BFMTV

La justice ordonne à un maire FN de mettre un local à disposition pour l'Aïd

Le maire FN Cyril Nauth devant la mairie de Mantes-la-Ville (Yvelines), le 31 mars 2014

Le maire FN Cyril Nauth devant la mairie de Mantes-la-Ville (Yvelines), le 31 mars 2014 - Fred Dufour, AFP/Archives

Le Conseil d'Etat a ordonné mercredi à la municipalité FN de Mantes-la-Ville (Yvelines) de mettre un local à la disposition des musulmans pour la fête de l'Aïd jeudi, alors que l'association cultuelle, en conflit avec la municipalité, avait été déboutée en première instance.

Dans son ordonnance, le juge des référés du Conseil d'Etat, statuant en urgence, a estimé que "le refus de mettre à la disposition de l'association une salle municipale afin de permettre d'accueillir la célébration de la fête de l'Aïd-el-Kebir porte une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés de réunion et de culte".

L'association des musulmans de Mantes-sud (AMMS) avait demandé à la commune gérée par le Front national, la seule d'Ile-de-France, de pouvoir disposer d'un local communal pour accueillir un rassemblement d'un millier de fidèles, jeudi, de 7H00 à 11H00.

A trois reprises, les 6 mai et 3 juin puis le 1er août, l'association représentative des musulmans avait sollicité la mise à disposition gracieuse ou la location du gymnase municipal Aimé-Bergeal, habituellement utilisé pour la fête de l'Aïd. La décision du conseil d'Etat, plus haute juridiction administrative, est un énième épisode dans le bras-de-fer qui oppose l'association au maire FN depuis son arrivée en 2014.

la rédaction avec AFP