BFMTV

Téléphoner ou conduire : il faut choisir

-

- - -

Alors que le gouvernement lance une campagne pour alerter les Français sur les dangers du téléphone portable au volant, certaines associations veulent aller plus loin.

Une nouvelle campagne nationale pour sensibiliser les Français aux dangers de l'usage du téléphone portable au volant sera lancée dès dimanche prochain. En effet, après l'alcool, la vitesse et le non-port de la ceinture, le téléphone est la 4e cause de mortalité sur la route en France. Le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, et son secrétaire d'Etat chargé des transports, Dominique Bussereau, ont dévoilé ce matin le spot qui sera diffusé à la télévision, à la radio et sur internet. Le message est simple : « Téléphoner en conduisant multiplie par 5 les risques d'accident ».

Le spot TV :

'.

Pour l'interdiction du kit mains-libres

Mais certaines associations de sécurité routière estiment que le gouvernement ne va pas assez loin. Elles réclament l'interdiction du kit mains-libres. Il est actuellement toléré par les autorités, à la condition qu'il ne perturbe pas la maîtrise du véhicule par le conducteur. Une maîtrise impossible quand on téléphone, selon les associations. L'usage du téléphone portable au volant est interdit sous peine d'une amende de 35 euros et de 2 points en moins sur le permis.

Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière, explique pourquoi elle souhaite l'interdiction pure et simple du kit mains-libres, qui permettrait selon elle d'épargner chaque année quelque 300 vies sur les routes : « Nous nous étonnons du fait que c'est déclaré comme "très dangereux". Or le gouvernement ne prend pas la mesure qui semblerait logique : l'interdiction du téléphone kit mains-libres, que l'on sait aussi dangereux que celui qui est tenu à la main. Le temps de réaction est augmenté de 50%. Donc lorsque quelqu'un conduit, en ville par exemple, et arrive aux abords d'un passage piéton, s'il téléphone, ce petit temps de réaction supplémentaire risque de se traduire par la mort d'un piéton. »

Pour Bernard Pottier, président de l'association Prévention routière, « le téléphone au volant, qu'il soit tenu à la main ou qu'il soit en kit mains-libres, accapare la concentration. Celle-ci n'est plus sur l'acte de conduire, mais sur la conversation téléphonique. Il retarde le temps de réaction. Il rétrécit le champ de vision. Donc, nous disons que c'est aussi dangereux que le téléphone porté à la main. Simplement, on ne peut pas le réprimer de la même façon, parce que ça n'est pas visible par les forces de l'ordre. Et nous, notre message, c'est un message de prudence. »

Juliette VINCENT, avec Sébastien GILLES