BFMTV

Les "black cabs" londoniens arrivent à Paris l’année prochaine

Un "black cab" à Paris

Un "black cab" à Paris - LEVC

Ce taxi 100% électrique dispose d'une autonomie de 130 km. Il devrait débarquer dans les rues de la capitale au premier semestre 2019. Son prix d'achat est fixé aux alentours de 70.000 euros.

Bientôt une touche "so british" dans les rues de Paris. Les "black cabs", ces fameux taxis noirs typiques de Londres, débarqueront dans la capitale française au premier semestre 2019 après avoir reçu les autorisations de la mairie. Baptisé TX eCity, ce modèle 100% électrique est la propriété de la marque London EV Company (LEVC), elle-même créée par le chinois Geely. Ce dernier, qui a racheté Volvo en 2010, va donc étendre son offre après avoir déjà conquis Amsterdam, Berlin et Oslo.

"Avec la pollution atmosphérique qui tue environ 48 000 personnes en France chaque année et les niveaux croissants de pollution à Paris, le TX arrive à un moment crucial. Avec Anne Hidalgo, Paris a adopté une position agressive vis-à-vis des véhicules à essence conventionnelle et au diesel, les véhicules diesel antérieurs à 2005 devant être interdits l'année prochaine et tous les véhicules diesel devant être interdits d'ici 2024. Ces modifications auront un impact significatif sur les 20.000 taxis parisiens. Et LEVC croit qu'il représente une solution rentable pour les chauffeurs de taxi de la ville", explique l'entreprise.

130 km d'autonomie en tout électrique

Écolos et modernes, les "black cabs" peuvent accueillir jusqu’à six personnes à l’arrière grâce à des strapontins. Il sont également adaptés pour faire monter à bord des passagers en fauteuil roulant. Son moteur lui donne une autonomie de 130 km en tout électrique et de plus de 600 km grâce à son prolongateur d’autonomie.

Pour se procurer un TX eCity, il faudra tout de même débourser près de 71.000 euros. Mais selon Volvo, près de 600 taxis de ce type circulent dans les rues de Londres et les chauffeurs économiseraient en moyenne 100 livres par semaine (115 euros) grâce au tout électrique.

"Compte tenu des problèmes de pollution atmosphérique auxquels sont confrontées les villes françaises, nous sommes impatients de donner aux conducteurs et aux passagers de nouvelles options à Paris. Cela renforce véritablement notre position européenne et nous sommes impatients de desservir les villes françaises aux côtés de celles de Norvège, des Pays-Bas et d'Allemagne", s'est réjoui le PDG de LEVC Chris Gubbey.

Des véhicules connectés

Par ailleurs, le véhicule qui s’apprête à concurrencer les taxis parisiens est équipé d’aides à la conduite comme l’avertisseur d’alerte de collision, le limiteur de vitesse, la reconnaissance de panneaux de signalisation des vitesses limites, d’airbags et d’un assistant parking.

Pour les passagers, le TX eCity offre une palette de possibilités de connexion: internet sans fil (Wi-Fi), chargeurs USB, prise de courant et lecteur de carte bancaire sans contact à l’arrière.

P.L