BFMTV

Projet de transformation de la gare du Nord: "c'est monstrueux", dénonce l'architecte Roland Castro

Des architectes s'opposent dans une tribune au projet de transformation de la gare du Nord qui prévoit notamment la création d'un entre commercial. Signataire de cette tribune, l'architecte Roland Castro s'explique sur BFM Paris.

Une vingtaine d'architectes, urbanistes ou historiens de l'art montent au créneau contre le projet de transformation de la gare du Nord. Parmi eux l'architecte Roland Castro, remonté contre le projet. "J'ai honte. Je suis attristé", s'indigne-t-il ce mercredi sur BFM Paris. 

En cause, l'intégration d'un centre commercial à la gare que lui et les autres signataires d'une tribune parue dans Le Monde jugent "inacceptable sur le plan patrimonial". Ils mettent en particulier en cause, le cheminement prévu par le projet qui prévoit que les voyageurs soient obligés de traverser l'espace commercial.

"C'est fou. Il faut monter, redescendre (...). Je suis pour le commerce choisi, je suis pas pour le commerce dans lequel on est obligé de passer à tout prix, comme dans certains magasins de meubles", s'offusque Roland Castro. "C'est une conception du commerce honteuse", ajoute-t-il. 

"C'est monstrueux"

Pour lui, la gare du Nord, inventoriée aux Monuments historiques mérite mieux. Avec les signataires de la tribune, il s'inquiète notamment de la disparition des volumes de la gare. "Il ne faut pas supprimer ce côté cathédrale", insiste-t-il, vantant "la majesté de la nef". 

"C'est monstrueux du point de vue de la scénographie des voyageurs, ajoute l'architecte. Les gares ce sont des lieux quotidiens pour plein de gens, des lieux de rencontres incroyables."

Les opposants à ce projets réclament dans leur tribune des transformations de la gare "plus légères en coût et en temps (...) dans le respect de son histoire". 

De son côté, la SNCF s'est défendue dans un autre article paru dans Le Monde mardi. Le directeur général de SNCF Gares & Connexions met en avant les avancées pour les voyageurs: végétalisation de bâtiments, nouveaux espaces, parking de 2.000 places pour les vélos... Il insiste aussi sur le fait que la création de surfaces commerciales permettra un financement des travaux grâce à un partenariat public-privé, "sans augmenter les tarifs des billets de train et sans alourdir les impôts de nos concitoyens". 

Carole Blanchard