BFMTV

Contre les perturbateurs endocriniens, Tarkett choisit des plastifiants sans phtalates

Des plastifiants sans phtalates vont être utilisés dans la production des sols vinyles de Tarkett à partir de 2014.

Des plastifiants sans phtalates vont être utilisés dans la production des sols vinyles de Tarkett à partir de 2014. - -

Les perturbateurs endocriniens font régulièrement la une de l'actualité. Une récente étude de Noteo affirme qu'ils sont présents dans deux produits de beauté sur cinq. Le débat a été lancé au Parlement européen. Avant même toute décision, Tarkett, leader mondial des solutions innovantes de revêtements de sols et de surfaces sportives, a fait un choix: les phtalates vont disparaître progressivement.

Tarkett est l'illustration parfaite de l'entreprise qui agit et n'attend pas la réglementation. Elle vient d'ailleurs de recevoir le prix de l'Innovation responsable créé par le cabinet Bearing Point. Tarkett a déjà commencé à changer les standards de l'industrie et poursuit sur sa lancée. Alors qu'n choix clair sur la question des perturbateurs endocriniens se fait toujours attendre du côté du Parlement européen, des plastifiants sans phtalates vont être utilisés dans la production des sols vinyles de Tarkett à partir de 2014.

C'est déjà le cas pour les plastiques au contact alimentaire, et obligatoire pour les jouets destinés au enfants de moins de 3 ans. Tarkett poursuit ainsi son engagement en matière d'économie circulaire. Il ne s'agit pas seulement de savoir quoi faire des produits après usage, mais dès l'origine de les éco-concevoir.

L'industriel travaille d'ailleurs en partenariat avec l'EPEA, cet institut spécialisé en chimie, science et design, fondé en 1987 par le professeur Michael Braungart, et qui est à l’origine du concept "Cradle to Cradle" [du berceau au berceau, NDLR]. Il s’agit de mettre au point des produits dépourvus de toute substance toxique et éco-conçus pour être quasi-indéfiniment recyclés.

Une priorité: l'amélioration de la qualité de l'air

Un tel choix a un coût: plusieurs millions d'euros. Les équipes R&D sont sur le pied de guerre. Les phtalates, ces produits chimiques dérivés - qu'on parle de sels ou d'esters - de l’acide phtalique, assouplissent les plastiques et stabilisent les parfums.

Sans eux, les plastifiants doivent donc avoir les mêmes vertus. "Il y a toujours un risque, ce n'est pas une simple formulation produit. Il faut des chefs en cuisine", explique Anne-Christine Ayed, vice- présidente Recherche, Innovation & Environnement de Tarkett. Après un premier déploiement en Amérique du Nord et en Suède, cette technologie va s'étendre progressivement. A tous ceux qui pourraient se demander pourquoi ne pas avoir agi plus tôt, Anne-Christine Ayed répond: "Tous nos produits répondent déjà à toutes les normes en vigueur dans le monde. En l'absence de consensus sur la question des phtalates, nous décidons d'agir sans polémique".

Ce n'est pas la première fois que le groupe s'engage en faveur de l'amélioration de la qualité de l'air. La Fondation américaine contre l’Asthme et les Allergies (AAFA) reconnaît la contribution de Tarkett à un environnement intérieur plus sain. Elle a décerné la certification asthma & allergy friendly à plusieurs de ses gammes de revêtements de sol vinyle qui utilisent notamment des plastifiants sans phtalate.

Tarkett est par ailleurs devenu la référence de l’industrie pour la réduction des émissions de composés organiques volatils (COV). Les produits du groupe atteignent des niveaux d’émissions de 10 à 100 fois inférieurs aux seuils réglementaires les plus stricts au monde. En 4 ans, le budget recherche innovation a doublé, pour une entreprise présente dans plus de 100 pays. Tarkette espère encourager toute l'industrie à suivre son mouvement.

Nathalie Croisé de BFM Business