BFMTV

Dans les Hauts-de-France, la qualité de l'air chute avec l'arrivée des fortes températures

Des rayons du soleil (photo d'illustration).

Des rayons du soleil (photo d'illustration). - Flickr/Spry

Selon les indicateurs de l'association Atmo, la qualité de l'air dans la région était jugée "bonne" jusqu'à ce week-end. Elle est à présent considérée entre "moyen et médiocre".

C'était l'une des conséquences positives du confinement. Pendant près de deux mois, l'air des Hauts-de-France est devenu plus respirable. Un bonheur éphémère. Le déconfinement, synonyme de reprise du trafic routier, conjugué à la hausse des températures, a eu pour conséquence la formation d'une pollution à l'ozone, et ainsi une dégradation de la qualité de l'air dans la région, relève Atmo Hauts-de-France sur son site internet.

L'association s'appuie sur différents indicateurs permettant de calculer la note de la qualité de l'air observée dans les grandes villes de la région; 1 étant la meilleure note, 10 la pire. Si l'air était jugé "bon" le week-end dernier, sa qualité a empiré depuis le début de la semaine.

Ce mardi, la qualité de l'air respiré en Hauts-de-France oscillait entre 5 et 6, soit entre "moyen et médiocre", selon le baromètre de l'association. "Le mercredi 24 juin 2020, la qualité de l'air restera moyenne à médiocre sur les Hauts-de-France, en raison de la formation d'ozone en lien avec les conditions météorologiques toujours chaudes et ensoleillées", poursuit Atmo sur Twitter.

Si les indicateurs d'Atmo indiquent bel et bien une dégradation de la qualité de l'air dans les Hauts-de-France, aucune alerte à la pollution n'a pour l'heure été déclenchée. Il faudrait pour cela que l'indice oscille entre 8 et 10. Des notes définissant l'air comme "mauvais à très mauvais".

Florian Bouhot Journaliste BFM Régions