BFMTV

Notre-Dame de Paris lance un appel au mécénat pour être restaurée

Notre-Dame de Paris à la recherche de mécènes

Notre-Dame de Paris à la recherche de mécènes - PATRICK KOVARIK / AFP

La célèbre cathédrale se tourne vers les mécènes, notamment étrangers, pour pouvoir entamer les travaux urgents de restauration dont elle a besoin.

C’est le monument historique le plus visité d’Europe avec 12 à 14 millions d’entrées par an. Pourtant, la cathédrale Notre-Dame de Paris peine aujourd’hui à trouver les fonds nécessaires pour répondre à la liste des travaux à mener d’urgence.

Victime de la pluie, de la pollution et de l’usure du temps, ce joyau de l’architecture gothique des XIIe au XIVe siècles voit en effet ses parties extérieures se dégrader: gargouilles sans tête arborant d'inélégants tuyaux en PVC pour l'évacuation des eaux, balustrade remplacée par une planche bois, pinacle en ruine ou encore pierre fondue… Les effets de l’usure du temps sont largement visibles.

Au point que la cathédrale tire aujourd'hui la sonnette d’alarme. L’État, propriétaire de l’édifice, lui consacre déjà deux millions d’euros par an et s’est même engagé à verser un euro de subvention supplémentaire par euro de mécénat recueilli par la Fondation Avenir du Patrimoine à Paris. Toutefois, selon les termes d’un accord-cadre signé avec l’Élysée début mai, la contribution publique se limite à 4 millions d’euros par an.

L'usure du temps visible sur l'édifice
L'usure du temps visible sur l'édifice © Martin BUREAU / AFP

100 millions d'euros sur vingt ans

D’où l’importance de trouver de nouveaux mécènes. "Il y a vraiment urgence", alerte André Finot, responsable de la communication de la cathédrale avant de saluer l’effort consenti par l’État chaque année même si "ce n’est pas assez". On estime qu’il faudrait 100 millions d’euros sur vingt ans et 150 sur trente ans pour assumer les travaux nécessaires.

Pour trouver les fonds manquants, la Fondation Avenir Patrimoine à Paris a créé un fonds français ad hoc. "On va quand même faire appel aux Français. Il faut qu’ils aient conscience du patrimoine incroyable dont ils disposent", souligne un responsable de la fondation, avant de préciser que le lieu, bien qu’affecter au culte catholique "est ouvert à tout le monde". "On reçoit d'ailleurs toute l'année des témoignages disant: 'Je ne suis pas croyant mais j'aime ce lieu'."

Des tuyaux de PVC remplacent les têtes des gargouilles.
Des tuyaux de PVC remplacent les têtes des gargouilles. © Martin BUREAU / AFP

Création d'une fondation américaine

Mais les attentes reposent surtout sur une fondation de droit américain, (Friends of Notre-Dame de Paris) qui vient d’être créée pour toucher un nouveau public aux États-Unis, connus pour leur "culture du don". D’autant que les touristes américains sont particulièrement attachés au roman de Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, immortalisé au cinéma ainsi qu’en comédie musicale.

Avec ses 93 mètres de haut et ses 250 tonnes de plomb, la flèche dressée sur les quatre piliers du transept constitue l’un des chantiers les plus urgents. Mais sa restauration s’annonce coûteuse. Elle souffre de "problèmes de couverture, et la pluie risque d’attaquer la charpente", indique Marie-Hélène Didier, conservatrice générale du patrimoine.

"Nous ne sommes quand même pas en situation de péril, on arrive au moins à parer au plus pressé", assure cette fonctionnaire de l'État. Mais "l'apport de mécènes privés nous permettrait d'accélérer le phasage des travaux et peut-être de commencer en parallèle un ou deux arcs-boutants", estime-t-elle.

P.L avec AFP