BFMTV

Corse-du-Sud: une nouvelle plage touchée par la pollution aux hydrocarbures

INFO BFMTV - Une autre plage a été évacuée sur la commune de Conca. Le navire responsable de probable dégazage est toujours recherché par les enquêteurs.

Les conséquences de la pollution aux hydrocarbures se font toujours sentir en Corse-du-Sud, quatre jours la découverte d'un probable dégazage au large d'un navire toujours recherché par les enquêteurs. Les gendarmes sont intervenus ce lundi soir pour évacuer une nouvelle plage, la plage de Targo, située sur la commune de Conca, où des galettes noires sont encore visibles mardi matin. Un arrêté municipal a été placardé sur place.

L'opération nettoyage se poursuit

Depuis le repérage de cette pollution vendredi lors d'un exercice militaire aérien au large de la Corse, des moyens aériens, maritimes et terrestres ont été engagés pour tenter de nettoyer les résidus d'hydrocarbures, alors que débute la saison touristique sur l'Ile de Beauté. Lundi, des hélicoptères ont poursuivi la traque des nappes huileuses en mer.

"Des micro-boulettes, très éparses et de plus en plus fines ont été observées par moyens aériens", a indiqué lundi soir à l'AFP la capitaine de frégate Christine Ribbe, porte-parole de la préfecture maritime de Méditerranée. Plusieurs tonnes d'hydrocarbures ont déjà été récupérées dans le week-end.

La plage de Targo est la troisième concernée. Lundi après-midi, des boulettes d'hydrocarbures ont été retrouvées sur la plage de Favone (Corse-du-Sud), nécessitant sa fermeture par arrêté préfectoral. Quelques kilomètres plus au nord, sur la plage de Solaro, à la limite de Solenzara, station balnéaire de la côte orientale, des boulettes avaient également été signalées dès dimanche soir aux autorités.

Enquête en cours

Une enquête a été ouverte par le parquet de Marseille, compétent pour les affaires de pollution maritime sur le littoral méditerranéen français, qui a assuré lundi dans un communiqué que tout était "mis en oeuvre pour identifier le commandant et la compagnie responsables de cette pollution".

Selon le parquet, "le criblage a permis d'identifier un certain nombre de navires suspects et les vérifications sont en cours".

David Unal avec AFP