BFMTV

Fragilisées par le temps, les églises parisiennes en danger

Monuments religieux mais aussi patrimoniaux, bon nombre d'églises parisiennes sont menacées, fragilisées par le temps et le manque d'entretien. Pour chaque édifice, les travaux peuvent se chiffres à plusieurs millions d'euros comme à l'église de la Trinité, dans le 9e arrondissement.

Le chantier est colossal. Au pied de l'église de la Trinité dans le 9e arrondissement de Paris, trônent des échafaudages depuis près de 15 ans. Un système D mis en place pour éviter les accidents alors que l'édifice nécessiterait une profonde rénovation.

"Les morceaux les plus à craindre qui peuvent tomber de l'église, c'est les corniches. On les voit protégées par des filets, eux-mêmes plus en très bon état", décrit le père Philippe Christory, curé de la paroisse de la Trinité.

Plus haut encore sur le bâtiment, des parois métalliques ont aussi été installés pour retenir d'éventuelles pierres. "Après on n'est pas à l'abri d'une pierre qui tombe d'une statue ou d'une corniche inférieure", se résigne le prêtre. 

Des millions d'euros pour les travaux extérieurs

Comme la majorité des églises parisiennes, celle de la Trinité est classée au patrimoine historique. Pourtant, l'édifice est en danger et la paroisse ne peut pas tout assumer.

"On peut faire l'entretien courant, on fait des travaux qui sont conséquents pour le chauffage par exemple. On a restauré en 2016 la salle de mariage aux frais de la paroisse, mais on ne peut pas aller au-delà. Les dépenses extérieures, c'est des millions d'euros, c'est absolument hors budget pour nous", poursuit le père Christory. 

En 2015, la mairie de Paris a lancé un plan pour le patrimoine cultuel avec 80 millions d'euros consacrés à la rénovation des édifices religieux. Un montant important, mais en-dessous des besoins.

"C'est insuffisant parce qu'en fait c'est un sujet permanent. Je pense que la ville en est tout à fait consciente, mais quand on a fini de restaurer un bâtiment, il y a l'autre qui donne des signes de faiblesses. Sachant que vous avez 96 édifices sur la ville, ça n'arrête jamais", souligne Léonore Losserand, membre d l'Observatoire du patrimoine religieux.

Avec l'association SOS Paris, son organisme a chiffre à 500 millions d'euros les besoins pour couvrir l'ensemble des travaux nécessaires aux églises parisiennes. 

56 millions d'euros pour Notre-Dame

En septembre dernier, les travaux ont été estimés à 56 millions d'euros pour la plus emblématique d'entre elles: la cathédrale Notre-Dame de Paris. Dans le 9e, le père Christory insiste sur l'importance des travaux de réhabilitation de son église.

"Elle appartient au patrimoine d'un quartier, à la joie des habitants qu'ils soient chrétiens ou pas chrétiens. C'est sûr qu'on espère vraiment une restauration. On comprend que c'est un travail difficile, un travail long, qui sera coûteux aussi, mais c'est notre patrimoine", défend-il. 

D'ici 2018, des premières études devraient commencer pour évaluer les travaux qui seront financés par la mairie. Depuis peu, la loi autorise également le financement participatif ou encore la publicité pour financer les travaux. Un choix fait par certaines églises dans Paris, comme à Saint-Augustin Ailleurs dans Paris dans le 8e arrondissement, recouverte d'une bâche publicitaire dont les revenus financent à hauteur de 1,4 million le chantier de rénovation.

Carole Blanchard avec Emmanuelle Lebon