BFMTV

Fonte record des glaces de l'Arctique en 2012

Classée parmi les dix années les plus chaudes, 2012 a atteint un record en terme de fonte des glaces dans l'Arctique.

Classée parmi les dix années les plus chaudes, 2012 a atteint un record en terme de fonte des glaces dans l'Arctique. - -

L'ONU s'alerte, pas le biais de son agence spécialisée en météo, de la fonte record des glaces de l'Arctique, au cours de l'année 2012, une des années les plus chaudes jamais recensées.

Les Nations unies tirent la sonette d'alarme au sujet du réchauffement climatique. L'Organisation météorologique mondiale (OMM), une agence spécialisée de l'ONU, s'est déclarée alarmée jeudi par la "fonte record des glaces de l'Arctique en août-septembre", dans son rapport annuel sur le climat 2012, publié à Genève.

L'OMM a en outre confirmé que 2012 se classe parmi les dix années les plus chaudes jamais observées, depuis le début des relevés en 1850. Le précédent record de la fonte de la banquise datait de 2007.

"Signe inquiétant"

En 2012, "la fonte record", constatée en août-septembre, s'est traduite par un chiffre inférieur de 18% au précédent record en 2007 de 4,18 millions de km2. Il s'agit là d'un "signe inquiétant du changement climatique", a déclaré le Français Michel Jarraud, secrétaire général de l'OMM.

"Bien d'autres phénomènes extrêmes se sont produits en 2012, comme des sécheresses et des cyclones tropicaux, la variabilité naturelle du climat a toujours donné lieu à ces extrêmes, mais les caractéristiques physiques de ces phénomènes météorologiques et climatiques résultent de plus en plus du changement climatique", a-t-il ajouté.

Augmentation de 20 cm du niveau de la mer

Pour illustrer ce changement climatique, l'OMM indique que des tempêtes côtières comme Sandy," entraînent désormais "davantage d'inondations côtières". Le niveau de la mer a en effet augmenté de 20 cm depuis 1880.

Par ailleurs, l'OMM a indiqué que l'année 2012 occupait le 9e rang des dix années les plus chaudes, malgré l'influence, au début de l'année, du phénomène météo "La Nina" qui a normalement pour effet de refroidir le climat.

En novembre 2012, l'OMM avait déjà indiqué, sur la base des dix premiers mois de l'année, que 2012 avait été marquée par des records de chaleur, ainsi que par une fonte record de la banquise arctique, sans compter des périodes de froid extrême.