BFMTV

Boulogne-sur-Mer: trois phoques retrouvés morts et sans tête

BFMTV

Si les animaux étaient dans un état de décomposition avancée, cela n'exclut pas la théorie d'un potentiel acte de barbarie à l'encontre de ces mammifères.

C'est loin d'être la première découverte macabre de ce type faite sur les côtes du Nord-Pas-de-Calais. Trois phoques ont été retrouvés morts et sans tête le 20 janvier dernier dans le bassin Loubet, à Boulogne-sur-mer, rapporte ce mercredi La Semaine dans le Boulonnais. Ces carcasses ont été découvertes par un jeune couple, qui a ensuite prévenu la police.

Le fait que les mammifères marins aient été dépourvus de tête laisse la porte ouverte à un possible acte de braconnage ou de barbarie, dont sont régulièrement victimes ces animaux. Ce n'est en effet pas la première fois que des phoques décapités sont retrouvés échoués par des promeneurs, notamment sur le littoral du Nord-Pas-de-Calais.

Des phoques en état de décomposition avancée

Dans La Semaine dans le Boulonnais, Jacky Karpouzopoulos, responsable pour le secteur Nord-Est de l'observatoire Pélagis, dont dépend le réseau national d'échouage, a nuancé la théorie d'un potentiel "meurtre" de ces phoques. Selon lui, les animaux étaient en effet "morts depuis longtemps", ce qui explique que leurs corps aient été retrouvés dans un état de décomposition avancé, rendant toute autopsie impossible.

"Après un certain temps de décomposition, il n’est pas étonnant de retrouver des individus sans tête", a-t-il ajouté, précisant qu'il s'agit en général de la première partir du corps se détacher du reste.

Il est donc possible que les mammifères soient morts en mer, avant d'être ramenés sur le rivage par le courant. Cependant, la cause de leur mort reste floue. Des phoques sont régulièrement tués en mer après avoir été piégés dans les filets des pêcheurs. Mais les animaux retrouvés sans tête le 20 janvier dernier à Boulogne-sur-mer ne présentaient aucune trace de filet sur la peau, précise le journal local.

Juliette Mitoyen