BFMTV

Constitution, crime d'écocide: la Convention climat veut un référendum pour deux de ses propositions

Emmanuel Macron lors d'une rencontre avec les membres de la Convention citoyenne pour le climat en janvier 2020.

Emmanuel Macron lors d'une rencontre avec les membres de la Convention citoyenne pour le climat en janvier 2020. - Yoan Valat

Les "citoyens" ont plébiscité à 99,3% la proposition d'introduire dans le droit pénal français un crime "d'écocide". Mais cette proposition a déjà été rejetée au Sénat et à l'Assemblée nationale.

La Convention citoyenne pour le climat a voté dimanche en faveur d'un référendum visant à introduire la lutte contre le changement climatique dans la Constitution et à créer un crime d'écocide.

Un plébiscite à 99,3%

En revanche, elle a rejeté l'idée d'utiliser le référendum pour d'autres mesures spécifiques. "Constitution, écocide, OK pour un référendum. Pour le reste, que le pouvoir prenne ses responsabilités," a lancé un des participants, résumant les arguments avancés par la plupart des intervenants.

"La trajectoire, les Français vont la donner en se prononçant sur la Constitution, pour les reste des mesures il faut du courage politique", a renchérit un autre des 150 citoyens tirés au sort pour proposer des mesures destinées à "réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% dans un esprit de justice sociale".

La Convention citoyenne pour le climat rend ce dimanche ses propositions pour lutter contre le réchauffement climatique "dans un esprit de justice sociale", dont certaines pourraient déboucher sur un référendum. Samedi, les "citoyens" avaient plébiscité à 99,3% la proposition d'introduire dans le droit pénal français un crime "d'écocide", une proposition rejetée récemment au Sénat et à l'Assemblée nationale.

Une rencontre prochaine avec Macron

En complément, ils souhaitent la création d'une "haute autorité" chargée de faire respecter les "limites planétaires" jugées soutenables pour la survie de l'humanité (réchauffement climatique limité à 2 degrés par exemple). Ils étaient également appelés à voter sur la possibilité d'un référendum sur 10 séries de mesures concernant notamment la rénovation thermique ou la limitation de la publicité. Les "citoyens" ont rejeté à de fortes majorités l'idée de soumettre à référendum chacune de ces mesures.

Emmanuel Macron doit recevoir les "150 citoyens" qui la composent le 29 juin pour leur apporter de "premières réponses". Le président s'est à plusieurs reprises dit ouvert à l'idée d'interroger directement les Français sur les questions environnementales, remises au centre du débat public par la crise du Covid.

Par E.P avec AFP