BFMTV

Vallauris: plus de 125.000 signatures pour la pétition contre la plage privatisée pour le roi saoudien

Une pétition a été lancée par un conseiller municipal de Vallauris, près de Cannes, contre la privatisation d’une plage lors de la venue du roi d’Arabie Saoudite. Elle a recueilli plus de 125.000 signatures en quelques jours.

L’arrivée du roi Salman d’Arabie Saoudite et de sa famille est pressentie pour samedi. Le roi s’apprête à rejoindre sa luxueuse villa située sur la commune de Vallauris-Golfe Juan. La propriété qui donne sur le front de mer s’étire sur un kilomètre, le long du littoral.

Pour assurer la sécurité de la famille royale en vacances, la préfecture a consenti à la privatisation temporaire de toute la plage de la Mirandole. Une décision à laquelle plus de 115.000 personnes s’opposent dans une pétition en ligne. La commune de Vallauris-Golfe Juan ne compte pourtant qu'un peu plus de 26.000 habitants. "Cette zone naturelle, comme tout domaine public maritime, est un bien commun inaliénable qui doit bénéficier à tous", défendent les signataires.

Des travaux sans l'accord de la préfecture

C'est le conseiller municipal d’opposition de Vallauris, Jean-Noël Falcou, qui se trouve être à l’origine de cette pétition. Ce dernier regrette la décision de la préfecture "au seul bénéfice du monarque saoudien", écrit-il sur le Huffington Post. La décision de la préfecture prise le week-end dernier est pourtant intervenue après des travaux réalisés sur le domaine public à la demande de la famille royale, sans l’autorisation de la préfecture.

Mercredi 15 juillet, des ouvriers avaient été repérés installant une grille à l’entrée du tunnel construit sous la voie ferrée, seul accès à la plage. La maire de Vallauris avait alors fait intervenir la police municipale pour empêcher que la grille soit scellée. Une dalle en béton qui devait permettre la construction d’un ascenseur a également été construite à même la plage, là encore sans autorisation.

L'ascenseur démonté après le départ du roi

Malgré ces infractions, la préfecture a finalement autorisé mardi la construction d’un élévateur et d’un escalier, indique Nice Matin. Les deux installations permettront à la famille royale d’accéder à la plage directement depuis la propriété.

La préfecture a assuré que l’ensemble serait entièrement démonté au plus tard le 20 août, après le départ du roi. Les signataires de la pétition souhaitent que ces installations soient interdites et continuent de réclamer le libre accès à la plage. Mais le sous-préfet de Grasse a prévenu, "avec un délai de prévenance de 24 heures", que l'accès au littoral sera interdit par des policiers. 

C. B