BFMTV

"Tel-Aviv sur Seine": une élue craint "que ça se passe très mal"

Une élue du Parti de Gauche a pointé du doigt  "l'indécence" d'une journée "Tel Aviv sur Seine" organisée le 13 août dans le cadre de Paris Plage, craignant "que cela se passe très mal". Et de nombreux internautes ont également fustigé l'initiative de la mairie de Paris, qui a "pris acte de l'agitation".

La conseillère de Paris Danielle Simonnet (Parti de Gauche) a dénoncé samedi "l'indécence" d'organiser une journée "Tel Aviv sur Seine" le 13 août dans le cadre de l'opération Paris Plages et demandé au maire de Paris de revoir la programmation.

"Le cynisme de l'organisation d'une telle journée dans le cadre de Paris Plages atteint les sommets de l'indécence", a affirmé samedi Mme Simonnet dans un communiqué, alors que le sujet est déjà très présent sur Twitter, avec de nombreux messages à caractère antisémite.

Le programme de Paris Plages prévoit le 13 août une journée "Tel Aviv sur Seine". "Dans le cadre de ses partenariats culturels avec les grandes villes du monde, Paris Plages mettra Tel Aviv à l'honneur l'espace d'une journée : au programme foodtrucks, DJ set, animations ludiques et gratuites", décrit le site internet de l'animation.

"Aucun échange avec des Israéliens humanistes prévu"

"Tout juste une année après les massacres sur la bande de Gaza par l'Etat et l'armée israélienne et alors que le gouvernement israélien intensifie sa politique de colonisation avec les drames que l'on connaît, la Ville de Paris ose organiser 'dans le cadre de ses partenariats culturels avec les grandes villes du monde' une journée mettant à l'honneur Tel Aviv et ses ambiances festives à Paris Plages", déclare Mme Simonnet.

"Aucun échange avec des Israéliens humanistes n'y est prévu, encore moins un débat sur la situation du peuple palestinien", déplore-t-elle. "Madame la Maire de Paris, il est encore temps, soit d'annuler cette manifestation soit d'en modifier radicalement la programmation en permettant, avec la diversité associative et citoyenne parisienne des rencontres-débats sur les événements de l'an dernier et la situation actuelle", a encore écrit la conseillère PS à l'adresse du maire, Anne Hidalgo.

"Que l'événement s'intitule 'Paris Plages pour la paix'"

Lundi, alors que la polémique continuait d'enfler sur les réseaux sociaux, Danielle Simonnet a de nouveau tiré le signal d'alarme. "Je crains beaucoup que ça se passe très mal et puis je pense que c'est un très mauvais message qui est envoyé", a-t-elle dit.

Mme Simonnet a réitéré sa demande à la ville de Paris, soit d'"annuler", soit "de réorganiser la manifestation", pour en faire "une manifestation en faveur de la paix, en faveur de la fraternité, en faveur de la lutte contre toutes les formes de racisme et d'antisémitisme, et en faveur vraiment de la reconnaissance de l'Etat palestinien". "Que l'événement s'intitule 'Paris Plages pour la paix' et là il n'y aura pas d'ambiguïté", a-t-elle ajouté.

Sur Twitter, le hashtag #TelAvivSurSeine a fait réagir les internautes. Certains ont salué l'initiative, d'autres ont regretté la prise de position de la mairie de Paris.

Bruno Julliard, premier adjoint à la mairie de Paris, a voulu clarifier les choses en distinguant la ville de Tel Aviv à la politique du gouvernement israélien.

Du côté de la municipalité parisienne, on tente de calmer le jeu: "On a pris acte de l'agitation sur les réseaux sociaux. On adaptera le dispositif de sécurité à la situation en relation avec la préfecture de Police de Paris", a-t-on expliqué au Parisien.fr. "Mais on tient surtout à faire de la pédagogie sur la réalité uniquement festive de l'événement", a ajouté la mairie de la capitale. Qui, pour l'instant, n'évoque pas d'annulation de l'événement.

la rédaction avec AFP