BFMTV

Porc contaminé : quels risques en France ?

-

- - -

Le porc irlandais contaminé à la dioxine concernerait 25 pays européens, dont la France. Les autorités françaises rassurent les consommateurs. Paroles d'experts.

L'Irlande a annoncé qu'entre 20 et 25 pays de l'UE pourraient avoir importé du porc contaminé à la dioxine, une substance cancérigène qui peut aussi entraîner des troubles physiques et neurologiques. Hier dimanche, les autorités irlandaises ont commencé à rappeler tous les produits fabriqués à base de porc sur l'île depuis le 1er septembre. Les viandes ont été épinglées lors d'un contrôle de routine ce samedi. Des traces de PCB (polychlorobiphényles, des polluants toxiques) ont été retrouvées dans 9 élevages, ce qui représente environ 10% de la production irlandaise. Selon l'Irlande, de la viande contaminée par des dioxines aurait bien pu rentrer en France. Une information non confirmée par les autorités sanitaires françaises, qui se veulent rassurantes, d'autant que le principe de précaution est appliqué très strictement.

Peu de risques en France parce que...

Dès hier, les services de la Direction générale de l'Alimentation ont appelé tous les professionnels du secteur pour qu'ils repèrent et retirent les produits suspects qui pourraient se trouver dans leurs stocks. Et les contrôles vont concerner une très large gamme de produits : le jambon, le bacon, les lardons, mais aussi des dérivés de viande de porc. Par « précaution », rappelle-t-on au Ministère de l'Agriculture. Selon Michel Barnier, il n'y a « aucun risque sanitaire majeur dans l'immédiat ». D'abord parce que la France importe d'Irlande seulement 5% de toute la viande de porc consommée dans l'hexagone. Ensuite, parce qu'il faudrait une consommation répétée des produits contaminés pendant près de 40 ans, avant de montrer des signes de la maladie.

« Très peu de risque de surexposition »

Jean-François Narbonne est expert à l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) et spécialiste des dioxines. Lui aussi se montre rassurant : « il y a danger, mais pas risque. Danger, parce que les PCB sont des toxiques ; il y a donc un potentiel toxique. Mais le risque dépend du niveau consommé, du niveau d'exposition. Et aujourd'hui, vu le vecteur dont on parle, il y a très peu de risque de surexposition : c'est un, deux ou trois produits qu'on a consommés... donc il n'y a pas de risque. »

« Gare à la pollution aux PCB ! »

Le docteur Patrice Halimi a travaillé sur les PCB pour l'association environnementale WWF. S'il confirme dans un premier temps le faible risque de contamination - « c'est pas le bout de bacon qui va augmenter de façon importante votre risque », il met ensuite en garde : « Par contre, malheureusement le porc n'est peut-être pas votre seule source de contamination. La multiplicité des sources d'entrée et cette pollution aux PCB peut être discutable au point de vue sanitaire. Si vous mangez du porc irlandais contaminé aux PCB, vous augmentez votre taux global de PCB. Mais il faut voir votre consommation globale sur toute une vie. »

Juliette VINCENT, avec Anthony TRAUTMANN et Thomas CHUPIN