BFMTV

Donjon est de retour: pourquoi la série de Joann Sfar et Lewis Trondheim est culte

Détail de la couverture de Hors les remparts, nouveau tome de Donjon dessiné par Boulet et écrit par Sfar et Trondheim.

Détail de la couverture de Hors les remparts, nouveau tome de Donjon dessiné par Boulet et écrit par Sfar et Trondheim. - Delcourt

Le dessinateur Lewis Trondheim raconte l'histoire de sa série culte Donjon, qui revient dans l'actualité avec deux nouveaux albums.

C'est l'histoire de deux jeunes auteurs de BD qui, dans les années 1990, ont voulu créer une série qui aurait l'ampleur de Dragon Ball, Star Wars et Le Seigneur des Anneaux.

Depuis, Lewis Trondheim et Joann Sfar sont devenus des grands noms du 9e Art et ont écrit une quarantaine d'albums de Donjon. Terminée en 2014 avant de revenir ce mois-ci, la série vendue à 1,5 million d'exemplaires, a été dessinée par la fine fleur de la BD francophone, de Manu Larcenet à Christophe Blain en passant par Blutch.

Les deux compères se retrouvent en ce début d'année pour poursuivre leur univers culte, parodie de heroic fantasy située dans le monde imaginaire de Terra Amata. Ils publient deux nouveautés, dessinées par Grégory Panaccione et Boulet et lancent de nouvelles séries Donjon - en parallèle de la demi-douzaine déjà existante!

Depuis les débuts de Donjon, tout se passe pour le mieux entre Joann Sfar et Lewis Trondheim: "Nous nous sommes mariés et nous avons eu 39 enfants ensemble jusqu’à présent", plaisante le créateur de Lapinot, dont l'actualité est foisonnante en ce début d'année, avec notamment une exposition à la Cité Internationale de la Bande Dessinée et de l’Image d’Angoulême du 29 janvier au 10 mai. 

Nouveaux albums de Donjon
Nouveaux albums de Donjon © Delcourt

Un jeu entre Lewis Trondheim et Joann Sfar

Composée de 39 albums répartis en 7 séries parallèles appartenant à des genres différents, Donjon est un terrain de jeu pour ses créateurs Joann Sfar et Lewis Trondheim, qui échangent idées et personnages pour mieux se surprendre: "Ecrire Donjon, c’est surtout être à côté de Joann Sfar et essayer de se faire rire, de se surprendre, de s’impressionner. Mais surtout, de jouer ensemble à inventer des histoires", résume Trondheim.

Malgré les multiples séries, personnages et ellipses temporelles de Donjon, le duo n’a jamais établi de bible, mais suit une règle aussi stricte que simple: "La règle de base, c’est que si l'un dit non à un dialogue, à une page, à 5 pages écrites par l’autre, on met ça à la poubelle sans mettre notre ego en avant. Après, sur l’univers de Donjon, nous sommes plutôt des branquignols et on se souvient assez mal des lieux, des personnages…"

Alors comment ont-ils réussi à maintenir à flot cette série pendant plus de vingt ans? "C’est un miracle que nous ayons fait aussi peu d’erreurs", s’amuse Lewis Trondheim qui comme Joann Sfar a été éditeur et s’y connait en séries au long cours. Ralph Azham de Trondheim, également improvisé, l’a bien démontré. 

La création d’un monde

Donjon se déroule dans un monde nommé Terra Amata. Lewis Trondheim a accepté de lever un coin du voile sur sa création: "Ce nom vient de l’école maternelle de Joann. Il l’a réutilisé, comme bon nombre de villages aux alentours de Nice. Sinon, sa passion adolescente pour les jeux de rôles a été fondatrice pour la création de la série."

La genèse des personnages emblématiques de la série - Hyacinthe de Cavallère, le gardien du Donjon, Herbert de Vaucanson, le Grand Khân, et Marvin - restera mystérieuse: "Je ne vois pas quoi dire. On crée des personnages, ça sort comme ça. Sans cheminement intellectuel pré établi", lance Trondheim.

Donjon
Donjon © Delcourt

"On s’est retrouvé avec ce canard et ce dinosaure", avait déclaré sans en dire plus Joann Sfar aux Inrocks en 2016. Lewis Trondheim, de son côté, avait alors précisé qu’ils voulaient créer avec Donjon "des bonshommes à nous, avec lesquels on pourrait jouer comme des gamins dans un bac à sable géant." Le jeu, toujours le jeu. 

