BFMTV

Journée mondiale du tigre: toujours menacée, la population de félins augmente lentement

Un tigre du Bengale au zoo de Chennaï, en Inde, le 24 juillet 2018.

Un tigre du Bengale au zoo de Chennaï, en Inde, le 24 juillet 2018. - Arun Sankar - AFP

Les 13 pays qui abritent encore le tigre à l'état sauvage et WWF espèrent une population de 6400 félins à l'horizon 2022, le double que celle recensée en 2010. Les menaces envers cet animal sauvage restent pourtant nombreuses.

Il est beau, il est majestueux et il aura peut-être disparu d'ici 50 ans. Ce dimanche 29 juillet, c'est la Journée mondiale du tigre - non reconnue par l'ONU mais promue par WWF. Il ne reste plus que 3890 tigres à l'état sauvage et l'espèce est toujours classée comme "menacée" par l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN).

Le félin subsiste dans 13 pays: Bangladesh, Vietnam, Cambodge, Inde, Bhoutan, Thaïlande, Indonésie, Laos, Chine, Malaisie, Russie, Népal et Birmanie. Toutefois, le tigre a perdu 93% de son aire de répartition habituelle, explique WWF. Outre la destruction de son habitat, il fait face, comme d'autres animaux sauvages, au braconnage, et aux conflits avec les humains. La chasse a elle été interdite dans tous les pays où il se trouve.

Le problème n'est pas tant que les tigres attaquent les humains, l'ONG de protection de la biodiversité assurant que "le tigre est très vite éduqué par sa mère pour éviter les êtres humains qui le persécutent", mais qu'ils s'en prennent aux troupeaux de bétail dont dépendent certains villages pour se nourrir.

Vers un meilleur recensement

En 2010, WWF et les gouvernements des 13 pays qui abritent encore le félin à l'état sauvage se sont engagés à doubler le nombre de tigres - 3200 à l'époque - par deux d'ici 2022. L'objectif est notamment de mieux recenser les animaux grâce à des pièges photographiques.

"S’ils ne savent pas combien de tigres il leur reste ni où ils se trouvent, ils ne sauront pas comment les protéger", prévient WWF.

Un plan de 350 millions de dollars financé par les pays concernés, la Banque mondiale, WWF et le Fonds pour l'environnement mondial (Fem) a en outre été mis en place en 2010. Pour le moment, les efforts semblent payer: en 2016, près de 700 tigres supplémentaires ont été recensés par rapport à 2010.

"C'est une étape charnière dans le rétablissement d'une des espèces les plus emblématiques et les plus menacées au monde", reconnaissait en 2016 Ginette Hemley, vice-présidente de WWF. "Mais nous avons besoin d'encore bien plus de travail et d'investissement."

Liv Audigane