BFMTV

Quand Adjani enseigne Molière à coups de revolver

-

- - -

Retour magistral d'Isabelle Adjani dans "La journée de la jupe" de Jean-Paul Lilienfeld. L'actrice interprète une prof qui prend ses élèves en otage.

La bande-annonce

Le pitch

Madame Bergerac (interprétée par Isabelle Adjani) est prof de lettres dans un lycée dit « difficile » en banlieue. Un jour, à bout, elle craque et prend ses élèves en otage... Sa revendication : « Que dans les 2 heures, le gouvernement instaure un jour de la jupe dans les collèges. » Un lieu où la jupe est vite synonyme de « pute ». Son proviseur lui déconseille d'ailleurs sans cesse de porter ce vêtement.

La critique de Michel Pascal

Une nouvelle peinture au vitriol du système scolaire et de ses dérapages. Pas basé sur un fait divers comme « Entre les murs », mais ça aurait pu être le cas : un lycée difficile en banlieue, la mixité sociale et raciale, un climat de grande tension, où tout le monde a les nerfs à fleur de peau, et une prof qui pète les plombs. Parce qu'un jour, une arme à feu tombe du sac d'un garçon de sa classe. Elle la ramasse, et tout bascule : elle brandit l'arme et les élèves, paniqués, deviennent ses otages. C'est la goutte d'eau qui fait tout déborder. Et c'est un peu une revanche qui s'offre à cette femme en humiliation perpétuelle : elle va enseigner Molière à coups de revolver. Plausible et bien mené, le film est aussi servi par des acteurs excellents. C'est d'abord le retour d'Isabelle Adjani dans le rôle de la prof, surprenante et magistrale. Denis Podalydès est bouleversant en flic négociateur, fragile et humain sous le masque du policier répressif. C'est un film qui parle de dialogue, de tolérance, de racisme et du désarroi de notre temps, de notre société. Il y a du cocasse, du drôle et le drame absolu.

La rédaction, avec Michel Pascal-RMC Première : Le 5-7