Des séries parallèles

La série-mère débute en 1998 avec Cœur de Canard. Rapidement, Sfar et Trondheim se sentent à l’étroit et imaginent des séries parallèles - Donjon Zénith, Donjon Potron-Minet, Donjon Parade et Donjon Crépuscule - pour raconter différents moments de l’histoire de Terra Amata.

"Au début, Joann m’a proposé plein de projets et j’ai fini par dire oui pour celui-là. Il écrivait l’histoire, et je la retravaillais avant de la dessiner. Puis Joann était frustré de ne pas dessiner, alors on a fait une série parallèle qui se passe dans le futur avec les personnages vieux, et pour rire, on s’est dit qu’on pourrait faire une autre série qui se déroule dans le passé, eh oui, et puis, et puis, on se retrouve avec 8 séries Donjon distinctes."

Il y a eu notamment Donjon Parade, série humoristique par Manu Larcenet inspirée de Mickey Parade, mais aussi Donjon Monsters: "Avec les séries passé, présent et futur, on se sentait un peu coincé, on voulait pouvoir raconter l’histoire d’un personnage ou d’un événement annexe. Il fallait donc une autre série." La dernière-née est Donjon Antipodes, située en -10.000 et dessinée par Gregoire Panacionne: "La [série est née de] la volonté de nous surprendre encore, d’étendre notre univers, de jouer avec des 'et si…'

Donjon
Donjon © Delcourt

Si Donjon appartient au genre de l’heroic fantasy, les séries parallèles permettent aux auteurs d’aborder différents genres: Potron-Minet est un récit de cape et d’épée, Zénith une parodie des jeux de rôles, Crépuscule s’inspire des récits post-apocalyptique… "Je ne crois pas que ce soit aussi limpide…", estime Trondheim. "On fait de la tragi-comédie. Parfois plus tragique. Parfois plus comique. Comme la vie. Mais avec des magiciens, des gros barbares et des monstres en plus."

Si Donjon est une série drôle, elle ne lésine pas sur la violence. Certains épisodes sont très noirs, comme celui de Killofer… "Oui, ou celui de Bézian", complète Lewis Trondheim. "J’aime bien l’idée que le lecteur ne sache pas à quoi s’attendre quand il ouvre un Donjon."

Les détails cachés

Herbert a dans Hors les remparts, un des deux nouveaux albums de Donjon, la capacité de réduire la pierre en sable. Une référence à Ralph Azham, l’autre série de heroic fantasy de Lewis Trondheim: "Ce n’était pas volontaire", précise-t-il. "Mais c’est un talent bien utile, même si Herbert l’utilise tout le temps de façon accidentelle. Un jour, il y aura peut-être un mémoire sur toutes les passerelles entre Donjon et Ralph Azham. Ou entre Donjon et L’Ancien Temps de Joann… Mais je ne le lirai pas. Je serai trop vieux et à moitié aveugle à cause des décennies à noircir du papier."

Hors les remparts débute à la page 279. Un gag imaginé par Trondheim: à la création de la série "Quand j’ai dessiné le tome 2, il m’a semblé logique d'enchaîner avec la page 47. Depuis, tous les albums continuent dans cette logique. Et donc pour le tome 111, on se retrouve avec les pages 5.065 à 5.110. Nos lecteurs qui sont informaticiens adorent!!!" 

Une pléiade de dessinateurs

La liste des dessinateurs qui a travaillé sur Donjon est impressionnante: Andreas, Blain, Blutch, Boulet, Killofer, Manu Larcenet, Carlos Nine… Y a-t-il des dessinateurs que Trondheim et Sfar adoreraient voir dessiner leur série? "Oui, ceux qui ont jeté l’éponge. Dave Cooper, Mattotti, Mike Mignola, Zep, Bercovici, F’murrr..." Mais Trondheim et Sfar préfèrent penser à l’avenir de la série plutôt qu’à son passé. Le meilleur album de Donjon est, donc, en toute logique, "le prochain". Il est déjà en préparation. Cinq tomes inédits sont prévus entre 2020 et 2021.

Jérôme Lachasse