BFMTV

FIAC: Domestikator, l'oeuvre refusée pour sa connotation sexuelle

Domestikator, l'oeuvre des néerlandais Atelier Van Lieshout, qui devait être installée aux Tuileries dans le cadre de la Fiac Hors les murs.

Domestikator, l'oeuvre des néerlandais Atelier Van Lieshout, qui devait être installée aux Tuileries dans le cadre de la Fiac Hors les murs. - Capture d'écran - Atelier van Lieshout

Le Louvre a refusé que figure une sculpture à connotation sexuelle sur le parcours de la Fiac "hors les murs", dans le jardin des Tuileries.

Pas de levrette aux Tuileries. L'oeuvre intitulée Domestikator, réalisée par la coopérative néerlandaise Atelier van Lieshout ne figurera pas sur le parcours de la Fiac "hors les murs", dans le jardin des Tuileries. La sculpture, une sorte de folie rouge comme celles que l'on voit dans le parc de la Villette, a été refusée par le Louvre.

L'oeuvre, dans laquelle on devine un couple en position de levrette, fait partie d'une installation appelée Le Bon, la Brute et le Truand, précédemment exposée à Bochum en Allemagne, en 2015. Elle symbolise, selon l'artiste: "le pouvoir de l'humanité dans le monde". "Elle rend hommage à l'ingéniosité, à la sophistication et aux capacités de l'humanité (...) à dominer l'environnement naturel".

"Une vision trop brutale"

Sauf que les mésaventures du sapin de Noël de Paul McCarthy, surnommé le "plug anal", et vandalisé avant d'être enlevé de la place Vendôme où il était exposé, sont un souvenir un peu trop cuisant pour risquer de récidiver. Le Louvre a donc préféré éviter la polémique avant même qu'elle ne naisse, et présumé de l'avis du public au vu des commentaires sur le web.

"Des légendes sur Internet circulent et attribuent à cette œuvre une vision trop brutale qui risque d’être mal perçue par notre public traditionnel du jardin des Tuileries", justifie ainsi le président du Louvre, Jean-Luc Martinez cité par Le Monde.

Pour Joep van Lieshout, fondateur de l'Atelier van Lieshout, "C’est de l’hypocrisie totale". La sculpture de 12 mètres de haut ne sera donc pas visible à Paris, lorsque la Fiac ouvrira ses portes, le 17 octobre prochain.

"Une vision trop brutale"

Sauf que les mésaventures du sapin de Noël de Paul McCarthy, surnommé le "plug anal", et vandalisé avant d'être enlevé de la place Vendôme où il était exposé, sont un souvenir un peu trop cuisant pour risquer de récidiver. Le Louvre a donc préféré éviter la polémique avant même qu'elle ne naisse, et présumé de l'avis du public au vu des commentaires sur le web.

"Des légendes sur Internet circulent et attribuent à cette œuvre une vision trop brutale qui risque d’être mal perçue par notre public traditionnel du jardin des Tuileries", justifie ainsi le président du Louvre, Jean-Luc Martinez cité par Le Monde.

Pour Joep van Lieshout, fondateur de l'Atelier van Lieshout, "C’est de l’hypocrisie totale". La sculpture de 12 mètres de haut ne sera donc pas visible à Paris, lorsque la Fiac ouvrira ses portes, le 17 octobre prochain.

M. R.