, avec au moins 25 tempêtes tropicales, comme l'avait déclaré Louis Uccellini, directeur du service de météorologie national.

Recours aux lettres de l'alphabet grec

Une fois toutes les lettres de l'alphabet latin auront été utilisées, les météorologues n'auront donc d'autre choix que d'avoir recours aux lettres de l'alphabet grec pour nommer les prochaines tempêtes de la saison 2020, en commençant par alpha, beta, gamma ou encore delta.

Ces listes de noms de tempêtes sont renouvelées tous les six ans, alternant entre noms féminins et masculins selon les lettres de l'alphabet, explique le New York Times. Mais bien qu'il y ait 26 lettres dans l'alphabet, l'Organisation météorologique mondiale n'utilise pas de noms commençant par les lettres Q, U, X, Y ou Z, estimant qu'"il n'y en a pas assez", selon les propos du météorologue à NBC, John Morales.

Ces noms, précise l'Organisation météorologique mondiale, doivent également "respecter les sensibilités sociales", et "réfléter un certain équilibre entre les patronymes d'origine française, espagnole ou anglaise, en fonction du lieu où sont censés se diriger les tempêtes en question".

Un record pour la seconde fois de l'Histoire

"Nous ne l'avons fait qu'une seule fois jusqu'alors", a fait savoir au quotidien américain Dennis Feltgen, précisant: "c'était en 2005", alors que l'océan Atlantique était confronté à un record de 28 tempêtes tropicales. Cette année-là, les météoroloques ont été contraints d'utiliser six noms grecs pour baptiser les derniers ouragans de la saison .

En cette mi-septembre, pas moins de cinq tempêtes tropicales (Paulette, Teddy, Vicky et Sally) cohabitent en même temps dans l'océan Atlantique, et ce pour la seconde fois de l'Histoire seulement.

Le nombre de tempêtes tropicales et d'ouragans dans l'Atlantique Nord n'a pas augmenté dans les dernières décennies, mais un phénomène a été observé: ils tendent à être plus intenses. Selon certains experts, ce serait une conséquence du changement climatique.

Jeanne Bulant Journaliste BFMTV