BFMTV

Sanctionné pour ne pas avoir ouvert le 14 juillet, le restaurateur n'ouvrira pas non plus le 15 août

Image d'illustration

Image d'illustration - Miguel Medina - AFP

Il a reçu une amende pour ne pas avoir ouvert le 14 juillet. Ce restaurateur du Var n'ouvrira pourtant pas non plus le 15 août. Et refuse de payer les 187.000 euros d'amende.

Il va récidiver. Le restaurateur du Var qui avait écopé d'une lourde sanction pour ne pas avoir ouvert son établissement le 14 Juillet ne compte pas non plus ouvrir le 15 août, rapporte Le Parisien. Pourtant, Patrick Brun risque gros: son amende s'élève à 187.000 euros.

"Je n'ouvrirai pas le 15 août, amende ou pas!"

"Je n'ouvrirai pas le 15 août, amende ou pas! Pour ne pas avoir à imposer à mes salariés de travailler. C'est une question de liberté du commerce!" a déclaré Patrick Brun au quotidien national.

Le Groupement d'intérêt économique de la zone a rappelé que la décision d'ouvrir le jour de la fête nationale "avait été votée par tous les commerçants en assemblée générale" avant l'été. Seize d'entre eux, restés fermés, avaient écopé de pénalités allant de 28.000 à 72.000 euros. Celle de Patrick Brun était la plus élevée.

"On ne payera pas"

"On ne payera pas pour le 14 juillet. Pas plus qu'on ne paiera pour le 15 août si une nouvelle amende tombe", a insisté le restaurateur de ce centre commercial de La Garde, qui a assuré avoir écrit à Emmanuel Macron, au Premier ministre et au président de la République.

Car selon lui, "186.000 euros à payer avant fin août, cela équivaut à cesser mon activité tout de suite et me séparer de mes huit salariés". Il entend même porter l'affaire devant les tribunaux.

C.H.A.